Siberia 56 tome 3 : Pyramide
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 06 Janvier 2016
Résumé | Test Complet | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


7.5/10

Scénario : Christophe Bec
Dessins : Alexis Sentenac

Par Thibaut

Siberia est la 56ème planète colonisée par l'homme, située à près de 80 millions d'années-lumières de la Terre. Les conditions de vie s'y avèrent plutôt hostiles, car la température peut atteindre les -200°C avec des vents jusqu'à 300 km/h. Un véritable enfer glacial pourrait-on dire, où une équipe de cinq scientifiques va devoir étudier les lieux avant que l'homme ne vienne s'y installer. Les débuts sont extrêmement difficiles, sachant que des prédateurs rôdent non loin du camp de base. Récemment, l'équipe a découvert les vestiges d'une ancienne civilisation, notamment une gigantesque Pyramide en Quartz qui semble avoir des millions d'années. Ned et ses compagnons utilisent un drone de reconnaissance pour effectuer quelques mesures, alors que la société privée STC n'a qu'une exigence : Faire de Siberia une planète habitable à moindre frais. Le processus de terraformation étant particulièrement complexe, l'opération s'avère extrêmement délicate, surtout que beaucoup d'interrogations demeurent, notamment sur la fuite des anciens habitants de la planète.

Mélange de Dune et d'Alien, Siberia 56 connaît donc sa conclusion avec ce troisième tome. Le scénario signé Christophe Bec, spécialiste du genre, reprend tous les rouages habituels de l'horreur, avec la présence d'une race hostile, les Morbius, disposant de la capacité à être invisible pour chasser l'homme. Tout cela ne peut que mal finir. Les dessins signés Alexis Sentenac assure des planches de qualité, mais parfois un peu confus. Il y a beaucoup d'éléments graphiques à l'écran, et il est parfois difficile de savoir ce qui se passe vraiment.

VERDICT

-

Siberia 56 trouve sa conclusion dans un épisode efficace. L'intrigue ne fait pas vraiment dans l'originalité mais assure l'essentiel, tandis que les dessins ne manquent pas de charme. L'épilogue manque toutefois de cohérence.

© 2004-2020 Jeuxpo.com - Tous droits réservés