Traîné sur le bitume
Plate-forme : Blu-Ray - DVD
Date de sortie : 03 Août 2019
Résumé | Test Complet | Images | Actualité | Commentaires
Editeur :
Développeur :
Genre :
film
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Réalisé par S. Craig Zahler

Brett est un vieil homme amer. Après que des images d'une arrestation un peu trop musclée aient diffusées aux informations télévisées, lui et son partenaire Anthony sont suspendus. Ils ne peuvent pas se le permettre. Les deux hommes élaborent un plan pour cambrioler un criminel : le trafiquant de drogue allemand Vogelmann, qui a planifié un braquage de banque avec une petite équipe. Au début de l'exécution, tout devient incontrôlable. Cela aboutit à une confrontation très excitante dans un parking où s'accumulent de nouvelles surprises désagréables.

Dragged Across Concrete est le troisième long métrage de l'œuvre de plus en plus spéciale du réalisateur S. Craig Zahler. Avec Bone Tomahawk, il a emmené le western dans le genre de l'horreur d'une manière brute. Dans Brawl at Cell Block 99, il a montré à quel point Vince Vaughn peut être brutal. Et maintenant, il nous donne un vieux Mel Gibson amer. Avec une moustachee et beaucoup de colère accumulée. Dans les années 1970, le cinéaste se servait de sang, de sable et d'anti-héros. Au moins, c’est ce dont de nombreux cinéphiles aiment se souvenir. Et c'est précisément à cette idée que le réalisateur et écrivain Zahler rend hommage à Dragged Across Concrete. Il tire du même canon que ses prédécesseurs Sam Peckinpah et John Boorman, et avec le même talent. Mais aussi avec un peu plus d'amour pour les films d'exploitation de la même période où ces deux vieux maîtres de l'action ont réalisé leur meilleur travail. Ce qui ressort peut-être d'un seul coup d'œil, c'est la longueur du film: plus de deux heures et demie. L’intrigue n’a pas besoin de ça, parce que Zahler le maintient simple à cet égard. Cependant, l'action se nourrit toujours de ce que le spectateur ressent avec les personnages, et ce réalisateur investit dans cela. Le chauffeur du casse, Henry, a une longue histoire. Le film commence même avec lui; ses premières relations sexuelles quand il sort de prison, puis comment il retourne vivre avec sa mère et son frère handicapé. Mais après les dix premières minutes, nous ne le voyons plus très souvent, jusqu'à ce que sa part dans le braquage de banque commence.

Et l'importance dans ce film signifie qu'on ne peut pas garantir que tous les personnages atteindront le générique de fin vivants. Le fait que tout le monde peut mourir rend ce film beaucoup plus excitant qu'une superproduction d'action moyenne avec du sang CGI et un travail de cascadeur irréaliste. Il y a vraiment quelque chose en jeu. Même un personnage aussi antipathique que Brett Ridgeman a de bonnes raisons d'être tel qu'il est. Ce rôle de Gibson semble être un clin d'œil au premier rôle cinématographique emblématique de sa carrière: 'Mad' Max Rockatansky. Aussi un flic qui est forcé de passer à travers les mailles du filet de la loi, mais maintenant une amertume s'est accumulée au fil des décennies. Dans ce rôle principal, Gibson montre qu'il l'a toujours en lui. La collaboration renouvelée entre Zahler et Vaughn, et plus encore, Carpenter, porte aussi des fruits juteux. Mais en fait, chaque rôle a quelque chose de mémorable. De plus en plus d'acteurs font la queue pour travailler avec le metteur en scène, et il récompense l'enthousiasme avec du matériel solide comme du béton. Peu importe la taille du rôle.

VERDICT

-

Traîné sur le bitume a un titre qui fait appel à l'imagination. L'étroitesse avec laquelle l'histoire est principalement racontée en images est à apprécier, sans en sacrifier le niveau des dialogues. Ajoutez à cela une bande-son merveilleuse et émouvante et vous obtenez un film captivant. Combien de temps faudra-t-il avant que Zahler ne livre un véritable chef-d'œuvre ?

© 2004-2019 Jeuxpo.com - Tous droits réservés