Un coeur pur
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 13 Mars 2019
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Scénario et dessin : Luz Suburbia

Casterman publié en version française le premier ouvrage de Liz Suburbia, une version révisée de "Sacred Heart", un webcomic publié sur le site Internet de l'auteure. L'histoire se passe dans une communauté fictive de la côte ouest américaine, une banlieue où règne le malaise, les adolescents boivent, se droguent, vont à des concerts, ont des relations sexuelles. En tant que drame pour adolescents qui se respecte, les garçons entretiennent ici aussi un sentiment de rébellion. Mais il y a une énorme différence: il n'y a rien de concret ici contre lequel se rebeller. À Alexandria, en fait, il n’existe pas de règles ni d’autorité: les adultes ont tous disparu, personne ne sait pourquoi et nous ne sommes pas autorisés à savoir s’ils reviendront. Une sorte de réalité dystopique , pour ainsi dire, un cadre idéal pour un épisode de Black Mirror. Cependant, les adolescents d’Alexandria ne manquent pas du tout d’adultes : Ils vont toujours à l'école mais seulement pour avoir des relations sexuels, l'apathie est souveraine et les jours passent toujours de la même façon: cigarettes, alcool, concerts punk, films sur le canapé, sexe. De temps en temps, quelque chose de différent se produit, comme une série de meurtres inexpliqués, mais après les premiers décès, personne ne semble être très contrarié. Au cours de l'histoire, nous suivons les tribulations de Ben Schiller, une fille introvertie et rebelle, de son meilleur ami Otto, de sa sœur Empaty et d'une foule d'adolescents qui peuplent la ville. Tout est montré sans filtre ni censure, et les personnages bougent entre le stéréotype et le renversement: ils tombent amoureux mais cela ne dure pas longtemps, ils se brisent le cœur, ils se battent violemment même pour rien, et on les voit aussi faire des choses très étranges comme lécher les semelles de chaussures ou s'habiller comme une femme. Et pourtant, malgré tout, le sentiment prédominant chez les protagonistes reste un sentiment d’apathie et d’aliénation qui plane depuis les premières pages. L'Apocalypse peut arriver à tout moment , c'est une présence constante, et personne ne semble s'inquiéter de cela non plus.

Mélange d'influences de fanzines, de bandes dessinées indépendantes des années 90 et de la sensibilité post-moderne de Liz Suburbia, le résultat est un roman graphique qui commence comme une histoire d'adolescence fascinante et très contemporaine dans la province nord-américaine qui devient vite un mystère et une vision apocalyptique de la société. L’amitié, la découverte du sexe, la passion de la musique s’accompagnent d’une exploration sans précédent de la spiritualité et d’une prise de responsabilité dans un environnement où chacun doit chercher sa propre voie. Certains réussissent, d'autres sont consumés, dans un crescendo de tension jusqu'à une conclusion cataclysmique. L'épilogue est biblique et, bien sûr, aliénant comme tout au long du livre, avec les personnages qui cherchent refuge ou qui s'accrochent à ce qui, bien que fugace, les a fait se sentir «vivants»: l'amour, l'art, la foi. À la fin, il y a aussi la résolution inattendue des meurtres mystérieux qui sont à l'origine des traumatismes non résolus des personnages qui peuplent la petite ville et de l'impossibilité de leur faire face de manière rationnelle. Abandonnant toute ambition réaliste, l'auteur adopte un style caricatural qui s'inspire d'un côté de la tradition humoristique, et de l'autre d'une certaine école canadienne qui a produit le phénomène "Scott Pilgrim" de Bryan Lee O'Malley. La construction du tableau est simple et souvent «circulaire» comme pour rappeler le caractère d'un personnage compulsif; le noir et blanc est essentiel et ne semble pas vouloir distraire le lecteur du réseau dense de personnages qui peuplent Alexandria. Un rôle clé est également joué par la musique, le punk dans ce cas, qui sert de bande sonore à l’histoire (et finalement même à la vraie adolescence, non?).

VERDICT

-

Liz Suburbia nous offre une réflexion intelligente, sarcastique et puissante sur la frontière entre la foi et la religion, les liens affectifs et le sexe, la normalité et les anormalités, l'adolescence et l'âge adulte . Une lecture forte et intense, à répéter plusieurs fois, pour trouver toujours de nouveaux éléments ou des clés interprétatives, ce qui laisse au lecteur une série de questions en suspens qui continuent à marteler même après la lecture. Mais au fond, c’est la beauté: Doit-on toujours avoir toutes les réponses ?

© 2004-2021 Jeuxpo.com - Tous droits réservés