Jagaaan tome 1
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 16 Janvier 2019
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Scénario : Muneyuki Kaneshiro
Dessin : Kensuke Nishida

Jagaaan (Jagaaaaaan) est une série toujours en cours de parution au Japon et qui a connu six tomes à ce jour aux éditions Shogakukan. Shintarô Jagasaki est un policier médiocre travaillant dans un petit poste de quartier. Il passe ses journées à se faire humilier par les voyous et ses collègues du commissariat, il ne montre pas non plus assez d'autorité à sa petite amie avec qui il vit. Pourtant, un sentiment d'oppression l'écrase, il ne sent aucune perspective dans sa vie et il n'a pas la volonté de changer. Mais un jour, après une pluie bizarre de grenouilles, les gens qui l'entourent commencent à se transformer et deviennent d'horribles créatures assoiffées de sang. Les grenouilles ne sont que des parasites prêts à se glisser dans le système nerveux des hommes pour prendre possession de leur subconscient. Si Shintarô est également infecté, le symbiote qui a envahi son corps est toujours à l'état larvaire de têtard, donc incapable d'affecter le cerveau de son hôte. Le garçon découvre bientôt qu'il possède des facultés extraordinaires lui permettant de transformer ses membres en armes à feu redoutables, devenant Jagaaan celui qui est prédestiné à libérer l’humanité de la peste tombée du ciel. Sur le chemin, sa volonté sera conduite par un étrange hibou qui parle, Doku , et il comprendra qu'il n'est pas le seul à avoir développé des super pouvoirs liés au parasite tout en préservant l'usage de la raison.

Le manga écrit par Muneyuki Kaneshiro (Billion Dogs) ne perd pas de temps derrière trop de subtilités et avance à un rythme élevé amenant le lecteur au centre de l'action et de l'horreur, saupoudré d'une bonne dose de grotesque comme dans le cas de l'hibou bizarre qui parle qui joue le rôle de guide pour Jagasaki. Le design de Kensuke Nishida (I Am a Hero in Nagasaki )est réaliste, détaillé et précis en anatomie et particulièrement attentif au design des monstres comme au fan service. Les expressions sont caricaturales, excessives, calculant artificiellement les réactions des personnages et soulignant ainsi leur double nature, celle extérieure et celle des pensées personnelles : désirs, insatisfaction, colère qui représentent la manière dont les grenouilles doivent s'approprier les gens et les transformer. Le premier volume de Jagan s'avère être un produit particulièrement intéressant dès les premières pages: la condition humaine , perpétuellement en équilibre entre gratification personnelle et plaisir d'une société capable de vivre uniquement et exclusivement selon certains diktats,  est en fait au centre de l'univers créé par Muneyuki Kaneshiro , qui parvient - malgré l'exaspération et un certain degré de folie - à capturer l'essence menaçante de générations entières. Les premiers désirs forts rencontrés parmi les pages du manga, bien que restitués à leur extrême limite, représentés ici par la transformation physique et émotionnelle de ceux qui les gardent, symbolisent alors en fait certaines des volontés les plus communes à toute la race humaine , comme le rêve de la maternité ou du désir classique du bonheur, précisant ainsi la noble intention des auteurs de tisser avec leur auditoire une relation susceptible de dépasser le sentiment d'évoluer dans un récit où ils pourraient également représenter une petite partie de lui-même.

VERDICT

-

Jagaaan est une bonne surprise. Un manga mêlant comédie et horreur, mais davantage de la torture psychologique que de véritables monstruosités. Le protagoniste principal semble un peu trop étrange, ce qui pourrait faire basculer le récit dans le grandiloquent ou le déliquescent (au choix).

© 2004-2020 Jeuxpo.com - Tous droits réservés