Infinity 8 tome 3 : L'Evangile selon Emma
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 16 Mars 2017
Résumé | Test Complet | Images | Actualité | Commentaires
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Scénario : Lewis Trondheim et Fabien Vehlmann
Dessin : Olivier Balez

L'Infinity 8 est un immense vaisseau spatial en forme de ville, abritant 88.000 passagers de 257 races, qui se dirige depuis deux semaines vers la galaxie d'Andromède. Le quinzième jour, le vaisseau se retrouve bloqué au milieu d'un cimetière spatial, composé d'un amas d'artéfacts, de bouts de planètes et de sépultures. L'agent Yoko Keren, au service du capitaine et du lieutenant du navire, est à la recherche du géniteur idéal pour avoir un enfant. Elle se retrouve sous les feux de la rampe lors de l'incident, et va devoir découvrir l'origine du trouble. Affublée d'une combinaison spatiale, Yoko progresse au sein de ce mausolée géant, convoitée par une partie des occupants d'Infinity 8, la race des Kornaliens, des nécrophages. Le problème est qu'en mangeant un cadavre, les kornaliens assimile la personnalité du mort. Et l'un d'entre eux n'est autre qu'un ancien super méchant ! Dans sa quête, Yoko sera toutefois aidé par Sagoss, le seul Kornalien qui a dévoré un romantique et qui est devenu ainsi un amoureux transi (un peu collant). Les informations qu'elle a réussi à glaner vont permettre au Capitaine de lancer une nouvelle trame temporelle (oui un reboot) et activer un second agent, Stella Moonkicker, qui ne disposera à son tour que de 8 heures pour réunir un maximum de renseignements. Stella partage beaucoup de points communs avec Yoko, mais se révèle encore plus expéditive ! Elle a pour équipier Bobbie, un robot sorte de bonne à tout faire. Moonkicker se retrouve affectée à la sécurité d'une conférence sur le thème "Le Nazisme : un art de de vivre", à laquelle participent deux clones de Rudolf Hess en uniforme nazi, un molosse en tenue Kraftwerk, un extraterrestre geek en Lederhose et une jolie serveuse à la tenue bavaroise. Un alien en tenue de juif orthodoxe et du nom de Shlomo Juiff vient protester et il est accompagné dehors par Moonkicker. Mais l'agent doit retourner au plus vite dans l'immense cimetière spatial composite et inexpliqué qui se dresse sur la route d'Infinity 8. La tête d'Adolf Hitler, coupée dans le bunker de Berlin, et expédiée dans l'espace en 1945 s'y trouverait.

Après avoir stoppé la menace, un nouveau reboot à lieu à bord de l'Infinity 8 ! Cette fois sur le Marshall Emma O'Mara qui est réquisitionnée pour percer les mystères de la nécropole à ciel ouvert. Pacifiste et très pieuse, Emma semble être l'exacte contraire des précédentes héroïnes. Mais l'apparence innocente de l'agent O'Mara est trompeuse car elle sait que le capitaine finira par la choisir pour la procédure 8. Elle devra empêcher un nouveau reboot, car cette trame temporelle est censée être la dernière. Son objectif est de retrouver le dernier évangile de Tholman, un élément manquant d'écriture sacrée qui pourrait permettre aux adeptes du prophète de se réunir sous une même bannière et de facto, stopper la Guerre Sainte. Toutefois, le vaisseau n'est pas encore au bout de son odyssée, la nécropole regorge de trésors qui ont attiré les pilleurs de tombe de toute la galaxie. Emma a d'ailleurs du s'associer avec certains d'entre eux pour mener à bien ses objectifs. Ce qu'elle découvrira dans l'espace changera à jamais sa perception du monde, et remettra en cause sa foi. Désireuse de dire toute la vérité, Emma risque de se heurter à de nombreuses difficultés. Ou quand la métaphysique entre en jeu. Créé par Lewis Trondheim et Olivier Vatine, "Infinity 8" est un projet portant sur une série de 8 albums de BD de science-fiction. Les deux premiers tomes ont fait l'objet d'une pré-publication sous forme de six "comic books" de 36 pages, et ces volumes sortent désormais en version reliée. Ce troisième volume est entièrement scénarisés par Lewis Trondheim et Fabien Vehlmann, tandis que le dessin est assuré par Olivier Balez. La série comporte de nombreux éléments puisés dans les comics américains, mais également dans les BD franco-belges (Valérian et Laureline par exemple). Il en ressort une saga science-fiction complètement barrée, épique, drôle et improbable.

VERDICT

-

Infinity 8 signe de la science-fiction pour le moins décalée. Ce qui était parti comme un délire entre amis, étonnera les habitués du genre. L'ouvrage s'amuse à briser les codes du comics, c'est divertissant et plus malin qu'on pourrait le penser de prime abord. Ce troisième tome s'avère toujours aussi drôle, et distille une dose de métaphysique plutôt appréciable. Quant aux dessins, ils arborent un style élégant et clair.

© 2004-2017 Jeuxpo.com - Tous droits réservés