Atom the Beginning tome 7
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 03 Mai 2019
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Scénario : Masami Yûki 
Dessin : Tetsuro Kasahara 
Supervision : Macoto Tezka 
d'après l'oeuvre originale d'Osamu Tezuka

Atom the Beginning est une série toujours en cours de parution au Japon et qui a connu à ce jour huit tomes au Japon aux éditions Hero's. Le manga se présente comme un prologue à la saga Astro Boy, et met en scène les professeurs Tenma et Ochanomizu, génies de la robotique, alors qu'ils ne sont encore qu'étudiants. Ils passent l'essentiel de leur temps au sein du laboratoire n°8 de l'université de Nerima, à travailler sur l'intelligence artificielle. Malgré des conditions de tests difficiles (le labo est un capharnaüm évident), les deux génies mettent au point le A106 ou "Six", un premier prototype de robot doté d'un embryon de conscience individuelle. A leur insu, l'être cybernétique commence à devenir autonome et ressent même des émotions : Atom the Beginning nous permet de découvrir la jeunesse des créateurs d'Astro Boy, mais aussi le début de l'ère de la robotique au Japon. Six est l'ancêtre d'Atom, et dispose encore d'une apparence purement mécanique, contrairement à son successeur dont l'aspect de petit garçon prenait souvent le dessus. Le développement de A106 poursuit son cours et le robot affiche une autonomie qui dépasse toutes leurs prévisions. Cela peut apporter une espérance à l'humanité (cf Astro Boy) ou au contraire être initiateur d'une terrible menace (voir Terminator). En se basant sur cette expérience, Tenma et Ochanomizu développent un nouveau robot, A-107 (ou U-ran), un petit robot qui a multiplié la puissance de Six et qui a également incorporé une version améliorée et plus proche de la conscience humaine. Le premier W.R.B. (World Robot Battling), tournoi qui rassemble de célèbres robots venus du monde entier, s'apprête à débuter, et Tenma décide d'y inscrire U-ran. Cependant, dès que vous atteignez les terres australiennes où se tient l'événement, la réalité cachée commence à faire surface, et ce qui au premier abord peut sembler une initiative louable pour promouvoir la croissance technologique, la recherche scientifique ainsi que la coopération internationale, est en réalité une vitrine pour la création et la vente de robotique à des fins de guerre, principal moteur de l’économie mondiale dans le contexte temporel dans lequel se situe notre histoire.

Le volume six d'Atom the Beginning a été une bouffée d'air frais pour une œuvre qui, bien que follement intéressante, a trop flirté avec des chapitres chargés de dialogue et de questions morales. Après tout, il s'agit d'un manga de mechas, et bien que les questions métaphysiques soient un élément clé dans le développement de l'histoire et des personnages, la nécessité d'agir est également palpable. Le sixième volume est ainsi devenu le volume le plus shônen jusqu'à présent, concentrant les personnages et les actions en un seul endroit pendant tous les chapitres qui abritent ses pages. Nous avons ainsi rencontré les protagonistes, Ochanomizu, Tenma et compagnie, en testant les capacités de Yuran, le petit robot qui représente le grand espoir de succès pour le Laboratoire 7 de l'Université de Nerima, dans le World Robot Battling, une compétition entre robots qui se tient en Australie. La version la plus avancée de la série A100 créée par Tenma et Ochanomizu a démontré une supériorité plus qu'évidente par rapport à ses rivaux, mais le développement croissant de sa conscience et de ses sentiments, à travers le système complexe Bewusstsein qui régit son IA, a provoqué le fait que le petit Yuran était complètement hors de contrôle, forçant à arrêter la compétition et que les créations du Dr Roro, Mars et les Balts ont agi pour arrêter la destruction. Le septième volume commence juste là, avec Yuran et Mars se faisant face sans limites apparentes sur une scène détruite, avec les restes des autres participants de World Robot Battling décorant un paysage apocalyptique. Yuran est une création avec une IA plus avancée, et des caractéristiques techniques et technologiques supérieures à Mars. Mais cette IA est en même temps son talon d'Achille. En donnant au Bewusstsein une plus grande liberté de pensée et une capacité à prendre conscience d'elle-même et de ses capacités, Yuran devient arrogant, semblant supérieur à son rival, en qui il a confiance. Il est utilisé par Mars pour l'attaquer et le réduire, voire le motiver dans le but de le rendre inutile, tandis qu'Ochanomizu et Roro (qui n'est autre que Moriya, son rival universitaire déguisé), entament une discussion sur la dangerosité d'utiliser la conscience du système Bewusstsein.

Roro explique fondamentalement que l'apprentissage est basé sur le développement et l'augmentation des perceptions suivant des schémas de compréhension donnés, quelque chose que le Bewusstsein élimine complètement en donnant aux robots la liberté de réécrire leur propre code et routines basés sur leurs expériences et une échelle de valeurs qui, bien que leur étant donnée, est modifiable et moulable dans le temps. Ces valeurs, comme l'explique Roro, incomprises ou poussées à l'extrême peuvent finir par devenir de l'idéalisme, et le robot devient une machine imparable pour réaliser ce qui lui semble juste. Il ordonne donc à Mars de détruire Yuran, pour ensuite voir Six entrer en scène, réparé conjointement par Ran et Motoko. Un Six plus libéré que jamais pour voir comment Mars a laissé sa petite sœur presque inutile, mais essayant toujours de dialoguer. Mars et Six s'engagent alors dans une discussion philosophique sur les sentiments et les émotions humaines, relatant ces réécritures de code que leur IA considère les bogues comme quelque chose d'inconnu pour les émotions humaines. On parle alors de "chambre de Marie", une expérience mentale dans laquelle on questionne la possibilité qu'a une personne de comprendre ou de savoir qu'une chose existe, même si elle n'a jamais pu la voir ou la sentir. Les deux robots en viennent à la conclusion que ces bogues qui surviennent dans leur IA pourraient être une sorte de sentiments humains, qui en eux ne nécessitent pas la ségrégation de substances chimiques pour être générés. Et que l'union de plusieurs de ces sentiments donnerait naissance à son propre cœur robotique, rendant chacun d'eux unique. Mais néanmoins, si pour Six c'est une bonne chose et un signe de son évolution, pour Mars ce n'est qu'un obstacle pour suivre ses ordres de programmation, sa raison d'être. Les deux se retournent dans un combat à mort à cet instant, dans lequel Yuran elle-même, gravement blessée, intercède en faveur de son frère, étant encore plus endommagée. Six, qui est aveuglé par ces sentiments et confirme la théorie de Mars : se laissant emporter par les émotions, Six est incapable de suivre même ses routines les plus élémentaires, gaspillant tout son potentiel. Mais malgré tout, Six tire sa force de sa faiblesse et parvient à égaler un concours qui ne se termine qu'avec l'intervention du comte Bremner, qui emmène les deux créations du Laboratoire 7 dans un lieu sûr. L'histoire est coupée à ce moment-là et avec un flashforward nous avançons de quelques jours, avec les protagonistes déjà en sécurité au Japon après la suspension de la compétition des robots, l'accident ayant été caché par les hauts dirigeants accusant une tache solaire de créer des interférences dans les machines. Bremner renvoie Six réparé et Yuran au Laboratoire 7, où Ochanomizu découvre que Yuran lui-même a capturé ses caractéristiques et son pouvoir par peur de faire du mal à nouveau ou de se faire mal. Pour sa part, Six commence à parler à Ochanomizu des enregistrements de la conversation qu'il a eue avec Mars et avec Ivan, le robot russe, réussissant à lui donner des indices sur la conspiration derrière le mystérieux "Projet T" bien qu'il soit difficile de trouver des concepts pour définir ce dont il est abordé.

Pour sa part, Tenma est déprimé et frustré par l'échec de Yuran et du sien avec le Dr Roro, mais parler avec Motoko commence à soupçonner l'identité possible de ce dernier, et il réalise le besoin de surmonter le mauvais moment et de retourner travailler sur ses créations pour retrouver son lien avec Ochanomizu et simultanément impressionner et démasquer Roro. On dirait que tout va revenir à la normale au Laboratoire 7 de l'Université Nerima, mais quelques "obstacles" se dressent sur son chemin : la demande de collaboration de Bremner, qui semble avoir découvert quelque chose sur le grand désastre qui a frappé le Japon il y a des années ; et l'arrivée d'un nouveau personnage, le grand-père d'Ochanomizu. Un vieil homme qui ressemble trop au professeur Ochanomizu créé par Tezuka et qui semble aussi chercher des indices sur un robot curieux qui ressemblait à un enfant qu'il a rencontré quand il était jeune. Cette grande finale opacifie tout ce qui est intéressant dans ce septième volume, d'une part à cause de l'apparition déconcertante d'un Ochanomizu qui fait trembler la conception de ce manga comme un prologue d'Astroboy, d'autre part à cause de la première mention "indirectement directe" à l'existence d'un androïde à aspect infantile, dont la description et la silhouette ne peuvent être autres que celle de Atom. Mais au-delà de cette dernière bombe, ce volume semble poser les piliers d'une grande et intéressante avancée dans l'intrigue, non seulement à cause de cette mention d'Astroboy, mais aussi à cause de la découverte par le comte Bremner de la catastrophe japonaise. Les pièces sont placées et les personnages continuent leur développement intéressant et imparable. On appréciera particulièrement l'approche de Tenma à cette occasion, qui a toujours semblé obsédé par la puissance et l'avant-garde des robots, apparemment à cause de leur caractère compétitif et arrogant, mais qui découvre dans ce volume la vérité derrière cette obsession de la création parfaite : la douleur et la frustration de ne rien avoir pu faire pour empêcher la mort des parents dans cette catastrophe et son besoin de trouver une solution pour qu'elle ne se reproduise plus. Un développement qui le rapproche beaucoup du Tenma original créé par Tezuka, et cette douleur et cette motivation qui l'ont conduit à créer Atom après la mort de son fils.

D'autre part, nous avons un retour assez puissant aux questions métaphysiques, mais avec une grande capacité de Masami Yûki à les combiner avec des scènes d'action puissantes. On découvrira aussi une interprétation très intéressante de l'expérience mentale de "La chambre de Marie" quand il s'agit d'illustrer comment les robots (ou les humains) se sentent face à quelque chose qu'ils savent réels mais ne peuvent quantifier ou rendre physique. C'est tout le parallélisme qui s'établit dans ce qui se passe avec les robots et leurs homologues du côté humain, parce que le scénario utilise toujours l'excuse de la machine pour expliquer, comprendre ou critiquer certains aspects de la manière humaine d'être. Dans ce cas, cette conception des sentiments peut être vue comme l'antithèse du libre arbitre. C'est précisément parce que nous pensons le contraire, que lorsque nous nous laissons emporter par nos sentiments, c'est lorsque nous sommes libres, lorsque ces sentiments nous conditionnent réellement à agir d'une manière ou d'une autre, brouillant nos sens ou rendant plus difficile de prendre la bonne décision. Mais n'oublions pas l'action, et encore une fois dans ce tome nous en abondance, avec certaines des scènes les plus puissantes et visuelles du manga. Yûki et Kasahara se combinent mieux que jamais à cette occasion pour faire la transition entre narration écrite et visuelle, avec un dessin plus puissant que jamais quand il s'agit de refléter certaines des vignettes les plus sanglantes de cette série. La main de Kasahara est capable de refléter avec le trait toute la rage, la colère, le plaisir et la tension de la bataille, et tout cela avec des personnages qui n'ont vraiment pas plus de capacité à exprimer des émotions que leurs mouvements et leurs poses dans leurs dessins. Cela, avec les plans spectaculaires (surtout dans les dernières mesures quand il s'agit de donner le protagoniste et la pompe qui mérite l'arrivée du grand-père Ochanomizu) fait du dessin l'un des points les plus forts de l'œuvre. Cela étant la structure narrative commence à être un peu ressentie dans un autre sens. On commence à remarquer que Atom the Beginning est un manga au rythme imparable, dans lequel une chose vient de se terminer et nous sommes passés à la suivante. Il n'y a pas de temps pour le calme, pour reposer les idées intéressantes que le scénario libère, et bien que l'intrigue avance et se développe lentement, cette vitesse de narration provoque une sensation de plus grande précipitation. Non pas qu'il s'agisse d'un point négatif, mais nous manquons peut être d'un volume de transition dans lesquels les personnages règlent leurs problèmes. On peut aussi remarquer dans ce volume qu'il y a une, peut-être trop, différence de ton entre les deux actes du volume, entre l'action du début et le calme ultérieur. Et pourtant, rien qui ternisse la qualité d'une œuvre qui laisse plus que jamais le lecteur avec du baume au cœur avec cette dernière scène révélatrice.

VERDICT

-

Atom the Beginning est un manga qui réjouira à la fois les nostalgiques de la série Astro mais également le jeune public, du fait de la bonne ambiance qui émane de cet ouvrage. La réalisation s'avère plutôt sémillante et ce retour dans le passé nous permettra de découvrir les origines de l'œuvre de Tezuka.  Ce tome sept est un magnifique volume qui combine parfaitement dialogue et action, avec des scènes un peu plus sanglantes que d'habitude et un dessin qui brille dans toutes les vignettes. Et tout cela avec la première mention, quelque chose d'indirect, à celui que nous attendons tous : Astroboy.

© 2004-2021 Jeuxpo.com - Tous droits réservés