Castlevania : Portrait of Ruin
Plate-forme : Dual Screen
Date de sortie : 09 Mars 2007
Résumé | Test Complet | Images | Actualité | Commentaires
Editeur :
Développeur :
Genre :
Action/Aventure
Multijoueur :
Oui
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


9/10
Castlevania revient pour un second tome sur Nintendo DS.

1987-2007 : 20 ans de démons

Castlevania fete ses vingt ans ! A cette occasion, la série phare de Konami revient sur Nintendo DS dans un jeu en 2D, dans la lignée de son prédécesseur. A peine la partie lancée, nous sommes accueilli par un générique en dessin animé de bonne facture, nous présentant le contexte de ce volet : Ce nouvel épisode se déroule pendant la Seconde Guerre Mondiale et met en scène deux nouveaux jeunes héros, Jonathan Morris, un chasseur de vampires et Charlotte Orlean, une fille aux étonnantes capacités magiques. Ils devront déjouer les plans maléfiques du vampire Brauner et de ces deux mystérieuses filles, qui veulent ressusciter Dracula ... du moins c'est ce que l'on croit.

Bien décidé à en finir rapidement, vous repartez à l'assaut du château, mais une fois encore, le personnage principal n'est pas un membre de la famille Belmont, ce qui pourrait causer quelques soucis si Dracula parvenait à se réveiller. Comment en effet utiliser le fameux fouet magique sans se consumer soi meme ?

Coopération

Sans vouloir en réveler trop sur la série d'évènements qui composent Portrait of Ruin, sachez que Brauner est un "artiste" et peint des tableaux pour le moins réaliste. En effet, en pressant Haut à proximité de ceux-ci, Jonathan et Charlotte pénètrent dans un nouveau monde, qui va de la cité perdue, en passant par le désert égyptien ou la station de train abandonnée. Quatre mondes principaux vous attendent, éparpillée dans le spacieux chateau du comte Dracula. Il va falloir explorer chaque recoin pour trouver le passage adéquat ou la magie qui vous permettra d'avancer.

Car dans Portrait of Ruin, on ne dirige pas seulement un personnage, mais parfois deux. Durant l'aventure, vous pouvez à tout moment switchez entre Jonathan et Charlotte en pressant le bouton X. Chacun possède ses propres capacités, le premier est davantage expert en armes, tandis que la seconde se spécialise dans la magie. Afin de progresser efficacement, il faudra souvent grace à la touche A, faire intervenir les deux personnages simultanément (pour pousser un bloc par exemple ou casser un mur). De plus, en pressant haut et X, vous pourrez déclencher une attaque combinée qui infligera davantage de dégats à l'adversaire. Précisons par ailleurs que le jeu est également jouable en coopération via le réseau sans fil. Une cartouche par DS est cependant exigée.

Une réalisation en progression

Les développeurs commencent à bien maitriser la Nintendo DS et cela se ressent. La qualité graphique est ainsi plus fine que dans Dawn of Sorrow, avec une palette de couleurs enrichis et des effets spéciaux de qualité. L'écran supérieur de la DS livre en permanence une carte bien utile des lieux, tandis que l'action se déroule en bas. Toutefois il est possible de remplacer la carte par le statut des personnages en pressant simplement Select. Konami a de plus paufiné son bestiaire de monstres (on en dénombre plus d'une centaine) et les environnements traversés. Un travail qui se ressent également dans l'animation de tout ce petit monde qui n'accuse jamais une faiblesse.

Les téléporteurs bien pratiques sont toujours de la partie et pour sauvegarder il faudra trouver une pièce reconnaissable à sa statut brillante. Battre des monstres rapportera de plus, de l'expérience, de l'argent ou bien une arme nouvelle. Le marchand (ici nommé Vincent) est ainsi de retour pour vous acheter ou vous vendre des objets bien utiles, objets que vous pourrez également troquer à d'autres joueurs grace à la Nintendo Wifi Connection.

Si Jonathan n'a pas les pouvoirs de Soma, grace à la magie de Charlotte il sera possible de se transformer en chouette, grenouille, ou bien de faire appel à une armée de squelettes pour vous seconder durant les combats. Un large panel est possible et il faudra toujours veiller à réaliser les meilleures combinaisons. Ainsi il est fortement conseiller de participer aux quetes que vous proposent le fantome de Lecarde, où vous pourrez entre autres, débloquez de nouveaux mouvements et capacités.

Côté armes, cela va du couteau, à la lance, en passant par l'épée, du classique en somme. Grande différence par rapport à Dawn of Sorrow, tout le jeu se joue cette fois en digital, l'écran tactile n'intervenant nullement durant les combats.

Point de vue, c'est encore un grand progrès par rapport à l'épisode précédent, avec des musiques excellentes et au rendu très bon  La durée de vie demeure elle un peu plus longue, avec certains niveaux optionnels à faire qui rallongeront un peu l'aventure, sans compter certains boss difficiles qui obligeront à faire du leveling.

     

VERDICT

- Castlevania Portrait of Ruin s'impose comme un épisode de grande qualité. La réalisation apparait très soignée et l'aventure se montre très accrocheuse. Bref, une fois encore Konami nous gratifie d'un excellent opus.
© 2004-2019 Jeuxpo.com - Tous droits réservés