No More Heroes 3
Plate-forme : Nintendo Switch
Date de sortie : 27 Août 2021
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Action/Aventure
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Travis Touchdown reprend son fidèle Beam Katana pour pourfendre une horde de méchants tous plus stylés les uns que les autres…

Hé, comment avons-nous atterri à Osaka ?!

Imaginez ET de Spielberg : dans No More Heroes 3, vous trouverez une histoire très similaire. Il y a un jeune garçon indomptable (Damon) qui rencontre un adorable extraterrestre (Fu) perdu sur Terre, à des années-lumière de chez lui ; le jeune homme le protège des pièges du monde et le sauve, le renvoyant chez lui dans les étoiles. Comme dans ET, mais ce qui se passe ensuite est tout à fait faux : les années passent, et l'ami sidéral joufflu revient sur terre, adulte et un peu différent. Grand, musclé, nerveux et doté d'une escorte composée des psychopathes les plus répugnants de la galaxie, il est déterminé à reconquérir la planète pour lui-même et pour son vieil ami Damon qui, entre-temps, est devenu un homme d'affaires très riche grâce au lien tissé dans sa jeunesse avec le bâtard de l'espace susmentionné. Seuls les humains sont trop faibles, et la conquête d'une planète aussi primitive serait d'un ennui insupportable pour une bande de tortionnaires cosmiques, alors Fu organise un jeu dont l'enjeu est le salut de la planète. Tout ce que vous devez faire pour gagner est de grimper dans le classement des extraterrestres maléfiques et d'arriver en tête, en laissant une traînée de cadavres dans votre sillage - une tâche presque triviale pour un assassin professionnel comme Travis Touchdown, qui se repose dans son taudis de Santa Destroy après les événements du deuxième chapitre.

No More Heroes 3 est complètement fou, au cas où vous ne l'auriez pas deviné. Comme on pouvait s'y attendre, les combats sont bien conçus et extrêmement chorégraphiés, mais ce qui ressort vraiment, c'est l'écriture, une frénésie super-héroïque de personnages bien construits et de dialogues acérés, le tout encadré par cette esthétique pulp presque Tarantinoesque qui est un peu la marque de fabrique de Goichi Suda. On peut s'amuser beaucoup dans No More Heroes 3, ne serait-ce qu'en regardant les interludes qu'aucun imbécile n'oserait sauter ; le problème vient plutôt de l'enchaînement répétitif des actions qui mène à chaque fois à des duels contre des boss charismatiques. Fu a en effet fixé les règles de son jeu mortel, obligeant les participants à s'affronter dans des épreuves de force disséminées dans les rues et les quartiers de Santa Destroy et à payer un droit d'entrée élevé avant de défier le champion du jour. Travis enfourche donc sa moto cool et visite des points d'intérêt, se bat et résout des sous-jeux simples pour récolter de l'argent. Commençons par les bonnes choses : le combat, comme nous l'avons dit au début, est vraiment très amusant, immergé dans l'atmosphère pulp/démoniaque du jeu et suffisamment varié pour rester intéressant du début à la fin.

Un délire superhéroïque aux personages bien construits.

Outre les principaux méchants, les extraterrestres "normaux" sont variés et ont presque tous leurs propres attaques et faiblesses : Travis, comme toujours, dispose de son katana laser pour trancher quiconque se trouve devant lui, combinant des attaques faibles et fortes avec des mouvements de lutte puissants pour faire face au siège changeant des ennemis. Les combats se déroulent tous dans de petites arènes, peuplées de divers obstacles qui permettent de gagner des moments de répit, utiles pour esquiver les balles ou recharger son katana laser ; dans ces micro-environnements, la fluidité est toujours excellente, et la réactivité de Travis est telle qu'elle justifie des death dances satisfaisantes, soutenues par des ralentissements générés après des esquives parfaites ou par les nouveaux mouvements offerts par le Death Glove, un gant bizarre semblable à une paire de Joy-Cons. Comme par le passé, les touches finales chorégraphiées activent une machine à sous flashy qui, si vous gagnez, récompensera Travis avec des améliorations assorties ; si vous êtes particulièrement chanceux, vous pourrez même être récompensé par une transformation activable à volonté, conçue pour transformer l'anti-héros rustre en un robot entièrement armé, prêt à déchaîner une sévère punition de missiles à tête chercheuse sur la peau d'innocents meurtriers extraterrestres. Un peu comme le Moonwalker plusieurs années auparavant, mais avec beaucoup plus de tamarin.

Principalement, les combats sont difficiles mais jamais frustrants, entre des boss incontournables avec des gimmicks spéciaux à découvrir (et dans certains cas complètement à côté de la plaque, mais tellement !) et quelques facilités qui rendront la mission abordable même pour les moins vertueux. Il s'agit notamment de morceaux de sushi à avaler pour récupérer rapidement de l'énergie et obtenir d'autres avantages, ainsi qu'une sorte de roue de la fortune annonçant divers bonus à faire tourner si Travis se casse la figure. Un événement que l'on peut éviter en se préparant correctement dans le laboratoire qui se trouve au sous-sol du motel crasseux No More Heroes, le sanctum sanctorum où le nôtre peut améliorer ses paramètres, apprendre de nouveaux mouvements et développer des puces spéciales (protip : obtenez au plus vite celle qui augmente le ralentissement après une esquive) pour avoir une vitesse supplémentaire lors des combats les plus durs. Ici, vous pouvez même monter dans une machine à remonter le temps pour affronter à nouveau vos anciens adversaires et acheter toutes sortes d'objets. Un point faible dans un système apparemment sans faille ? L'absence d'un indicateur qui signale les coups de feu entrants, ce qui aurait été très utile étant donné la proximité de la caméra avec l'action.

Une réalisation toujours aussi perfectible ?

Tout cela est bien joli, mais ce qui gravite autour des combats ne convainc pas de la même manière. Santa Destroy est aussi grande que vide, pleine de murs invisibles, d'architecture basique et de coupures diverses - tout ce que l'on ne voudrait pas voir dans un jeu vidéo en 2021. La lenteur du chargement des textures n'aide pas ici, une triste caractéristique qui donne parfois au jeu un aspect PlayStation 2 et rend les t-shirts progressivement annexés de la garde-robe de Travis quelque peu redondants. Pour les séries : vous pouvez porter ce que vous voulez, de toute façon le motif risque d'apparaître flou et indiscernable ! Blague à part, nous avons toujours préféré le style au nombre de polygones, mais l'élément de free roaming de No More Heroes 3 est franchement anachronique, sans mauvais jeu de mots. Bien sûr, one se rend compte que la Switch (ou la Wii, si l'on considère que l'exploration libre était aussi le talon d'Achille commun des deux chapitres précédents) ne peut pas être le premier matériel qui vient à l'esprit lorsqu'il s'agit de peindre des scénarios de monde ouvert crédibles, mais nous parlons quand même de la machine qui nous a donné Breath of the Wild, et en plus l'aspect spartiate de la carte n'est que la première moitié du problème. L'autre aspect concerne les activités annexes, qui sont fades et répétitives : il y a des toilettes à déboucher pour avoir de nouveaux emplacements de sauvegarde, ou des marécages peuplés d'alligators qui attendent qu'un héros fringant les nettoie, mais dans l'ensemble, leur nombre est faible et le niveau de défi reste bas, bien que de nouveaux niveaux de difficulté deviennent disponibles en terminant les épreuves plusieurs fois.

Dans ce contexte, la perspective de répéter sans cesse les défis et les sous-jeux pour accumuler l'argent nécessaire pour payer l'accès au match suivant risque de devenir une nuisance à l'arrière-goût de simple remplissage, un mal nécessaire étant donné qu'avec seulement vingt positions à gravir avant d'atteindre le sommet du classement, le jeu aurait duré une bagatelle. Etirer le bouillon devient donc une nécessité pour assurer une longévité qui s'installe en tout cas autour de huit heures en un run " normal " (pas de spoilers bien sûr) selon les compétences et l'envie de partir à la chasse aux collectables. Pendant les combats - grâce aux petites arènes - la fluidité est remarquable, mais les images par seconde baissent considérablement pendant l'exploration, se stabilisant à 30 fps avec une résolution dynamique. Heureusement, la direction artistique rend le tout plus acceptable, le passage à l'Unreal Engine 4  aura été utile.

VERDICT

-

No More Heroes 3 est un glorieux combat de boss, spectaculaire, amusant et fou, mais entouré d'un monde ouvert vraiment fade. Si vous êtes un fan de Travis, c'est toujours un jeu hautement recommandé (les chapitres précédents avaient une structure très similaire), mais tous les autres feraient bien d'attendre une baisse de prix.

© 2004-2022 Jeuxpo.com - Tous droits réservés