Dillon's Dead Heat Breakers
Plate-forme : Nintendo 3DS
Date de sortie : 25 Mai 2018
Résumé | Test Complet | Images | Actualité | Commentaires
Editeur :
Développeur :
Genre :
Action
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


7.5/10

Vivez l'aventure de Dillon dans le monde post-apocalyptique de Dillon’s Dead-Heat Breakers sur Nintendo 3DS.

Un retour inattendu.

Cela fait déjà cinq ans que la dernière aventure de Dillon avait vu le jour sur Nintendo 3DS, un protagoniste pas si connu du grand public mais qui fut l'une des figures de proue de l'eShop de la console. Ce nouvel épisode nommé Dillon's Dead-Heat Breakers abandonne son univers western et son jeu de couleurs orange et marron des précédents, au profit d'une aventure plus structurée prenant place dans un monde post-apocalyptique. La civilisation s'est dispersée dans de petites colonies et apparaît aujourd'hui menacée par des monstres de roche appelés Rokailloux. Comme Dillon, les joueurs sont chargés de défendre les derniers bastions de l'humanité contre les ennemis venus de l'espace et qui veulent s'emparer des Briochons, des créatures à l'apparence de cochons. Rappelons que Dillon est un mercenaire tatou capable de rouler sur lui-même pour attaquer ses ennemis. Cette fois il sera accompagné de son ingénieur et partenaire dans le crime, Noisette, un écureuil bavard. Les habitants de ces colonies subsistantes sont également constitués de toutes sortes d'animaux, de renards en passant par des vaches, aux loups ou aux béliers. Dans une approche intéressante, les joueurs commencent réellement le jeu en sélectionnant l'un des Mii créés sur leur 3DS. Le Mii subira une transformation surprenante pour devenir lui aussi un animal, il n'y a aucun humain dans l'univers de Dillon. Le jeu a un ton étonnamment sombre et affiche des étendues sans vie de la friche aux barricades fortifiées et aux gardes armés qui défendent les limites de la ville-centre contre les envahisseurs. Contrairement à Noisette, qui est énergique et amical, Dillon est silencieux et froid - peut-être un reflet de la tristesse du monde autour de lui. Il ne parle jamais, préférant communiquer avec des hochements de tête, des coups de tête et de poings quand le moment le permet. Chaque fois qu'il est à l'écran, il y a un sentiment de gravité dans l'histoire - malgré la désolation et le désespoir qui ont affligé le monde, Dillon est encore plus effrayant et plus monstrueux que n'importe quel problème qui afflige l'humanité. En l'absence de toute véritable narration ici, Dead-Heat Breakers parvient à exprimer beaucoup avec peu de mots.

Une grande partie de Dead-Heat Breakers se parcourt dans la perspective de votre propre avatar "Amiimal". Une intro remplie d'action montre votre avatar conduisant un camion sur une route et qui s'avère attaqué par les Rokailloux. Heureusement, Dillon et Noisette interviennent et les deux personnages doivent désormais sécuriser la plate-forme et sa cargaison. Ils vous ramènent dans un grand hub où vous apprenez que vous êtes en mission pour sauver votre ville natale. En vous unissant à Dillon et à Noisette, vous acceptez de sauver d'autres colonies avoisinantes afin de rassembler suffisamment de matériaux pour former une super-arme assez puissante pour chasser les Rokailloux de votre patrie. A partir de là, Dillon's Dead-Heat Breaker charge les joueurs d'embaucher des équipes de "tireurs" pour vous accompagner, ainsi que Dillon et Noisette, dans diverses missions vers d'autres colonies. L'accomplissement de ces missions vous rapporte de l'argent et des matériaux qui peuvent ensuite être utilisés pour investir dans de nouvelles pièces à construire vers la super-arme de Noisette. Bien sûr, Rome ne s'est pas construite en un jour, et cette arme ne le sera pas non plus; il faudra des dizaines de missions et beaucoup d'heures pour que les joueurs atteignent la fin de partie. Dans la ville même, il y a une petite population de survivants. Les canonniers qui servent comme coéquipiers de Dillon et Noisette peuvent être trouvés au bar local avant et après les missions, comme s'ils traitaient chaque jour et chaque nuit comme leur dernier. En outre, le jeu utilise la fonction StreetPass de la 3DS pour peupler le jeu avec les Mii réels et les noms des joueurs que vous avez rencontrés ou amis dans le monde réel.

Un concept particulier.

Le gameplay dans Dead-Heat Breakers est difficile à caractériser en tant que genre unique. À la base, il s'agit d'un mélange de tower defense et de jeu d'action. Quand on regarde plus en détails, c'est aussi un mélange de Persona, Catherine, Animal Crossing et Star Fox. En embauchant et en payant des tireurs, les joueurs recrutent des personnes qu'ils peuvent ensuite affecter à différentes tours autour du règlement d'une mission donnée. Selon l'arme du tireur, la tour peut fournir une zone de soutien courte et puissante, une plus grande zone avec un soutien plus faible, ou un anneau massif qui englobe d'autres tours et qui reste ouvert à l'attaque. Pendant les batailles, les joueurs prennent le contrôle de Dillon, qui peut rouler sur le champ de bataille à grande vitesse grâce à un moteur conçu par Noisette pour lui. Au début de chaque mission, Dillon est libre de contourner la carte, de charger les batteries et d'alimenter les tours, de renforcer les barricades en extrayant les gisements de minerai sur la carte et de trouver de mystérieux objets de collection cachés dans des conteneurs. Après un moment, les Rokailloux ennemis commencent leur assaut. Leur objectif ? Voler et se nourrir du bétail de la colonie. Alors que la bataille pour défendre les Briochons commence, des groupes de Rokailloux apparaissent sur la carte. En roulant dans n'importe quel ennemi, le jeu passe à un scénario de combat, avec son propre arène de combat RPG. Le combat lui-même est composé de plusieurs mouvements de beat-em-up simples. Il y a une attaque de tir, activée en chargeant de la vitesse et en vous catapultant dans un ennemi. Il y a un combo à griffes qui inflige des dégâts accrus et peut être enchaînée entre plusieurs Rokaillous dans la bataille. Enfin, il y a un mouvement de broyage qui, bien que moins puissant, est efficace pour briser les pinces de roche qui servent de matériaux pour la super-arme ou le butin vendable de Noisette.

Pendant que Dillon livre ces batailles à travers la carte, votre équipe d'artilleurs repousse également les Rokaillous ennemis en temps réel. Même votre Mii personnel entre en action. En appuyant sur l'écran tactile, vous pouvez ordonner à votre Mii de se rendre dans les zones de la carte et de participer à des batailles. Vous pouvez même demander de l'aide si vous faites face à un groupe d'ennemis particulièrement difficile. Vos autres artilleurs recrutés partageront souvent des informations sur le statut de leur tour. Ceux qui ne sont pas actuellement attaqués pourraient se plaindre qu'ils ne voient aucune action alors que ceux qui sont sous le feu peuvent livrer des lignes ringardes comme "Oh ho ho, un client Bienvenue ... à la ZONE BLAST!". Au fur et à mesure que ces différentes lignes apparaissent à l'écran, accompagnées de portraits des artilleurs, on repense immédiatement à Star Fox 64 (alias Lylat Wars). Il y a un réel sentiment d'urgence lors de ces rencontres, en partie grâce au nombre de systèmes différents qui sont en jeu dans un scénario donné. Bien sûr, il y a aussi le fait que Star Fox et Dillon sont tous deux des durs à cuire. Après l'élimination d'un certain nombre d'adversaires, le jeu passe à une séquence de jeu final, rappelant Twisted Metal. Cette fois-ci, Dillon est chargé de detruire des paquets de véhicules Rokaillous qui roulent autour de la carte comme un gang de motards fous. Lors de leur défaite, le joueur reçoit finalement son butin. Cependant, embaucher des tireurs a tendance à être extrêmement fastidieux, obligeant les joueurs à resélectionner et à réembaucher les mêmes tireurs qui traînent autour du bar pour chaque mission, sans avoir la possibilité de garder la même équipe et de passer à des phases plus divertissantes. Même pendant la période de préparation avant l'invasion, la conduite vers et depuis des parties de la carte peut devenir fastidieuse au bout d'un moment, ce qui rend la répétition de vieilles missions pour de l'argent supplémentaire un processus particulièrement répétitif.

Une réalisation agréable.

Sur le plan technique, Dillon's Dead-Heat Breaker affiche un graphisme somme toute agréable pour une production 3DS. Le cadre évoque cette fois davantage Mad Max, en témoigne également la scène d'ouverture en camion, et se déroule dans un monde étonnamment sombre pour un jeu Nintendo. Le character design est très soignée, les effets spéciaux ne manquent pas de charme, et de retour dans le hub, le temps se déroule au moyen d'un cycle jour-nuit. Les joueurs peuvent gagner plus d'argent en complétant des emplois secondaires Persona -esque, de trier les déchets et de gérer un mini-marché afin de concourir dans des courses et de frapper des scores élevés dans les mini-jeux à l'Arcade Virtuelle. Il n'y a jamais assez de temps pour tout faire en une seule matinée, et comme dans la série JRPG d'Atlus, la nuit tombera, que cela vous plaise ou non. À ce stade, les joueurs peuvent parler aux PNJ disponibles, acheter et vendre des objets à différents commerçants, visiter et nourrir un troupeau de Briochons et jouer à une déclinaison locale du flipper. Une fois prêt, le joueur recrute de nouveau des artilleurs en leur parlant au bar, un lieu agrémenté par du jazz décontracté et beaucoup de boissons alcoolisées. Pendant que Noisette et Dillon observent la scène, Amiimal interagit avec d'autres amis Amiimals, investissant de l'argent dans des mercenaires anciens et nouveaux. Les joueurs vont ensuite se battre et le processus se répète.

Comme en témoigne la description ci-dessus, il y a beaucoup de choses à faire : Planification de la défense de la tour, séquences beat-em-up, combat véhiculaire, activités annexes, interactions avec les PNJ. C'est dans cette ampleur et cette diversité de contenus que Dead-Heat Breakers brille vraiment. Ajoutez-y le charme de ses personnages et l'attraction de son monde, et Dead-Heat Breakers devient une expérience si unique que l'on ne peut s'empêcher de la recommander aux propriétaires de 3DS, vétérans et nouveaux venus à la franchise. Il est donc dommage que, aussi unique et variée soit l'aventure, les choses deviennent monotones assez rapidement. Les missions elles-mêmes se déroulent de la même manière tout au long de la campagne. Recrutez des artilleurs, mettez des tours, extraire le minerai, renforcez les barrières, combattez les ennemis, détruisez les véhicules adverses, il y a très peu de variation au sein de cette boucle de jeu principale, et avant longtemps, les joueurs peuvent se retrouver fatigués à cause de la simplicité du combat lui-même et de la superficialité des activités annexes. Le jeu est, comme on dit, aussi large qu'un océan, mais aussi profond qu'une flaque d'eau.

VERDICT

-

Malgré quelques problèmes de conception, Dillon's Dead-Heat Breakers est un jeu agréable à découvrir, surtout si vous cherchez quelque chose de nouveau. Son cadre audacieux et peu orthodoxe lui confère une expérience unique, alors que son étrange mélange de genres différents le rend particulièrement intéressant pour les joueurs à l'esprit ouvert. Il manque certes de profondeur, mais Dillon compense avec un caractère unique et un charme évident.

© 2004-2019 Jeuxpo.com - Tous droits réservés