Mandy
Plate-forme : DVD
Date de sortie : 06 Février 2019
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
film
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


7.5/10

Réalisé par Panos Cosmatos.

Amérique du Nord, 1983. Red Miller et son épouse Mandy Bloom mènent une existence paisible, retirés dans les forêts de la côte ouest américaine. Ils sont opposés à la société matérialiste et passent leurs journées principalement dans les bras l'un de l'autre, tout en philosophant sur les planètes et le cosmos ou en prenant un verre, des livres de fantaisie et des films de pâte à papier. Mais leur vie tranquille est cruellement perturbée lorsque Mandy tombe accidentellement sur le leader de la secte, Jeremiah Sand (Linus Roache), lors d’une promenade dans les bois. Sand ne peut plus oublier Mandy et appelle une bande de démoniaques pour kidnapper l'objet de ses désirs. L'action, cependant, a des conséquences horribles et forme finalement le prélude à un bain de sang aux proportions épiques.

Quiconque a vu le film "‘Beyond the Black Rainbow" sait que Panos Cosmatos est un réalisateur qui ne craint pas une approche expérimentale. Aussi dans 'Mandy', sa prédilection pour le sensuel et l'onirisme semble claire. Cela est particulièrement évident lors des premiers actes, qui se caractérisent par l'utilisation fréquente de filtres de couleur rouge, bleu et vert, des aides cinématographiques qui donnent une touche hallucinatoire aux scènes à prédominance sinueuse. L'atmosphère étouffante qui en découle assure également que les scènes d'horreur se sentent un peu plus inconfortables et plus sombres. 'Mandy' est à la fois abstraite, extrêmement grave et difficile à digérer, mais elle transforme progressivement l'histoire en un film de vengeance assez rectiligne qui exploite pleinement le camp d'horreur qui a fait ses preuves. Ce changement de ton donne à Nicolas Cage l’occasion de sortir du placard du rôle de Red Miller et de s’abandonner complètement à une explosion hystérique de chagrin et de fureur. Sous l'influence de l'alcool et d'une dose de super-LSD, Miller se transforme en un ange destructeur impitoyable. Le sang coule abondamment dans la deuxième partie de 'Mandy', ce qui donne un film d'horreur magnifique et stylé qui, dans les années quatre-vingt du siècle dernier, se serait sans aucun doute retrouvé haut dans les classements.

VERDICT

-

Mandy est un film rempli de paradoxes: parfois abstrait, prétentieux, lent, beau, triste et un peu collant, mais parfois émoussé, maniaque, rectiligne et presque risible. Le résultat est un cocktail extravagant qui séduira à la fois les amoureux du massacre et de nombreux amateurs de films d'horreur plus sophistiqués et plus artistiques (pensez au travail de Dario Argento ou de Mario Bava, par exemple).

© 2004-2020 Jeuxpo.com - Tous droits réservés