Elementary saison 7
Plate-forme : DVD
Date de sortie : 02 Décembre 2020
Résumé | Test Complet | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
TV
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Dans la dernière saison d'Elementary, Holmes et Watson retourneront là où la légende de Sherlock a commencé : Londres.

Elementary est une série américaine créée par Robert Doherty et diffusée entre 2012 et 2019 sur CBS aux États-Unis, depuis 2013 en Belgique sur RTL-TVI et 2014 en France sur M6. Suivant l'exemple de la BBC avec "Sherlock", Elementary transpose les aventures du héros de Sir Arthur Conan Doyle dans un univers contemporain. Si la série britannique reprenait les véritables intrigues de Sherlock Holmes, Elementary est une adaptation totalement libre, prenant désormais place à New York. Le célèbre détective a en effet été renvoyé de Scotland Yard, en raison de son addiction à l'alcool. Sherlock s'est installé à Manhattan, où son richissime paternel (avec qui il est en conflit) l'oblige à cohabiter avec le Dr Joan Watson afin de s'assurer qu'il ne replonge pas. Ancienne chirurgienne émérite, Joan Watson a perdu un patient et sa licence trois ans plus tôt. Ce nouvel emploi est vécu comme une pénitence, mais rapidement ce "partenariat" devient plus qu'une simple relation de travail mais plutôt un amour platonique (du moins du respect mutuel). Appelés à la rescousse par une bonne société en émoi, ils ne laisseront aucun crime impuni, aucune énigme irrésolue. Quitte à parfois enfreindre la loi pour parvenir à leurs fins !

La sixième saison d'Elementary devait être la dernière, et la finale semblait appropriée, puisque Holmes et Watson avaient déménagé à Londres et logeaient au 221B et 221A Baker Street. "Nous sommes deux personnes qui s'aiment", avait dit Holmes et nous avions tous poussé un soupir de soulagement, que oui, l'amour et l'affection sincères que ces deux-là partageaient étaient éternels. Mais ensuite est arrivé une saison finale raccourcie de 13 épisodes, et nous nous sommes demandé pourquoi il en était ainsi. La saison dernière, nous avons vu une Watson blonde se débattre avec le déménagement de l'autre côté de l'étang alors que Holmes s'épanouissait sur son propre terrain. "Pensez à l'année que nous avons eue jusqu'à présent. Si vous continuez comme ça, je pourrais être fait chevalier", dit Holmes. Elementary n'est pas la première série à avoir adapté le travail de Doyle. Mais aucun d'entre eux n'a fait ce qu'Elementary a fait, c'est-à-dire humaniser Sherlock Holmes comme jamais auparavant. Mais la tentative d'assassinat du capitaine Gregson (Aidan Quinn) incite le duo à revenir à New York, et nous revenons en terrain connu - un meurtre par épisode et un problème plus important qui prendrait le relais comme arc de développement dans la série. Quelques changements de vie ont eu lieu dans la saison, mais ils ont été précipités et ont parfois semblé être rétro adaptés par le créateur de la série, Robert Dohearty.

Tout compte fait, Elementary est un spectacle dont il faut se souvenir pour son approche du genre et pour renverser les idées fausses qui l'entourent. Ici, même la némésis de Holmes, Moriarty, est une femme jouée par Natalie Dormer. Watson a commencé comme compagne de sobriété pour Holmes, mais au cours des six saisons suivantes, leur relation s'est transformée en une bromance touchante. Le duo a dû faire face à des alertes à la bombe, à des attentats répétés, à l'apiculture, à une tortue de compagnie et aux manigances de Holmes avec le collectif de hackers Everyone, le tout depuis l'imposant mais délabré manoir en grès brun que les deux protagonistes partageaient. Watson a évolué pour devenir une détective qui était à la hauteur, voire supérieure à son mentor et guide. Holmes a grandi pour former et avoir des relations émotionnelles fonctionnelles avec ses pairs. Elementary n'est pas la première série à avoir adapté le travail de Doyle. Nous avons eu Dr House où Hugh Laurie jouait un diagnosticien offensif, mais brillant, qui a élucidé les mystères des maux qui affligent le corps humain. Steven Moffat a fait connaître Benedict Cumberbatch avec son interprétation de Sherlock Holmes et Martin Freeman a enfin obtenu son dû en tant que Watson. Robert Downey Jr s'est amusé avec le personnage. The Mentalist avait lui aussi des accents sherlockiens.

VERDICT

-

Elementary a réussi à humaniser Sherlock Holmes comme jamais auparavant. Alors que l'acerbe, l'esprit sec et le trait caustique du personnage ont empêché les choses de devenir ennuyeuses, le développement du caractère des deux protagonistes leur a donné une racine unique. C'est sublime de voir Holmes tout étouffé lorsqu'il rend visite au capitaine Gregson à l'hôpital sur son lit de mort. Et dans le dernier épisode aussi, nous voyons ce côté émotionnel lorsqu'il dit : "Tant que nous sommes ensemble, quelle importance". Nous sommes heureux. Et bien, nous pensons que Watson et Holmes le sont aussi.

© 2004-2020 Jeuxpo.com - Tous droits réservés