Burnout Paradise Remastered
Plate-forme : Nintendo Switch - PlayStation 4 - Xbox One
Date de sortie : 19 Juin 2020
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Course
Multijoueur :
Oui
Jouable via Internet :
Oui
Test par

Nic007


8/10

Optimisé pour la Nintendo Switch à 60 images/sec, Burnout Paradise Remastered est le terrain de jeu ultime pour jouer entre amis ou en déplacement.

Rappel des faits.

Burnout Paradise a comme pour leitmotiv la prise de risque et le talent de pilotage, dans une ville nommée Paradise City. C'est l'un des grands changements apportés par cet épisode, exit les circuits fermés, tout se déroule dans un environnement ouvert, à l'instar des anciens épisodes de Need for Speed. N'allez pas croire que Burnout se soit adouci, au contraire le trafic a encore gagné en intensité, et un système de points sera là pour noter votre progression. Naturellement rouler en sens inverse ou frôler les voitures adverses rapportent davantage que de conduire tout pépère sur la route. La progression reste toutefois très encadrée et on évitera de tourner des heures en ville avant de trouver sa prochaine destination. Les courses sont d'ailleurs séparées en plusieurs classes et vous pourrez y accéder en pressant les gâchettes lors de la partie. La première correspond à la course classique où l'objectif est de gagner l'arrivée en tête (notez cependant que vous pouvez emprunter la route que vous souhaitez pour remporter cet objectif), vient ensuite les Road Rage où là vous devez détruire la voiture de l'adversaire, quitte à en faire une sculpture digne de Rodin. Dans d'autres modes vous jouerez au jeu du chat et de la souris (vous êtes la cible et tous les concurrents ont comme objectif d'exploser votre voiture), ou encore certains passages seront limités en temps (la prise de risque devra être maximum).

Quelque soit l'option choisie, vous pourrez toujours vous servir du trafic pour piéger vos adversaires. On pousse une voiture pour bloquer le passage ou pour ouvrir un passage secret, ou alors on enchaine les combos incisifs. Il y a de quoi faire, et EA a réintroduit le mode Crash qui avait disparu dans Burnout Dominator. Il a d'ailleurs été renforcé puisqu'ici vous pouvez désormais faire des combos, la voiture restant toujours contrôlable après un collision. L'objectif est ensuite de percuter d'autres véhicules afin de détruire le plus de voitures possibles. Cela peut durer un bon quart d'heure. On dénombre également de multiples voitures, chacune disposant de capacités distinctes. Les courses vous entraîneront du centre de la ville, en passant par le cœur de la campagne. Il y a en pour tout les gouts et pas mal de contenu sera à débloquer. Bon point, les chargements sont invisibles.

Un remaster efficace

Techniquement parlant, Burnout Paradise a été plutôt bien adapté sur les consoles actuelles. D'aucuns auraient pu être inquiet de la façon dont le remaster fonctionnerait sur la Nintendo Switch. Bien sûr, la console de Nintendo est plus puissante qu'une PS3 ou une Xbox 360, mais certains portages récents ont sacrifié l'animation sur l'autel des graphismes. Eh bien, Burnout Paradise n'est pas un des ces titres, il a fière allure et conserve une bonne partie (mais pas la totalité) des améliorations visuelles présentées dans les versions PS4 et Xbox One du remaster,  la résolution affichée s'avère respectable à la fois portable et ancrée, et surtout, il tourne à 60 images par seconde en tout temps. Cela signifie que, peu importe à quel point l'écran est occupé, quelle que soit l'action chaotique, vous serez constamment accueilli avec un gameplay rapide et des commandes très réactives et l'intelligence artificielle sait encore se défendre dix ans après. Quelques optimisations ont été effectuées par le studio Stellar Entertainment (responsable du portage) et l'interface a été légèrement revue. La jouabilité reste similaire à ses prédécesseurs donc immédiate. La durée de vie est colossale en solo avec nombre d'éléments à débloquer. Pour le réseau, simplement accessible en cliquant sur la touche droite de la croix de direction, vous y découvrirez pléthore de défis, en versus ou en coopération. Enfin la bande son utilise une fois de plus l'EA Trax et colle plutôt bien à l'ambiance du jeu, avec des chansons de groupes comme Guns n 'Roses, Faith no More, Alice in Chains, Jane's Addiction, Soundgarden, LCD Soundsystem… et « Girlfriend » d' Avril Lavigne qui apparaît totalement déplacé que ça en est drôle.

Signalons enfin que le jeu de Criterion Games comprend également toutes les mises à jour (cycle jour/nuit, apparitions des motos, option recommencer, nouveaux modes, etc) ainsi que tous les DLC (Cagney, Party Park, Burnout Bikes, Boost Specials, Legendary Cars, Toys, Cops and Robbers, Big Surf Island). De quoi améliorer encore la durée de vie qui apparaissait déjà extrêmement confortable. S'il y a un point négatif qu'il faut souligner, c'est le fait que Burnout Paradise aime perdre votre temps avec des cinématiques non désactivables et des temps de chargement très longs. Ce dernier est une conséquence de la compression de ce jeu, car il prend à peine 4 Go d'espace SD.

VERDICT

-

Burnout Paradise accueille une version Remastered très réussie. Cette version remastérisée propose des graphismes remodelés inclut tous les suppléments de "Year of Paradise" sur la cartouche l'occasion de constater que ce jeu d'arcade n'a en rien perdu de sa folie en une décennie : Un immense monde ouvert à explorer, des tonnes de voitures à débloquer et à collectionner, une bande-son fantastique composée de certains des plus grands groupes de tous les temps, et surtout, ce bon vieux gameplay de Burnout qui ne vieillira jamais. C'est un titre fantastique à posséder sur un système portable, si vous pouvez ignorer le prix élevé et les très longs temps de chargement.

© 2004-2022 Jeuxpo.com - Tous droits réservés