Wolfenstein : Youngblood
Plate-forme : PlayStation 4 - PC - Xbox One - Nintendo Switch
Date de sortie : 26 Juillet 2019
Résumé | Test Complet | Images | Actualité | Commentaires
Editeur :
Développeur :
Genre :
FPS
Multijoueur :
Oui
Jouable via Internet :
Oui
Test par

Nic007


7/10

Wolfenstein: Youngblood vous propulse dans le Paris des années 80 afin de combattre la machine de guerre du Reich.

Un retour attendu.

Si vous n'avez pas joué à Wolfenstein II : The New Colossus, ne jouez pas à Wolfenstein : Youngblood. Non pas parce qu'il est bien en dessous de la moyenne, mais parce qu'il poursuit l'histoire douze ans après la dernière mission de B.J. Blazkowicz. En tant que spin-off de la franchise principale, Youngblood met les joueurs dans la peau des jumelles Jessica et Sophia, qui sont à la recherche de leur père disparu. Nous avions hâte de savoir ce que MachineGames avait préparé pour ce jeu, en coproduction avec Arkane Studios (responsable du reboot de Prey et de la série Dishonored). C'est la première fois que nous avons un Wolfenstein se jouant en coopération et avec des éléments de RPG, avec un système de niveaux et des ennemis qui accompagnent une telle progression. Le jeu commence avec B.J. plus âgé, apprenant à ses filles à se battre et à survivre. Nous sommes en 1980, les États-Unis et une grande partie du monde restent sous le régime nazi, même après la mort d'Hitler. B.J. a disparu et Anya, inquiète pour son mari, demande l'aide du FBI. Jess et Soph, qui savent où se trouve son père, rejoignent Abby, une pirate informatique, et volent l'hélicoptère du FBI pour se rendre en France. Une fois sur place, les protagonistes rencontrent Juju, leader de la résistance, qui les informe de l'existence d'une installation nazie appelée Lab X. Pour entrer dans le laboratoire, elles doivent d'abord envahir et pirater trois tours connues sous le nom de Brother.

L'intrigue initiale peut sembler intéressante, puisque tout culmine dans le plan de prévention du Quatrième Reich, mais l'histoire perd rapidement force et créativité. Et cela est dû en partie au manque total de charisme des sœurs, dont l'écriture n'aide pas et est extrêmement paresseuse, encore plus si on la compare à l'humour intelligent de Wolfenstein II : The New Colossus. Alors préparez-vous à voir deux filles se mettre en rogne tout le temps. Au début de l'aventure, vous choisissez la sœur avec laquelle vous souhaitez jouer et vous configurez quelques options initiales telles que les armes, l'armure, le casque et la provocation. Vous définissez également si vous souhaitez démarrer la partie fermée, l'autre personnage étant contrôlé par l'intelligence artificielle, ou permettre à d'autres joueurs de rejoindre votre partie. Le système drop in / drop out fonctionne très bien, en remplaçant rapidement le joueur par l’ordinateur quand il quitte la partie. Ce qui change, ce n'est que la difficulté des adversaires, précisément pour équilibrer les parties. Ou presque, puisqu'un joueur de niveau 5 peut jouer avec vous, niveau 20, sans aucun filtre. Avec le "Buddy Pass", notez qu'un seul exemplaire du jeu est requis pour jouer à deux.

Wolfenstein 2.5

Après quelques phases, les joueurs arrivent aux catacombes, le nouveau quartier général du jeu. Il n'est pas aussi charmant que le sous-marin du titre précédent, mais il est quand même intéressant. Dans le nouveau QG, décoré de crânes et d'os, vous trouverez de nouveaux personnages qui offrent des missions secondaires. Ils sont importants pour monter en niveau, gagner des points d'aptitudes et des pièces d'argent, mais ils offrent les mêmes stages à jouer de manière exhaustive. Ce qui change, ce n'est que la mission elle-même et les ennemis, qui apparaissent dans des positions différentes. Toutes les étapes sont reliées par des quartiers, disposés sur un plan de métro. Abby offre également des défis fixes, quotidiens et hebdomadaires, qui peuvent être complétés pendant la campagne elle-même. En d'autres termes, il y a plusieurs façons d'obtenir des récompenses et de faire évoluer votre personnage pour avoir accès aux meilleures compétences en Esprit, Force et Pouvoir. En dehors des compétences initiales, les autres sont libérées après avoir atteint les niveaux 10, 20 et 30, ce qui leur confère des pouvoirs tels que se cacher et donner une forte poussée, ainsi que des bonus de santé, force, vitesse, etc. Le double saut, l'impact, l'élimination et le lancer de l'arme de mêlée sont toujours présents. Les armes, malheureusement, sont les mêmes que Wolfenstein II : The New Colossus. Ce qui change, c'est la façon dont vous modifiez les pièces, en dépensant les pièces d'argent pour améliorer le récepteur, la visée, le chargeur, le canon, la crosse et l'esthétique. De telles améliorations sont intéressantes, mais elles ne vous donnent pas le sentiment de puissance du jeu précédent. Même lorsque vous ramassez les armes les plus puissantes, elles sont très limitées jusqu'à ce que vous puissiez effectuer toutes les mises à jour.

En parlant de visuel, vous pouvez aussi dépenser de l'argent sur l'apparence du protagoniste et sur le gameplay, en changeant son humeur et le signal d'impulsion. L'une des nouveautés de Wolfenstein : Youngblood est justement l'esprit fraternel, une provocation qui déclenche un bouclier supplémentaire pour son partenaire. Si l'autre joueur (ou AI) fait la même chose, c'est vous qui recevez une armure supplémentaire. C'est comme une compétence passive avec du temps de recharge, utile pour affronter des ennemis avec plusieurs niveaux d'armure. Une autre nouveauté est le schéma de vie : les sœurs se partagent trois vies, et si l'une d'elles meurt, une vie sera perdue. Si vous les perdez toutes, vous revenez au début de la phase. Pour éviter que cela ne se produise, vous devez sauver le personnage tombé au combat avant la fin du temps imparti. Et pour avoir plus de vies, tout ce que vous avez à faire est de trouver de grandes boîtes qui sont ouvertes avec les deux ensemble. Si les armes sont les mêmes, les ennemis le sont aussi. Les commandants sont toujours présents, déclenchant l'alarme quand ils vous voient et attirant des ennemis plus puissants. Mais jouer sournoisement sera la dernière chose que vous voudrez faire. Les scénarios plus ouverts encouragent même la furtivité, avec différentes options de parcours, mais étant un FPS coopératif, il est difficile de vouloir continuer à marcher sur la pointe des pieds tout le temps. Bien que la punition pour l'alarme soit sévère, l'action frénétique en vaut la peine. Wolfenstein : Youngblood aurait pu facilement offrir une meilleure expérience avec une bonne histoire, des protagonistes bien développés et l'exclusion du système de progression. La seule excuse pour que cet élément existe est de forcer les joueurs à refaire des étapes, prolongeant ainsi la durée de vie du jeu. La ville elle-même est plus ouverte avec différents coins et recoins à explorer. Il y a une approche de monde semi ouvert qui est testée ici, ce qui pourrait signifier que Wolfenstein 3 pourrait bien devenir un monde ouvert.  Réalisant que le scénario ne serait pas aussi amusant qu'escompté, même en compagnie d'autres personnes en ligne, vous pourriez être tenté d'ignorer les documents récoltés, les cassettes et les coffres-forts (même après avoir trouvé les codes) ainsi que la mise à jour des armes (exceptée de celle que vous préférez) afin de vous concentrer sur l'évolution des compétences (qui finissent par être importantes). Avec cette décision, Wolfenstein : Youngblood prend des airs de DOOM et cela fonctionne. Vous atteignez le niveau 22 en moins de 4 heures.

VERDICT

-

L'histoire de Wolfenstein : Youngblood n'est pas aussi bonne que celles des deux jeux précédents de la série, mais le gameplay est extrêmement satisfaisant : C'est fluide, brutal et il est vraiment facile d'entrer dans un bon rythme dans le jeu. Dans l'ensemble, un bon rapport qualité-prix.

© 2004-2019 Jeuxpo.com - Tous droits réservés