Dragon Quest XI : Les Combattants de la destinée
Plate-forme : PlayStation 4 - PC - Nintendo 3DS - Nintendo Switch
Date de sortie : 04 Septembre 2018 - 29 Juillet 2017 (Japon)
Résumé | Test Complet | Actualité | Commentaires
Editeur :
Développeur :
Genre :
RPG
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Dragon Quest XI raconte l'histoire d'un héros pourchassé, dénigré, pris pour un démon et traqué par un monarque malfaisant.

Les Combattants de la destinée.

Un jeune homme qui est sur le point de prendre part aux rites de passage de son village voyage vers une pierre sacrée avec son ami d'enfance. Après une série d'imprévus, notre intrépide aventurier apprend qu'il est la réincarnation d'un héros légendaire depuis longtemps oublié. Le jeune héros s'aventure dans un monde inconnu pour dénouer les fils des mystères de son passé... mais l'accueil qu'il reçoit est tout sauf chaleureux. Ayant révélé son identité au roi, le héros est accusé d'être l'engeance de l'Ombre, et se voit pourchassé par une armée impitoyable. Devenu fugitif, le héros réunit une attachante bande d'aventuriers persuadés qu'il est la réincarnation de l'Éclairé. Ensemble, le héros et ses nouveaux compagnons se lancent dans une quête qui leur fera traverser continents et océans et découvrir l'existence d'une menace planant sur le monde entier.

De prime abord, Dragon Quest XI semble un jeu de rôles hors de son temps. Du génial thème musical des années 1980 à l'arrivée de votre première compagne (Gemma) qui a besoin de vous, protagoniste masculin indomptable, pour la protéger de toutes sortes de monstres, on ne peut pas dir que DQXI bouleverse la formule établie. Vous dirigez l'Eclairé, un héros légendaire forcément sans voix, mais aussi et surtout dépourvu de caractère. Dragon Quest XI vous entoure d'une bande de personnages attachants que vous adorerez, en commençant par Erik, le voleur peu fiable, Veronica, un mage acerbe qui est retombée en enfance, et Sylvando, un luvvie ridiculement amusant. L'un des élémentss intéressants est le résumé de la partie qui apparaît lorsque vous relancez une sauvegarde, avec une explication utile de tous les événements les plus récents. C'est fantastique si vous n'avez pas joué depuis un certain temps ou que vous avez commencé la partie suivante de la quête centrale. Vous pouvez également participer à une brève discussion de groupe à tout moment pour améliorer la cohésion du groupe. Il y a aussi plusieurs choses qui ont été incluses pour que l'expérience RPG traditionnelle soit plus facile à vivre. Qu'il s'agisse d'inclure des sauvegardes automatiques aux côtés des points de sauvegarde d'église traditionnels, une option d'exécution automatique, des personnages qui progressent même s'ils ne sont pas dans votre groupe actif ou la possibilité de laisser le reste de votre équipe accomplir ses propres actions pendant la bataille, Dragon Quest XI semble bien conscient que vous devez vivre avec ces systèmes pendant une longue période et que vous voulez que cela soit le moins compliqué possible à gérer. Beaucoup d'éléments du jeu sont relativement traditionnels, mais ils sont agréablement raffinés au point où ils sont presque invisibles.

Une réalisation à la hauteur ?

Dragon Quest XI est un RPG assez ouvert. Plus concrètement, il permet au joueur une grande liberté d'action et vous pouvez vous balader où vous le souhaitez bien qu'on ne retrouve pas un open world dans le sens strict du terme. La réalisation technique est superbe, bien que ses dessins animés colorés ne soient pas aussi uniques que dans les précédents épisodes. Le jeu dispose d'une grande distance d'affichage et, même si des ennemis surgissent parfois au dernier moment, cela ne pénalise nullement la progression. Certains endroits peuvent sembler fantastiques et le jeu a la capacité de vous émerveiller, mais dans l'ensemble, vous risquez de vous sentir un peu déçu du manque de prise de risque des développeurs. La bande son sera probablement un point de frustration pour de nombreux joueurs. Bien qu'elle soit fidèle à l'héritage de la série, son mélange de mélodies des années 80 et de tourbillons carnavalesques pourra sembler très répétitive. Sauf quelques exceptions, vous entendrez la même musique de combat pendant plus de quatre-vingts heures. Au moins, le doublage est réussi, et il y a clairement eu un travail important pour que les voix sanglaises soient de grande qualité et variées (les voix japonaises sont également disponibles). PS4 oblige, il est bien sur possible de jouer sur PS Vita via la fonction Remote Play, quant à la compatibilité PS4 Pro, elle offre un upscale 4K pour une meilleure qualité d’image globale (contre 900p sur la PS4 standard), du HUD et de l’interface utilisateur. En termes de performances, les versions PS4 et PS4 Pro fonctionnent toutes les deux avec 30 images par seconde.

Le gameplay lui-même reste stoïquement traditionnel et offre du combat au tour par tour où vous choisirez d'attaquer, de défendre, de lancer un sort ou d'utiliser un objet. Il peut y avoir une section originale ici ou là pour varier les situations, que vous montiez à cheval dans une course ou que vous naviguiez dans le monde entier, mais la majeure partie du jeu vous demandera d'explorer le monde, combattre et progresser. Vous ne trouverez pas beaucoup de réconfort dans les quêtes secondaires non plus et la plupart d'entre elles sont assez simples bien qu'il y ait de belles récompenses à les accomplir. Dans un monde où les développeurs tentent de repousser les limites des jeux de rôle, Dragon Quest XI est (heureusement ?) coincé dans le passé, mais le voir sous une forme aussi raffinée est rafraîchissant. Il est clair que des années de développement ont conduit à ce point, et peu de jeux peuvent offrir le même niveau de cohérence, même si cela risque de décevoir certains joueurs. Si vous combattez un nombre décent d'ennemis à chaque endroit de la cartee, vous devriez pouvoir progresser dans l'histoire sans trop de difficulté, bien que vous puissiez constater que les personnages de boss, souvent impressionnants, poseront un sérieux défi. Si Dragon Quest XI ne révolutionnera pas la séri, c'est un retour agréable et raffiné à la franchise. Certains pourraient décrier son manque d'ambition, mais pour les fans du genre et de la série, de telles expériences sont rares.

VERDICT

-

Ce onzième opus de la série Dragon Quest est un exemple incroyable de la façon de prendre une série classique et de la remettre au goût du jour, tout en conservant ce qui rend l’original si charmant, à commencer par le design des personnages signés Akira Toriyama, le créateur du manga Dragon Ball.  Chaque région traversée se distingue nettement les unes des autres et l'approche traditionnelle du combat au tour par tour offre une progression très équilibrée tout au long d'une campagne qui atteindra facilement les 80h de jeu.

© 2004-2018 Jeuxpo.com - Tous droits réservés