Yu-Gi-Oh! Zexal Clash Duel
Plate-forme : Nintendo 3DS
Date de sortie : 26 Juin 2014
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Action
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


5.5/10

Yu-Gi-Oh! passe à l'arc Zexal avec ce premier opus sur Nintendo 3DS.

Une version revue et corrigée ?

Après trois ans d'absence, Yu-Gi-Oh! marque son retour cette fois sous la forme Yu-Gi-Oh! Zexal. L'intrigue se déroule dans un futur assez proche, plus précisément dans la ville de Heartland. Grâce à la technologie, les duellistes se livrent des combats avec la réalité augmentée. Ceux-ci utilisent en effet un système composé d'un lunette de duel et d'un Disk de duel qui permettent aux joueurs de vivre des duels plus réalistes. Yuma Tsukumo, 13 ans, est prêt à relever tous les défis, mais son niveau de jeu actuel n'est pas vraiment très élevé. Alors qu'il livre un affrontement acharné contre Shark, un des délinquants de son école, Yuma ouvre par hasard une porte mystérieuse libérant Astral, une créature mystique qui a perdu la mémoire et qui ne peut être vu que par Yuma. Astral était auparavant un grand duelliste, et pour reconstituer son passé, il faudra retrouver des fragments dispersés sous la forme de 99 cartes monstres appelés "Numéros".

Bref, cette première adaptation sur Nintendo 3DS comprend naturellement les dernières séries en date et nous retournons donc au traditionnel jeu de cartes dans une version très complète, intégrant plus de 5500 cartes et comme à l'accoutumée, vous disposez d'un deck de démarrage et devez partir en chasse d'autres duellistes. Les figures marquantes du manga et du dessin animé sont présentes, et il faudra veiller à regarder leur niveau avant de de lancer dans des batailles impossibles, surtout que les temps de chargements sont parfois très longs quand c'est à l'ordinateur de jouer. Pour le reste le concept se veut très familier et ne devrait pas dépayser nos chers rôlistes. Les nouvelles cartes permettront d'avantage de tactique offensive et défensive. L'action y paraît toujours très claire et quelques animations de bonne qualité ponctuent la progression. Deux modes de jeux sont présents, le World Duel Carnival, un tournoi issu du manga, et un mode duel libre (sorte de partie rapide où toutes les cartes sont déjà débloquées).  D'emblée, trois personnages jouables disponibles (sur un total de douze), chacun avec son deck particulier.

Un contenu allégé.

Pour son passage sur 3DS, on ne peut pas dire que Konami est bouleversé la réalisation technique de Yu-Gi-Oh!. Les graphismes conservent un style similaire aux moutures DS et l'interface est totalement identique. Le titre propose toujours une vue 3D de la grille sur l'écran supérieur de la console, et quelques animations s'effectuent lors du déplacement des cartes ou lors des combats, mais plus du tout lors des invocations des monstres. La jouabilité est globalement simple, merci l'écran tactile, et les menus bien conçus. A noter une bande son réussie et que le jeu est livré (comme à l'accoutumée) avec trois cartes rares (Chasse- Neige Grande Vitesse, Chevalier Night Express et Programme Spécial). Les textes sont bien sur toujours en français, et pour une meilleure accessibilité, les développeurs ont ajouté un mode facile et un tutoriel. Mais il faut aussi savoir que le contenu a été sévèrement allégé depuis la mouture japonaise qui proposait 40 personnages jouables, des modes annexes (Device, Database), du multijoueurs local et en ligne, une galerie photo, une sélection des musiques, ou encore des doublages parlés. En Europe, rien de tout cela, et les duels tags ont également disparu, de même que le sauvegarde automatique.

VERDICT

-

Nous avions quitté Yu-Gi-Oh! en 2011 sur DS dans un volet classique mais efficace, nous le retrouvons trois ans plus tard dans un épisode sérieusement impacté par la disparition de plusieurs modes (notamment le multijoueurs) et une réalisation technique qui n'a pas évolué d'un iota. Heureusement, le cœur de jeu s'avère toujours efficace.

© 2004-2020 Jeuxpo.com - Tous droits réservés