Devils Line tome 11
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 07 Décembre 2018
Résumé | Test Complet | Actualité | Commentaires
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


7/10

Scénario et dessin : Ryo Hanada.

Devils Line est une série toujours en cours de publication au Japon, et qui a connu douze tomes à ce jour aux éditions Kodansha. L'intrigue prend place dans un univers où les vampires vivent parmi les humains. Le gouvernement ignore tout de leur existence, parce que leur apparence ne diffère pas du tout des humains, et ils n'ont pas besoin de se nourrir de sang. En revanche, lorsqu'ils ont une envie ou se mettent en colère, ils peuvent devenir des montres incontrôlables. Tsukasa est une lycéenne tout à fait normale, jusqu'au jour où elle découvre qu'un de ses amis est un vampire meurtrier. Sauvée de justesse par le policier Yûki Anzai, un hybride mi-humain mi-vampire, Tsukasa découvre un univers insoupçonné. Anzai fait parti d'une brigade chargée de neutraliser les vampires ayant consommé du sang humain. La moindre goutte rend les créatures de la nuit incontrôlables. Au fil des pages, Anzai a de plus de plus de mal à maîtriser son côté vampire, et éprouve une véritable attirance pour Tsukasa. Mais c'est aussi l'histoire d'un amour impossible : S'ils passent à l'acte, Anzai y laissera son âme (voilà qui n'est pas sans rappeler Buffy et Angel). Pour ne rien arranger, un groupe terroriste veut révéler au grand jour l'existence des vampires, afin que les humains se révoltent contre eux. Voilà qui promet.

Ce onzième tome de Devils Line est un volume de transition. Anzai se prépare à un nouvel emploi, Lee est recruté pour une campagne pour les droits des vampires, alors que divers policiers et anciens membres du CCC luttent pour exprimer leurs sentiments à l'égard de ceux qui leur avaient précédemment déclaré leur flamme. De plus, Midori cache la demi-transformation de son fils, une politicienne pourrait planifier quelque chose, et un prisonnier s'est évadé. Devils Line a beaucoup à dire et avec autant de personnages, il peut être difficile de garder tout le monde à l'écran. De plus, ce volume est principalement de la conversation entre personnages et comporte peu d’action. Il y a quelques petites choses qui sont particulièrement importantes (impliquant en particulier le père de Tamaki), mais nul doute que la série enregistre ses grands moments pour plus tard. Alors que les personnages tentent peut-être de mettre au point un plan pour faire face à Kikuhara et au sentiment anti-vampire grandissant à travers le pays, leur vie amoureuse est ce qui les préoccupe vraiment. Pas un, pas deux, mais trois personnages traitent du fait que leurs amis proches s'y intéressent de manière romantique. Même avec une grande distribution, c'est un nombre important de personnes balayées dans la même situation. Le trait de Ryo Hanada est toujours aussi efficace pour sa part, mais les dialogues demeurent la partie où la prise de risque est le plus grande. Dans le prochain volume, nous pouvons voir comment le Japon traite un nouveau Premier ministre non humain ou pourquoi le nouvel employeur d'Anzai embauche tous les vampires ...

VERDICT

-

Porté par un graphisme élégant, notamment au niveau des personnages, Devils Line revient dans un tome de transition qui semble préparer de grandes choses pour la suite de la saga. On retrouve ainsi une petite baisse de rythme puisque l'auteur multiplie les pages de textes et très peu d'action.

© 2004-2019 Jeuxpo.com - Tous droits réservés