Le Dernier Vermeer
Plate-forme : DVD
Date de sortie : 24 Mars 2021
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
film
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


7/10

Réalisé par Dan Friekin

Depuis des temps immémoriaux, l'art donne matière à réflexion. Quand exactement une création reçoit-elle un label artistique ? Qui sont les personnes qui décident ? Est-ce que rien n'est de l'art ou est-ce que tout est de l'art ? Le dernier Vermeer pose ces questions. Il sauve le film de la médiocrité. Le scénario du film "Le dernier Vermeer" est basé sur le livre "The Man Who Made Vermeers" de l'historien de l'art américain Jonathan Lopez. Elle tourne principalement autour du peintre néerlandais Han van Meegeren. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Van Meegeren a amassé une fortune en tant que marchand d'art pour les nazis. Ce sont surtout les tableaux de Johannes Vermeer, qu'il a vendus à Hermann Göring et à d'autres, qui l'ont rendu riche. Après la libération, cependant, sa chance a vite tourné. Il a été arrêté et condamné comme collaborateur. Sa culpabilité était incontestable pour beaucoup, mais lorsqu'il s'est avéré que les peintures étaient des faux de sa propre main, la confusion a été grande. A quel point était-il vraiment coupable ?

L'histoire du maître faussaire Han van Meegeren a déjà été racontée à de nombreuses reprises, notamment en 2016, lorsque Jeroen Spitzenberger en a fait le portrait dans "A Real Vermeer". Alors que ce film tentait de retracer toute l'histoire de sa vie, "Le dernier Vermeer" se concentre principalement sur l'après-guerre, et plus précisément sur son plagiat. Cette fois, c'est au tour de l'acteur Guy Pearce de jouer le rôle de Han van Meegeren. Un Australien jouant un Hollandais ; est-ce bien raisonnable ? Dans le cas de Pearce, on peut parler d'une agréable surprise. L'acteur est très bon dans le rôle du maître faussaire. Lorsqu'un film est basé sur une histoire vraie, le cinéaste court toujours le risque de tomber dans le piège de la fiction contre la réalité. D'un côté, le réalisateur peut vouloir être fidèle aux faits de l'histoire ; de l'autre, il peut vouloir jouer avec l'histoire en question. Dans le cas de "The Last Vermeer", il est clair que le réalisateur Dan Friedkin s'est un peu trop orienté vers le second cas. Il est difficile de prendre son film pour une corruption complète, mais il prend certainement les libertés créatives nécessaires. Dans certaines scènes, cela donne un spectacle agréable, qu'il soit ou non grandiloquent (le tribunal), mais il y a aussi des scènes qui paraissent forcées et quelque peu ringardes (la poursuite). Pour ceux qui ne connaissent pas l'histoire de Han van Meegeren, les changements ne seront pas trop importants, mais les connaisseurs et les historiens (de l'art) fronceront sans doute les sourcils devant certains choix. Les scènes qui ont directement trait à l'art sont plus attrayantes.

VERDICT

-

"Le Dernier Vermeer" soulève quelques aspects intéressants sur la valeur que nous attachons à l'art. En particulier, les déclarations sur les critiques d'art suscitent l'intérêt, surtout lorsqu'elles sont liées au consensus toujours changeant du mouvement artistique. Le fait qu'il soit interprété par Guy Pearce n'en est que meilleur. Il est évident que Pearce s'amuse dans son rôle de Van Meegeren. Lorsqu'il parle d'art, et il le fait souvent, ses yeux s'illuminent et il rayonne comme un petit garçon qui vient de trouver son ambition d'acteur. On ne voit pas l'acteur pendant ces moments. Vous voyez Van Meegeren. Pearce est le maître de sa propre contrefaçon dans ces moments-là.

© 2004-2021 Jeuxpo.com - Tous droits réservés