The Promised Neverland tome 6
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 06 Février 2019
Résumé | Test Complet | Images | Actualité | Commentaires
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8.5/10

Scénario : Kaiu Shirai
Dessin : Posuka Demizu

The Promised Neverland (Yakusoku no Neverland) est une série toujours en cours de parution au Japon et qui a connu douze tomes à ce jour aux éditions Shueisha. À Grace Field House, la vie ne pourrait pas être meilleure pour les orphelins ! Bien qu'ils n'aient pas de parents, avec les autres enfants et une gentille "Maman" qui s'occupe d'eux, ils forment une grande famille heureuse. Aucun enfant n'est jamais négligé, d'autant plus qu'ils ont tous été adoptés à l'âge de 12 ans. Leur quotidien est soumis à des tests rigoureux, mais ils sont ensuite autorisés à jouer à l'extérieur. Ils doivent obéir à une seule règle : ne pas quitter l'orphelinat. Mais un jour, Emma et Norman, deux des orphelins les mieux notés, s'aventurent derrière la porte et découvrent la réalité horrible qui les anime : ils sont tous du bétail et leur orphelinat est une ferme où est cultivé la nourriture pour une mystérieuse race de démons. Alors qu'il ne leur reste que quelques mois pour mettre en place un plan d'évacuation, les enfants doivent en quelque sorte changer leur destin. The Promised Neverland est une série plutôt unique dans un magazine comme le Weekly Shonen Jump. Bien sûr, il y a de jeunes protagonistes, de nombreuses scènes d'action et des éléments surnaturels qui abondent, mais il y a aussi un élément de thriller intense. Tout autant qu'un conflit a lieu mentalement comme physiquement.

Le volume 5 décrivait l'évasion des enfants du bétail du Grace Field House et le tome 6 les suit à travers la forêt de démons meurtriers alors qu'ils s'aventurent vers les coordonnées B06-32, où ils espèrent trouver William Minerva ou au moins un autre allié. En cours de route, ils se font une paire d'amis improbables : Sonju et Mujika qui sont tous deux des démons. Les démons et les humains peuvent-ils vraiment travailler ensemble ? Ce volume rassemble les chapitres 44-52, qui, bien entendu, sont riches en événements. Du point de vue artistique, Demizu fait du bon travail, comme toujours ici. Les différents environnements du monde des démons ont tous l'air imposants et étrangers, et le manque de connaissance du lecteur sur le monde laisse entrevoir la possibilité que n'importe quoi puisse se cacher dans le prochain coin de rue. Les scènes d'action sont fantastiques, car Demizu utilise une grande variété de compositions de pages qui aident à garder les événements dynamiques et imprévisibles. Sonju et Mujika ont aussi des designs saisissants qui combinent les horribles traits des démons de cette série (dents acérées comme des rasoirs, pieds d'oiseaux, etc.) avec des attributs moins menaçants et plus humains. Sonju et Mujika sont au cœur de la progression de l'intrigue de ce volume, car ils bouleversent la compréhension qu'ont les enfants du monde qui les entoure. Pour commencer, bien sûr, Sonju et Mujika sont des démons, mais ils ne détestent ni ne tentent aveuglément de manger tous les humains. Ils racontent aussi aux enfants le passé du monde, ou plutôt le passé d'un monde. Il est révélé qu'il y avait autrefois un monde singulier, présidé à la fois par des humains et des démons, mais il a été divisé il y a 1 000 ans en deux mondes : un pour chaque espèce. Les implications de cet événement compliquent considérablement les projets des enfants, bien qu'ils reçoivent de nouveaux conseils sur la meilleure façon d'aller de l'avant. Il y a encore quelque chose de sinistre dans l'air, cependant, alors que le lecteur apprend que les motivations de Sonju et Mujika pour aider les enfants ne sont pas entièrement altruistes.

Il y a d'autres aspects de l'histoire et de l'évolution des personnages dans ce volume, qui, dans l'ensemble, sont exaltants à regarder se dérouler. La scène la plus marquante est quand Emma demande à Sonju de l'emmener avec lui alors qu'il cherche des ennemis potentiels dans la forêt. Ce faisant, Sonju demande à Emma ce qu'elle cherche. Sa réponse ? Qu'elle veut apprendre à tuer d'autres êtres vivants. Ce qui, au départ, ressemble à une demande atroce, est tout à fait logique si l'on considère tout ce qu'Emma a abandonné pour protéger sa famille et tout le travail qu'il lui reste encore à faire. Nous en apprenons aussi sur la plante Vida et son importance pour la pratique spirituelle connue sous le nom de Gupna. Non seulement il est satisfaisant d'en apprendre davantage sur la religion des démons, mais ces détails ajoutent aussi un contexte terrifiant aux événements du tout premier chapitre de la série. Demizu et Shirai jouent un long jeu, et une grande partie de ce qui est présenté ici est crucial pour la situation actuelle. Tout comme certains événements reçoivent plus de contexte, d'autres questions sont posées lecteur, ce qui suscite encore plus d'intérêt. Cet entrelacement stratégique des éléments de l'intrigue rend le manga d'autant plus palpitant, car il est clair que les mystères soulevés seront en fait élucidés.

VERDICT

-

Ce tome 6 de The Promised Neverland est excellent. Son rythme est sans faille, car il élucide certains mystères pour en introduire davantage par le biais de sinistres implications. Cela dit, les personnages acquièrent non seulement de nouvelles connaissances sur le monde qui les entoure, ils se poussent également à grandir en conséquence. Ajoutez à cela les magnifiques illustrations de Posuka et vous aurez une lecture incontournable à tous les égards.

© 2004-2019 Jeuxpo.com - Tous droits réservés