Operation Babel : New Tokyo Legacy
Plate-forme : PlayStation Vita
Date de sortie : 19 Mai 2017
Résumé | Test Complet | Images | Actualité | Commentaires
Editeur :
Développeur :
Genre :
RPG
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


7/10

Protégez Tokyo d’une nouvelle menace dans ce RPG qui fait suite à Operation Abyss

Une suite directe

Développé par Experience Inc, Operation Babel : New Tokyo Legacy fait suite au RPG Operation Abyss. Il vous faudra protéger Tokyo d'une nouvelle menace, un mystérieux objet nommé l'Embryo venant d'apparaître dans le ciel de la ville. Dans un Japon légèrement futuriste, suite au danger que représentent les Variants (des monstres génétiquement modifiés) et à l'apparition de portails menant à une dimension parallèle nommée l'Abysse, le gouvernement a mis en place une fondation spéciale pour enquêter sur ces mystérieux phénomènes : la Code Physics Agency (CPA). Le Xth squad, un groupe de jeunes gens modifiés grâce à la technologie de l'agence, doit maintenant éviter des pièges, affronter de terribles monstres et enquêter sur les origines du danger affectant le monde. Vous devrez donc à votre tour prendre les armes et enquêter dans les donjons labyrinthiques de Neo Tokyo. Il vous faudra tout d'abord recruter et former un groupe de six personnages uniques pour faire partie du Xth Squad, tout en sachant que chacun ont une apparence, une classe (appelée ici Blood Code), une personnalité, un sens moral et des statistiques qui peuvent être modelés selon vos préférences. Sachez cependant que les avatars crées n'ont aucune personnalité, et se contentent d'être de bons larbins. Par rapport à Operation Abyss, on notera toutefois une nouvelle subtilité, puisqu'il est possible d'ajouter une seconde classe de Blood Code à vos personnages, ce qui leur permet de gagner un deuxième set d'habiletés.

Dans ce RPG à l'ancienne, deux phases différentes vous attendent. En ville, nous faisons face à du visual novel tout ce qu'il y a de plus classique, en 2D donc, avec un humour bien présent, et une ambiance assez shonen. Le jeu étant en anglais, quelques problèmes de compréhension peuvent survenir cela étant. La monnaie du jeu est en effet nommée "Growth Points", l'inventaire est le "sub-disk", et acheter un objet est qualifier "issue". Dans les donjons, le titre change d'allure et devient ce que l'on nomme un dungeon crawling. Vous visiterez des environnements générés aléatoirement par la console, et devrez évoluer dans des environnements 3D à la première personne, à l'image de la série Dungeon Gaze) par exemple. Quelques éléments nous rappellent que vous menez l'enquête, notamment la recherche de personnes disparues ou la collecte d'objets (pour la plupart piégés) et il est possible de laisser des messages dans les décors, à la manière de Dark Souls par exemple (à condition que la fonctionnalité en ligne soit activée). Les combats se déroulent au tour par tour et il est parfois bien difficile de sauvegarder (à moins d'avoir un item spécial), obligeant très souvent à retourner au quartier général pour remettre son équipe sur pieds avant de pousser l'exploration plus loin. Bonne nouvelle, il est possible de choisir sa destination sur la carte d'un labyrinthe déjà exploré. Plus ennuyeux, le passage au niveau supérieur n'est pas automatique, il faut au contraire payer pour convertir l'expérience accumulée en niveau supérieur.

Une réalisation inchangée ?

Operation Babl : New Tokyo Legacy affiche un graphisme relativement correct. Les scènes de dialogues en 2D sont plutôt réussies, le character design est assez charmant, mais dès que le jeu passe en 3D (dans les donjons), le visuel manque un peu de détails. La prise en main demeure assez classique dans l'ensemble, avec du tour par tour à l'ancienne et une avancée à la première personne plutôt lente, tant les environnements s'avèrent dangereux. Chaque membre de l'équipe a son rôle sur le terrain, par exemple le chevalier (knight) peut absorber les dégâts et prendre les coups à la place des autres, l'Academic maîtrise la jauge d'Unity (utile pour lancer des puissantes habiletés) et gère quelques statuts, tandis que le médecin (physician) prmet de regagner de la santé mais aussi de pouvoir s'évader si le besoin s'en fait sentir. Certaines classes (Samurai, Warrior, Archer) sont utiles uniquement n fonction des ennemis qui vous attendent sur le terrain. L'écran tactile de la console est utilisé pour rejoindre rapidement les zones déjà explorées. Les déplacements en ville sont également fort limités puisque vous évoluez sur un écran fixe avec bien peu d'options accessibles. Le système de combat se montre très complet, mais la grande répétition des tâches pourrait avoir raison de votre patience, surtout que le titre est intégralement dans la langue de Shakespeare (les doublages sont quant à eux en japonais).

La campagne principale se conclut en une vingtaine d'heures, et affiche un challenge plutôt élevé. Bien sur, les quêtes secondaires ne manqueront pas et on retrouve un contenu "post game" assez dense. Avec le système Rise & Drop, vous pouvez obtenir des butins toujours plus remarquables si vous prenez le risque d’affronter des ennemis plus puissants. Côté son, les musiques s'avèrent très mélodiques, et constituent sans aucun doute l'un des points forts du jeu.

VERDICT

-

Operation Babel : New Tokyo Legacy est un donjon-RPG dans la droite lignée de son prédécesseur, apportant uniquement quelques évolutions au niveau du système de jeu. La série propose un background intéressant, notamment l'aspect polar/science-fiction qui en découle, mais l'ergonomie aurait mérité un meilleur confort avec bien peu d'indications sur la marche à suivre. La réalisation technique et sonore est également fort convenable pour une production Vita. On pourra par contre regretter l'absence de localisation française, mais c'est devenu coutumier.

© 2004-2017 Jeuxpo.com - Tous droits réservés