Moi, quand je me réincarne en Slime tome 7
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 14 Mars 2019
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Oeuvre originale : Fuse
Manga : Taki Kawakami
Design des personnages : Mitz Vah

Moi, quand je me réincarne en Slime (Tensei Shitara Slime Datta Ken) est une série toujours en cours de parution au Japon et qui a connu dix tomes à ce jour aux éditions Kodansha. Comme le savent les fondus de jeux de rôles, le slime n’est pas exactement le roi des monstres fantastiques. Satoru Mikami, modeste salarié tokyoïte âgé de 37 ans, n'a pas quitté la Terre comme il l'avait prévu : il n'a jamais trouvé de petite amie, il s'est retrouvé coincé dans une impasse et a été brutalement poignardé à mort par un voleur en fuite. Alors qu'il reprend connaissance dans un nouveau monde digne d'un jeu de rôle fantastique, il est déçu mais pas vraiment surpris de constater qu'il n'est pas un chevalier ou un sorcier mais un démon aveugle et visqueux. Mais il y a des chances pour que même un slime devienne un héros. Le voici équipé de deux compétences uniques : "Prédateur", lui permettant de récupérer les aptitudes de ses adversaires, et "Grand sage", grâce à laquelle il acquiert une compréhension aigüe de son environnement. Il semble que plus notre personnage principal gagne de pouvoirs, plus l'adversaire finit par être redoutable - un parcours familier pour les fans de jeux vidéo ...

La commandante en chef Millim est maintenant résidente de la ville de Tempest, mais sa présence déclenche une série d'événements qui commencent par l'entrée des serviteurs d'un seigneur démon rival. Limule, en tant que dirigeant de l'Alliance forestière du Jura, doit gérer cette menace potentielle avec rapidité et délicatesse, mais ce ne sera pas facile tout en gérant le comportement d'un seigneur démon à la fois puissant et ressemblant à un enfant et dirigeant une nation entière de monstres. Si un manga d'épée et de sorcellerie mettant l'accent sur les complexités de la politique et des systèmes hiérarchiques vous interpelle, vous êtes au bon endroit. Il semble que toutes les actions, rebondissements et autres drames qui se produisent dans ce manga conduisent toujours Limule à chercher à parlementer et à régler les problèmes. C'est dans ces scènes que la stratégie entre en jeu et c'est amusant de voir comment Limule assemble les choses et traite ce qu'il faut dire ensuite. Cela peut sembler ennuyeux, mais jetez un magicien au niveau catastrophique de l’autre côté de la table et vous comprendrez pourquoi cela devient tendu. Limule est très capable de se battre mais c'est dans ces moments de dialogue que son leadership se manifeste.

On notera deux parties très différentes dans ce tome sept. La première moitié se déroule avec un seigneur diabolique qui a de mauvaises intentions, et qui s'apprête à entrer dans la ville de Limule pour causer des ennuis. La seconde partie implique une bande de personnages que les hommes de Limule sauvent et ramènent en ville. C'est dans cette dernier passage que les choses deviennent intéressantes, concentrant l'attention de Limule sur un seul personnage. L’histoire fait du bon travail et établit le potentiel de ce personnage à devenir non seulement un leader, mais un champion. Ce manga a toujours été bon pour la création d'ambiances RPG et ce volume n'est pas différent, se concentrant sur le personnage comme on le ferait lorsqu'on utilise un créateur de personnage dans un jeu vidéo. Il y a donc beaucoup de discussions, mais très peu d'action. L'action dans le livre est plus une scène fugace pour faire passer des personnages d'un point A à un point B, et elle n'implique même pas Limule. Cela enlève une once de plaisir à ce manga qui est généralement très bon dans les scènes de combat à la manière d'un jeu de rôle. En dehors de cela, ce volume continue à utiliser Rimuru d'une manière qui est quelque peu ennuyeuse. Les premiers volumes portaient sur la construction de ce personnage, soit physiquement avec de nouveaux pouvoirs, soit émotionnellement. En l'état, le personnage n'a pas beaucoup changé en quelques volumes. Sans croissance, il devient évident qu'il ne fait que le nécessaire pour accomplir la tâche qui lui est confiée. Sachant à quel point lui et son groupe sont puissants, on peut se rendre compte que rien n'a vraiment d'importance.

VERDICT

-

Ce volume sept de Moi, quand je me réincarne en Slime se révèle beaucoup plus verbeux que le précédent et demande beaucoup de diplomatie à Limule pour se sortir de situations délicates. Le monde est toujours aussi robuste, mais au fond, il n'y a pas beaucoup de croissance ou d'enjeu. Un bon tome quoiqu'il en soit.

© 2004-2020 Jeuxpo.com - Tous droits réservés