Unfriended : Dark Web
Plate-forme : Blu-Ray
Date de sortie : 02 Mai 2019
Résumé | Test Complet | Images | Actualité | Commentaires
Editeur :
Développeur :
Genre :
film
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


7/10

Réalisé par Stephen Susco.

Cela aurait dû être une soirée très confortable avec des amis devant l'ordinateur, du moins c'était le plan de Matias (Colin Woodwell). Mais d'abord, il y a le chat avec sa petite amie sourde-muette Amaya (Stephanie Nogueras), qui n'est pas très heureuse de son manque d'efforts pour apprendre le langage des signes. Et puis son nouvel ordinateur portable fait aussi des siennes. Il reçoit constamment des messages étranges, qui étaient probablement destinés à l'ancien propriétaire. Quand lui et les autres sont arrivés devant leurs ordinateurs respectifs, ils font une terrible découverte : un groupe dans le Dark Web joue à des jeux cruels et sont maintenant sur leurs traces.

Comme on le sait, il ne faut pas grand-chose pour qu'un film d'horreur continue. Tant que le projet n'a été que raisonnablement rentable, une ou deux autres parties supplémentaires arrivent presque toujours. Et la rentabilité n'est pas un phénomène rare dans un genre qui est mieux connu pour ses petits budgets que presque tous les autres. Il n'était donc pas vraiment surprenant que Unfriended ait un successeur. Un résultat de 64 millions de dollars au box-office si la chose ne coûte qu'un million ? C'est trop tentant de dire non. Le fait qu'une continuation directe du contenu n'est pas possible n'était pas un réel problème. Après tout, il y a assez de séries d'horreur dans lesquelles tous les protagonistes sont échangés d'une partie à l'autre. Dans le cas de Unfriended : Dark Web, c'est même une bénédiction. Les personnages sont beaucoup plus âgés, plus matures et finalement plus sympathiques. Ils ont beaucoup plus à dire les uns aux autres et à l'auditoire : Quand ils parlent d'amitiés et de relations, jouent à des jeux simples ou s'élèvent les uns les autres, alors vous vous sentez rapidement partie de la clique. Les acteurs ont également un rôle important à jouer. Les grands noms ont été enlevés, probablement pour maintenir le budget le plus bas possible.

Comme dans le précédent opus, le film entier se déroule sur les écrans d'un ordinateur de bureau. De temps en temps, nous apercevons le fond des salles ou regardons des vidéos d'autres endroits. Dans une large mesure, cependant, les images ne sont en fait que des photos des amis qui regardent leurs écrans. Ce n'est pas varié, mais le suspense n'est pas l'une des grandes forces du film. Le sentiment de menace commence beaucoup trop tard pour cela. Mais Dark Web est amusant. D'une part, le film parvient à capturer le comportement en ligne d'aujourd'hui, qui saute de fenêtre en fenêtre, mais en même temps est complètement exagéré. Plus le film progresse, plus les abîmes sont profonds, plus tout cela devient ridicule. L'ordinateur devient non seulement un lieu de rencontre pour tous, mais aussi un lieu où tout est possible. Stephen Susco, qui a déjà écrit des scénarios pour The Grudge, raconte trop de bêtises sur ses débuts en tant que réalisateur. Au moins, c'est absurde, ce qui est parfois imprévisible. Là où l'on s'ennuie souvent à mourir dans ce genre, quand une scène est volée après l'autre, on est au moins curieux de savoir ce qui peut arriver ensuite.

VERDICT

-

Comme son prédécesseur, Unfriended : Dark Web traite des dangers de l'Internet et repose entièrement sur son apparence de bureau d'ordinateur. C'est à la fois réaliste, aussi à cause des personnages sympathiques, et pourtant complètement exagéré. C'est moins excitant, même si la curiosité reste à un niveau supérieur. L'horreur perfide est amusante, cependant.

© 2004-2019 Jeuxpo.com - Tous droits réservés