Jour J tome 33 : Opération Downfall
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 04 Avril 2018
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Scénario : Jean-Pierre Pécau et Fred Duval assistés de Fred Blanchard     
Dessin : Denys
Couleurs : Scarlett

Gare de Santa Fe, juin 1945. Des illégaux (NDLR : agents secrets opérant dans un pays étranger sans couverture officielle) sont chargés d'effectuer une mission pour "le centre" (le quartier général du KGB). Leur objectif est d'exfiltrer Julius Robert Oppenheimer, directeur scientifique du Projet Manhattan, le projet atomique des États-Unis. Il leur faudra se rendre au Mexique où un chalutier les attendre dans le golfe, direction Leningrad. Mais ces agents ne sont pas les seuls à traquer "Oppie", toujours en cavale avec Kerouac. Le FBI et le général Grooves entendent bien les retrouver avant qu'il ne soit trop tard. Les États-Unis préparent en effet l'opération Downfall, une invasion militaire du Japon qui aurait pu s'avérer inutile si Oppenheimer avait terminé la fameuse bombe atomique ...

Comme à l'accoutumée, Jour J propose une nouvelle fois de réécrire l'histoire et nous présente une vision totalement alternative de la réalité. Le début de l'aventure se veut sérieux et réaliste, la suite beaucoup plus hypothétique. Il faut noter que ce tome 33 est la suite du tome 32 dans lequel Oppenheimer abandonnait ses travaux du fait de la dangerosité de ses projets, s'enfuyant en compagnie de Jack Kérouac à travers les États-Unis. Cet album est l'occasion de rencontrer des personnages marquant de l'époque, notamment William S. Burroughs (grand écrivain), Miles Davis (musicien de jazz), Allen Ginsberg (créateur du mouvement hippie), Éliot Ness (détective) ou encore Kim Philby (double agent britannique et soviétique). Les scénaristes demeurent les mêmes que dans les autres parties, et ils nous exposent ce qui aurait pu se passer aux USA si les bombardements atomiques d'Hiroshima et Nagasaki n'avaient pas eu lieu ainsi que l'entrée en guerre de l'Union soviétique contre le Japon. Le dessin de Denys est plutôt agréable, offrant un style brut de décoffrage, parfaitement adapté à l'action en cours (les forces en présence apparaissent loin d'être sans part obscure). La mise en couleurs de Scarlett s'avère immersive.

VERDICT

-

Jour J revient dans un tome intéressant et dense en éléments, et qui permet de visualiser ce qu'aurait pu donner l'histoire si les choses avaient évolué différemment. Ce volume 34 conclut un diptyque éprouvant, où le Japon échappe au feu atomique mais se fait envahir militairement par les États-Unis. Afin de savourer pleinement l'intrigue, il est conseillé de lire les albums 32 et 33 dans la foulée.

© 2004-2020 Jeuxpo.com - Tous droits réservés