My Hero Academia tome 24
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 02 Juillet 2020
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8.5/10

Scénario et dessin : Kohei Horikoshi

My Hero Academia (Boku no Hero Academia) est une série toujours en cours de parution au Japon, et qui a déjà connu vingt-cinq tomes aux éditions Shueisha. L'intrigue prend place dans un monde contemporain où 80% de la population dispose d'un pouvoir surhumain appelé alter. Les héros font donc parti du quotidien, mais les super-vilains également. Fan absolu de l'invincible All Might, Izuku Midoriya, 15 ans, veut entrer à la Hero Academia pour s'inscrire sur les traces de son modèle. Le bémol, c'est qu'il ne dispose d'aucuns pouvoirs, si ce n'est des rêves. Il va donc devoir faire preuve d'une réelle motivation et de courage devant les épreuves à affronter. Mais la chance semble le rattraper et il croisera bientôt la route d'All Might en personne ! L'adolescent ne pourra compter que sur lui même pour progresser dans cet univers très ombragé, les rapports humains demeurant assez violent et son évolution ressemblera à celle d'un Captain America, à savoir un personnage normal transformé peu à peu en surhomme. Une situation voulue par son idole, All Might, dont les capacités commencent à vaciller avec le temps ...

Les notes d'auteur de Kohei Horikoshi s'excusent de l'absence de Izuku "Deku" Midoriya dans le volume vingt-quatre ; en fait, à part les photos interdites ou la couverture de chapitre occasionnelle, pas un seul héros n'a été repéré dans le dernier volume de My Hero Academia. En effet, le remplacement de la bannière de Spinner sur la couverture illustre l'intention de cette itération : une célébration de la "Ligue des méchants" de la série - l'association dysfonctionnelle des super-vilains laissée à la postérité après l'humiliante défaite de All For One. Le fait qu'il s'agisse ici d'un parallèle à peine voilé avec le précédent Combat d'Entraînement Conjoint - un autre arc d'entraînement dénigré pour son rythme exagéré - peut susciter des inquiétudes, mais il n'y a rien à craindre : les thèmes pertinents du traumatisme et des idéaux contradictoires gardent nos méchants sous contrôle ; pourquoi, alors qu'ils réalisent progressivement des prouesses sans inhibition en démolissant leurs mécanismes de défense respectifs, nous frissonnons en reconnaissant que nous les encourageons inconsciemment à vaincre le front de libération des Méta. Dans les limites du raisonnable, en tout cas - les différentes psychologies de la Ligue des méchants révèlent toutes des éducations similaires, mais alors que les pitoyables Spinner et Jin "Twice" Bubaigawara pourraient certainement susciter de la sympathie, Tomura Shigaraki et Himiko Toga sont des tragédies irrémédiables ; de toute façon, leur passé individuel expose les défauts d'une société dominée par les Quirks - celle-là même que l'Armée de libération des Méta, une organisation ferme et résolue, déterminée à déréglementer tout usage des Quirks, cherche à réformer. Chaque membre vedette éclipse ses adversaires méchants respectifs par pure confiance : un témoignage de la pathétique et de l'absence de but de la Ligue depuis qu'elle a perdu son chef mythique. Pour ceux qui ont été déçus par l'inaction relative de la Ligue au cours des dix derniers volumes, cet arc pourrait bien être une sorte d'excuse de la part d'Horikoshi. D'une part, les inconnus qui peuplent l'Armée de libération signifient qu'il n'y a pas de temps à perdre avec des matches de rêve frivoles pour remplir cet arc, de sorte que les méchants mis en évidence ne sont laissés que pour s'attaquer de front à leurs propres insécurités et inhibitions. Déguisée en un moyen d'aplanir leurs caprices, My Hero Academia ne se trompe pas de cible dans le développement de ses méchants.

Les combats de Twice sont la vedette incontestable de ce volume - un pauvre malchanceux qui est devenu criminel pour échapper à la solitude, sa descente aux enfers établit déjà un parallèle avec notre propre réalité, à savoir, qu'est-ce qui pousse quelqu'un à se tourner vers le crime ? Pourquoi les gens se retrouvent-ils dans des gangs violents ? Comment la santé mentale entre-t-elle en jeu ? Pour Twice, un individu perturbé sans aucun lien familial, les actes méprisables qui alimentent la Ligue des méchants ne sont qu'un moyen d'arriver à ses fins - pour contrer Shigaraki, il ne se réveille pas tous les jours en disant : "Je veux tuer tout le monde" ; non, il veut simplement un endroit auquel appartenir, en serrant sa précieuse amitié avec Toga comme un cadeau plus précieux que la vie elle-même. Pendant ce temps, nul autre que Spinner - notre seul avatar exprimant sa frustration face à l'inaction de la Ligue - exploite le battage médiatique et l'inspiration qui ont suivi la défaite de Stain pour échapper à sa ville natale discriminatoire, et lui aussi pourrait sacrifier ses propres idéaux ne serait-ce que pour ses camarades. Malheureusement, alors que d'autres membres ont également des problèmes de sympathie, certains sont allés trop loin dans leur vie criminelle, à savoir Himiko Toga. Contrairement au masque conforme à la réalité de Twice, le propre dispositif de Toga, qui permet de siphonner le sang, est freiné par un voile psychologique qui supprime sa Quirk suceuse de sang, conformément aux tabous de la société : un sous-produit des ordres de ses parents pris de panique. Hélas, plutôt que d'encourager un développement plus sain du Quirk de leur fille, ses parents ont simplement paniqué en voyant leur douce petite fille siroter les entrailles d'un oiseau mort et lui demandent strictement d'être "normale". Les épreuves et les tribulations de la naïveté de l'enfance et de l'adolescence hormonale, et cette commande fragile se passe aussi bien qu'on pourrait s'y attendre, avec la soif de sang refoulée de Toga et les émotions confuses de l'adolescence qui se fondent en une conception déformée de l'amour. De sa vie de fugueuse à son entrée dans le groupe terroriste le plus célèbre du Japon, on ne peut que se demander comment le Quirk de cette pauvre fille a pu donner naissance à un "normal" vraiment bénéfique. Et pourtant, même son histoire de "poignarder le gamin populaire que j'aimais et boire son sang" n'a rien à voir avec celle de Tomura Shigaraki sur l'échelle de l'erreur. Alors que des morceaux font surface dans la psyché de Shigaraki, le chapitre dont nous sommes témoins ici n'est qu'un sinistre prélude au volume suivant : Le père de Shigaraki, qui déteste les héros depuis la mort de sa mère (Nana Shimura - mentor de All Might et ancien porteur de One for All), rejette froidement l'affection de son fils pour les héros au point de se désengager et même d'en abuser. Le cycle qui s'ensuit - un père qui gronde, une famille qui se recroqueville de peur et qui ne part que pour ramasser les morceaux avec gentillesse - forge une famille de complaisance vide : aucun acte d'amour véritable ne sauve le jeune Shigaraki de ses coups, et les engagements pressants dans ses mystérieuses allergies affligeantes sont laissés à l'abandon ; une fois de plus, la recette parfaite pour un désastre.

VERDICT

-

Alors que les yeux sombres de Mon fixent les profondeurs du désespoir de Shigaraki, le rappel effrayant du nom du volume - "All It Takes is One Bad Day" (Il suffit d'un mauvais jour), qui apparaît dans le dernier panneau - nous laisse un cruel souvenir ; en effet, tout comme il n'a fallu qu'un jour pour ruiner la vie de Toga et Shigaraki, il suffit d'un seul éclair de colère pour ruiner des vies et détruire des rêves. Alors que les méchants de My Hero Academia s'enveniment dans la tristesse et l'adversité nées de circonstances malheureuses, nous pourrions être amenés à nous demander qui affirme notre propre amour et notre confiance - en ces temps turbulents de pandémies et d'enfermement, ce sont des liens dont nous avons plus que jamais besoin. N'oubliez pas : les criminels ne deviennent pas psychopathes simplement parce qu'ils en ont envie.

© 2004-2020 Jeuxpo.com - Tous droits réservés