DOOM
Plate-forme : Nintendo Switch - PC - PlayStation 4 - Xbox One
Date de sortie : 10 Novembre 2017
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
FPS
Multijoueur :
Oui
Jouable via Internet :
Oui
Test par

Nic007


8/10

Éliminez des hordes de démons insatiables où et quand vous le souhaitez dans DOOM sur Nintendo Switch.

Seul sur Mars ... ou presque

Développé par id Software avec l'assistance de MachineGames (Wolfenstein The New Order) et adapté sur Nintendo Switch par le studio Panic Button, DOOM débute sur la planète Mars où le centre de recherche de l'Union Aérospatiale Corporatiste est envahi par de puissants démons, après avoir ouvert une faille dimensionnelle vers les Enfers. Vous incarnez un Marine qui se réveille sur une table d'opérations démoniaque, et qui est sur le point de se faire décapiter ! Il faudra progresser dans de longs niveaux en éliminant les créatures diaboliques, trouver une carte d'accès ou un code pour débloquer sa route, le tout sur fond de violence exacerbée (d'où le 18+). La campagne solo ne fait clairement pas dans la dentelle, avec un arsenal tout droit sorti d'un film d'horreur, notamment les séquences d'exécutions dites "glory kills" (introduites dans Brutal DOOM), des attaques physiques qui permettent de récupérer de la vie et des munitions. Car DOOM a conservé les codes des FPS à l'ancienne, sans régénération automatique de la santé ni même de système de couverture. Quelques items bonus sont néanmoins présents (invincibilité, célérité, etc), ainsi que des trousses de soin ou encore des armures. Vous pourrez également collecter des drones pour améliorer les capacités de votre armement, voire débloquer un tir alternatif, et aussi booster votre bouclier.

Les développeurs n'ont pas revu les mécaniques d'origine, et le moins que l'on puisse dire c'est que le gameplay du jeu est rustre et très old school, mais pas déplaisant pour autant. Les monstres disposent d'une intelligence artificielle nettement plus alerte que dans DOOM 3, et il est parfois surprenant de les voir se téléporter aléatoirement devant votre avatar. Cependant, l'action ne manque pas, et le titre demeure toujours très défoulant. En multijoueurs, le constat est beaucoup plus mitigé, et les parties manquent de souffle, faute d'une animation dynamique et d'une bande son soignée. Cette partie a été conçue par Certain Affinity et comporte huit modes de jeux sur douze cartes. Sur Switch, cette partie multijoueurs n'est pas présente sur la cartouche et il faut la télécharger gratuitement (9 Go environ). En revanche, la fonctionnalité SnapMap, qui permettait de créer ses propres niveaux, et de les partager sur Internet n'a pas été incorporé dans cette mouture.

Une réalisation à la hauteur ?

Graphiquement parlant, cette version Switch de DOOM affiche une réalisation plutôt efficace (720p, 30fps) et il s'agit d'un indéniable tour de force technique d'avoir réussi à adapter un pareil titre sur la console hybride de Nintendo sans avoir commis trop de sacrifices. Les jeux de lumière apparaissent très réussis, le rendu sur l'écran de la Switch se montre coloré, et la direction artistique est moins linéaire qu'on aurait pu le penser. DOOM c'est avant tout une ambiance, qui est parfaitement mise en scène en dépit d'un aliasing bien présent, de textures parfois baveuses ou de quelques ralentissements quand il y a trop d'ennemis à l'écran. Les animations sont très efficaces et assez coulées, cependant les temps de chargements sont très longs. La jouabilité est dans l'ensemble bien adaptée aux Joy-Cons, mais le rythme de jeu est clairement en deçà de la mouture PC. Il faudra faire beaucoup d'allers-retours durant la progression, même si le personnage court en permanence. On retrouve un bouton pour sauter, un autre pour s'accroupir, un pour tirer et un autre pour sortir sa tronçonneuse (qui requiert d'ailleurs de l'essence pour fonctionner). Le motion control est également géré et demande de tenir un Joy-Con dans chaque main, sachant que secouer le Joy-Con droit permet de déclencher une exécution, mais le gyroscope n'est pas pris en charge de son côté.

Côté son, les musiques et bruitages contribuent à renforcer l'immersion. Hélas le mixage audio manque de modernité, malgré la qualité des musiques de Mick Gordon. Quant aux doublages français, ils sont plutôt amusants, mais ce n'était sans doute pas l'objectif cherché. Plus concrètement, on retrouve une approche série B, avec une intonation parfois étonnante, cependant, le jeu est localisé c'est déjà ça. Le grand point fort de DOOM reste sa durée de vie. On dépassera facilement la quinzaine d'heures avec les nombreuses choses à faire. Cela passera par la collecte de figurines (deux par niveau), la découverte de salles "nostalgiques", mais aussi des objectifs secondaires comme des arènes pour l'obtention de runes augmentant vos capacités de façon passive. L'épilogue est d'ailleurs particulièrement abrupte, ce qui laisse entendre une possible suite ... ou une extension.

VERDICT

-

Avec ses mécaniques old school et son univers rustre, DOOM est clairement un jeu pensé pour les nostalgiques qui retrouveront là un jeu de tir particulièrement nerveux et redoutable. Les habitués à Call of Duty et Battlefield auront quant à eux beaucoup plus de mal se familiariser avec une jouabilité qui ne pardonne aucune erreur. Côté technique, ce portage sur Nintendo Switch s'avère une bonne surprise, malgré une baisse de la résolution graphique et de la vitesse du framerate. Il était évident qu'il y aurait quelques manquements compte tenu de la différence de puissance colossale avec les autres machines, toutefois le studio Panic Button s'en sort avec les honneurs dans cet exercice.

© 2004-2022 Jeuxpo.com - Tous droits réservés