Extremity
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 06 Mars 2019
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Scénario et dessin : Daniel Warren Johnson
Couleurs : Mike Spicer

Extremity est un comics en douze chapitres, initialement publié aux États-Unis chez Image Comics, par la suite également proposé en deux volumes reliés. En France, nous découvrons directement la série sous la forme d'une intégrale. Thea était une artiste extrêmement talentueuse avant l'attaque de sa maison, au cours de laquelle elle a perdu sa mère et sa main droite. Elle s'est endurcie dans les années qui ont suivi. Incapable de dessiner comme avant, elle cherche à se venger des personnes qui ont emporté sa mère et son identité. Avec près de la moitié du premier chapitre constitué d'une bataille brutale et sanglante, Daniel Warren Johnson, à la fois scénariste et dessinateur, n'a pas beaucoup de temps pour jeter les bases de son histoire. Ce qu'il établit est vraiment convaincant. La lutte de Thea pour regagner son identité est instantanément compréhensible, la réalisation que Thea fait dans les derniers panneaux crée un point de départ parfait pour qu'elle puisse commencer à se reconstruire. Ou pas ; nous verrons bien. C'est vraiment une excellente façon efficace de raconter des histoires de la part de Johnson. La trame évolue assez nettement dans le deuxième numéro, qui s'ouvre avec un flashback. À partir de là, l’histoire se déplace dans une nouvelle partie dangereuse du monde appelée Ancient Dark. Le clan de Thea, les Roto, est en train de chercher des pièces de bateau et va tomber sur quelques surprises. Un excellent cliffhanger prépare la Roto à plus de problèmes dans un avenir très proche.

L'illustration de la couverture est révélateur de la longue scène de bataille introductive. Dans le contexte d'une sombre histoire de perte, de vengeance et de passage à l'âge adulte, le carnage sanglant peut se justifier. Johnson fait aussi un excellent travail avec les scènes de non-action. Ses gros plans de Thea et de sa famille sont incroyablement émouvants et vous font vraiment voir ce que vivent ces personnages. Les derniers panneaux, en particulier, sont presque déchirants. Le reste de l'art de Johnson est très détaillé et aide à vous entraîner dans ce monde de science-fiction et de fantasy pas vraiment à la fine pointe de la technologie. Les guerriers bagarreurs portent une armure mal assortie, et le vaisseau qu'ils pilotent semble presque pavé à partir de débris. Ce sont des gens désespérés. Le synopsis le compare à Mad Max, et Extremity a un ton visuel très similaire. Les couleurs de Mike Spencer donnent comme d'habitude beaucoup de couleurs vives, de verts de pavot, d'oranges et de roses. Dans une série aussi lourde, la coloration s’appuie toujours sur des palettes plus lumineuses qui laissent briller les dessins au trait. Extremity a toujours été très coloré pour une série sur la guerre et la mort.

VERDICT

-

Extremity est un livre dans lequel vous pourriez plongé avec dédain, craignant que ce ne soit que du sang, des entrailles et rien d'autres. Grâce à un créateur qui raconte une histoire extrêmement personnelle (il en parle même dans une courte lettre à la fin), ce comics est bien plus que cela. C'est une histoire sombre, violente, colorée et forte racontant le parcours d'une fille qui tente de se reconstruire dans un univers post-apocalyptique très Mad Max.

© 2004-2021 Jeuxpo.com - Tous droits réservés