Castle Rock saison 1
Plate-forme : DVD
Date de sortie : 05 Juin 2019
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
TV
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

A travers dix épisodes palpitants, Castle Rock rassemble les lieux et personnages du très célèbre romancier Stephen King.

Bien que la série Castle Rock ne soit pas basée sur un roman précis de Stephen King, la ville éponyme joue un rôle décisif dans bon nombre de ses œuvres. Cette petite bourgade du centre du Maine est là où règne et vit le mal. Et c'est exactement la thématique de la série. La perversité peut se cacher partout, que ce soit dans des petites villes endormies, dans une maison d'un voisin discret ou dans la petite fille sympathique d'à côté. L'histoire de Castle Rock commence confortablement. Un peu de connaissances de base par-ici, un peu de mystère par-là, et deux morts et des enfants bizarres qui ne sont pas tout à fait l'incarnation même de l'innocence. Les protagonistes individuels et leurs histoires personnelles sont lentement présentés. Petit à petit, des pièces du puzzle sont remises entre les mains du spectateur, qui suggère très tôt que quelque chose de grand et de complexe nous attend ici. Mais, à l'instar du scénario, de la construction du grand mystère et de la découverte d'un jeune homme apparemment anonyme dans la prison de Shawshank, la série se déploie par petites étapes mais de façon réfléchie.

Si l'on devait comparer le design de la série avec quelque chose d'autre, il faudrait réfléchir longtemps. Vous vous sentez vite confus dans l’histoire de cette petite ville et de ses acteurs. Le style narratif et les dimensions de l'histoire vous amènent, comme dans un bon roman, à vous plonger plus profondément dans les événements. On s'identifie rapidement à Henry Deaver (André Holland), qui revient dans sa ville natale après des années pour libérer le jeune homme susmentionné de prison. Bien que vous appreniez des éléments importants et quelques secrets du protagoniste Henry, le spectateur n'en sait guère plus sur le mystérieux suicide que le protagoniste. Un excellent moyen de créer un suspense qui nous manque cruellement dans de nombreuses séries et films ces derniers temps. Cependant, Castle Rock vit de l'ignorance et de la tension du public et n'essaie en aucun cas de le calmer avec des émotions artificielles ou des révélations trop précoces. Dans les épisodes suivants, une structure similaire se poursuit. Petit à petit, vous en apprendrez davantage, plongerez plus profondément dans le monde et obtiendrez un aperçu des effets insondables du mal auquel vous êtes habitué de la part de Stephen King. Et c'est exactement pour les amateurs des romans de Stephen King que cette série est faite. Si l'on reconnaît la pertinence du nœud géographique autour de Castle Rock pour l'univers King, la question de savoir si des références aux œuvres et aux histoires du maître de l'horreur sont nécessaires est inutile. Qu'il s'agisse de petits détails dans l'introduction, de la sélection d'acteurs (Sissy Spacek, Bill Skarsgard, etc.) ou d'autres références, tout a été habilement choisi. Outre l'éloge pour la complexité de la série et le style narratif agréable et varié, nous voulons également mentionner le jeu d'acteur. En plus d'André Holland, qui livre une performance solide en tant que Henry Deaver, il faut mentionner Melanie Lynskey. Beaucoup de mordus de séries la connaissent pour son rôle de Rose dans "Mon Oncle Charlie'. Mais ce n'est pas du tout comparable à sa performance ici.

VERDICT

-

Castle Rock est une série bien singulière. Dès le départ, c'est très complexe et trop vaste si vous n'appréciez pas l'horreur et le suspense des œuvres de Stephen King. Si tel est le cas, cette série pourrait être une bénédiction. Vous plongez au plus profond d'un mystère qui ne semble se dévoiler que lentement. Les spectateurs qui préfèrent beaucoup d’action, du drame ou des séquences rapides trouveront probablement moins d'intérêts à visionner Castle Rock.

© 2004-2021 Jeuxpo.com - Tous droits réservés