Metropolis : Lux Obscura
Plate-forme : Nintendo Switch
Date de sortie : 04 Avril 2018
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Réflexion
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


7/10

Cette ville est pourrie jusqu'à la moelle. Vous n'arrivez même pas à distinguer le jour de la nuit dans cet enfer où l'argent est roi.

Bienvenue à Metropolis.

Créé par Ktulhu Solutions, porté et édité par Sometimes You sur Nintendo Switch, Metropolis : Lux Obscura est une sorte de bande dessinée interactive fusionnée avec les mécaniques du Match 3. En effet, les scènes avec des bulles et des boites de discussion ne sont que des cinématiques très élégantes avec un style évoquant Sin City où la seule couleur vive est le rouge dans une toile noire et blanche. Concrètement, vous devrez voyager sur la carte du jeu, représentée en vue aérienne, en choisissant dans quel lieu de la ville vous souhaitez aller et avancer tout au long de l'histoire. Après avoir passé des années en prison pour le meurtre supposé d'un de ses vieux amis, Jon Lockhart retrouve enfin sa liberté. Déterminé à découvrir qui l'a piégé dans cette affaire et à faire payer le prix du sang aux coupables, il revient une fois de plus dans la ville où tout a commencé. Le témoin principal étant mort, sa tâche s'annonce difficile. Il va donc devoir faire sortir tous les rats de leur trou. Cela l'amènera à fréquenter un club de strip-tease, une allée sombre, des restaurants de la mafia et bien d'autres endroits où il vaut mieux ne pas fourrer son nez.

Les cinématiques sont nombreuses et, en plus d'offrir une direction artistique absolument somptueuse que les fans de Sin City, Max Payne ou encore The Wolf Among Us vont adorer. Mais il faut avoir en tête que ce n'est pas vraiment un jeu grand public car certaines scènes sont assez "torrides", avec quelques séquence de sexe animées, sans compter la femme extrêmement surexualisée qui fait partie de la direction artistique (que vous pouvez voir sur la couverture du jeu). En termes de musique, Metropolis: Lux Obscura présente une bande-son jazz fort réussie, même si elle semble un peu répétitive, tandis que le doublage anglais fait appel à des comédiens reconnus.

Un jeu de réflexion plutôt qu'une aventure.

Comme vous l'avez probablement deviné dans le cadre de l'histoire, vous devrez vous frayer un chemin dans cette ville gangrénée par la corruption, et c'est là que le jeu va probablement perdre une bonne partie du public. Les batailles et les bagarres sont résolues avec des puzzles Match 3, sur le même principe qu'un Bejeweled ou Puzzle Quest. Le système est assez simple, vous devez aligner trois tuiles (ou davantage) qui déclencheront ensuite une attaque de combat contre vos adversaires. Le seul souci est que les voyous à combattre sont toujours plus forts que vous en termes de dégâts mais aussi de santé, ce qui ajoute du challenge mais toujours gérable. Il y a un élément RPG supplémentaire dans le jeu, car chaque combat réussi vous permettra d'activer l'une des douze capacités passives différentes, qui s'activent aléatoirement.

Néanmoins, et même avec quelques combats difficiles contre trois ennemis d'affilée, il faut environ trois heures pour terminer le jeu et regarder chacune des quatre fins. Chaque épilogue est différente, liée à vos progrès dans le jeu, mais le résultat est toujours le même. Compte tenu de la fourchette de prix, 7,19€ sur l'eShop, la durée de vie demeure un peu courte. Switch oblige, il est possible de jouer en mode tablette, sur le dock, ou en nomade. Les performances sont globalement très similaire quelque soit le mode choisi.

VERDICT

-

Metropolis : Lux Obscura est une production pour le moins originale. La formule s'avère très différente des polars noirs habituels, puisqu'il s'agit d'un jeu de match 3 couplée à une nouvelle interactive. Un titre offrant une direction artistique très soignée, mais qui se révèle rapidement terminé.

© 2004-2022 Jeuxpo.com - Tous droits réservés