Devil May Cry
Plate-forme : Nintendo Switch
Date de sortie : 25 Juin 2019
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Action
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Devil May Cry a vu de nombreux portages au fil des ans, mais il est maintenant disponible pour la première fois sur une console Nintendo.

2001, l'odyssée de Dante.

Dante est un chasseur de démons indépendant, qui a monté sa petite société, le Devil May Cry (les démons peuvent pleurer en français). Il officie surtout en temps que détective privé dans les affaires très spéciales, en bref exécuter le sale boulot. En outre, il est le fils du légendaire Sparda, un démon qui a sauvé l'humanité il y a deux millénaires, en se retournant contre le siens. Pour la petite histoire, Devil May Cry (2001) devait être à l'origine le jeu Resident Evil 4, mais les développeurs étaient allés tellement loin dans l'action et la violence que le projet fut refusé par Capcom. C'est pourquoi l'équipe de l'ex-Production Studio 4 (l'ancien studio de Shinji Mikami et de Hideki Kamiya) décida de bâtir une toute nouvelle franchise, inspirée de la Divine Comédie. Près de vingt ans après sa sortie, Devil May Cry demeure un titre excellent et d'une rare virtuosité. Il fut un véritable précurseur au jeu d'action moderne, avec une aventure entièrement en 3D pleine d’activités, proposant des combats serrés avec des armes de mêlée et des armes à feu. Même si les joueurs modernes peuvent être gâtés par des titres plus contemporains, Devil May Cry vaut toujours la peine d'être joué. Pour commencer, le monde gothique est extrêmement élégant et regorge d'ennemis diaboliques et démoniaques, si uniques dans leurs conceptions qu'ils ont bien vieilli de façon impressionnante. Des terribles faucheurs avec des ciseaux géants aux marionnettes possédées classiques, tenter de fendre votre chemin à travers chaque environnement mémorable tout en écoutant de la musique métal qui se joue chaque fois qu'un combat s'ensuit est tout simplement génial.

Tout comme la série Resident Evil, Devil May Cry renferme son lot de puzzles que vous devez résoudre pour progresser. Cela étant dit, ils sont généralement assez simples car vous acquérez principalement des objets clés, puis vous les utilisez dans des endroits évidents. Ces moments aident à équilibrer le jeu, par ailleurs intense, principalement axé sur le combat. Cependant, certains aspects n'ont certainement pas bien vieilli. Par exemple, le texte est extrêmement lent, certains points d’intérêt clés peuvent être difficiles à repérer et certains moments peuvent vous obliger à utiliser un guide. L'inconvénient majeur est la caméra qui bascule sans avertissement et vous oblige donc souvent à courir dans la mauvaise direction et à perdre vos repères dans le processus. Cela dit, si vous pouvez pardonner ces problèmes archaïques, vous passerez un excellent moment. Il faut noter que ce portage Switch de Devil May Cry est basée sur la version présente dans la trilogie Devil May Cry HD Collection.

Un portage (trop) fidèle à l'original ?

Cette nouvelle édition de Devil May Cry n'apporte pas grand chose de nouveau sur Nintendo Switch. Certes, le jeu tourne en 1080p et 60fps, mais le poids des ans se fait bien sentir avec des textures parfois très flous et des personnages qui auraient gagné à monter en polygones. De plus, les cinématiques sont toujours en 4/3 et la résolution d'affichage n'a pas changé depuis la PS2, ce qui est gênant sur les téléviseurs Ultra HD actuels. Les menus sont également restés dans leur bain, la lisibilité apparaît parfois précaire. En fait, jouer de manière portable rend les graphisme plus impressionnants, car on ne voit pas tous les défauts qui apparaissent sur un grand téléviseur. Bien que l'émulation soit pratiquement parfaite, il aurait appréciable d'obtenir des fonctionnalités exclusives à la Switch. Il y a des réalisations à débloquer dans le jeu et une galerie contenant beaucoup d'images et de musique, mais elle aurait certainement pu utiliser plus de contenu pour en faire un achat plus rentable.

Devil May Cry présente une durée de vie d'environ huit heures, ce qui demeure assez convenable. La jouabilité n'a pas vraiment changé depuis le titre original, seuls quelques problèmes de caméra viendront parfois vous ennuyer. La musicalité est incontestablement l'un des points forts de la saga Devil May Cry. Les thèmes sont toujours très inspirés, tandis que le doublage anglais est très réussi. Reste qu'une question demeure légitime : Pourquoi Capcom n'a t-il lancé qu'un seul épisode de Devil May Cry sur Switch, sachant qu'une compilation de la trilogie existe sur PS3/PS4 et Xbox 360/Xbox One ?

VERDICT

-

Devil May Cry est un chef-d'œuvre bourré d'action qui résiste à l'épreuve du temps. Maintenant que vous pouvez y jouer à tout moment, fans et nouveaux venus devraient le découvrir sans hésiter. Le jeu n'apporte rien de fondamentalement nouveau depuis les précédentes rééditions, si ce n'est la portabilité. Si vous n'avez jamais essayé la mouture original et que vous êtes amateurs du genre, DMC demeure un incontournable du genre, même si cette adaptation aurait mérité davantage de bonus.

© 2004-2022 Jeuxpo.com - Tous droits réservés