Aposimz la planète des marionnettes tome 3
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 03 Juillet 2019
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Scénario et dessin : Tsutomu Nihei

Aposimz est une série toujours en cours de parution au Japon et qui a connu quatre tomes à ce jour aux éditions Kodansha. Dans un futur très lointain, le corps céleste artificiel Aposimz, d'un diamètre de 200.000 kilomètres, a tout d'une terre glaciaire et post-apocalyptique. Pourtant, son espace central est recouvert d'une super-structure où l'homme a longtemps vécu. Il y a cinquante siècles, un violent conflit a éclaté entre deux factions et les personnes qui ont perdu la guerre ont également perdu le droit de résider légitimement à Aposimz. Les survivants se sont réfugiés sur la surface extrêmement froide de l'astre, faisant face à la propagation d'une étonnante maladie transformant les êtres en créatures biomécaniques et aux automates agressifs qui apparaissent fréquemment au niveau des ruines. Pourtant, malgré tout, les habitants ont réussi à s'adapter à la rigueur climat et les générations ont fini par se succéder. Dans ce tome deux, Esserow est devenu une marionnette régulière suite à sa contamination par le terrible virus. S'il a perdu une part de son humanité, il a gagné un pouvoir surhumain. Guidé par la mystérieuse Titania, une automate en guerre contre l'Empire, Esserow sillonne un monde glacial avec comme seul mantra la vengeance.

Dans ce troisième tome, il y a beaucoup à apprécier dans l'écriture. Nihei fait un excellent travail pour transmettre beaucoup de choses sur les personnages et les traditions sans avoir à recourir à des larges expositions. La plupart des nouvelles informations sont évoquées naturellement via des dialogues ou des scènes montrant des éléments des projets des méchants et de la société que nous n’avons jamais vus. Une brève scène de tournoi en est un exemple. Nous voyons également un peuple humain se cacher de l’empire de Revidor, ce qui donne à nos protagonistes l’occasion d’interagir avec des personnages différents pour une fois. Une nouvelle méchante, Jate, reçoit une excellente introduction en manipulant les niveleurs de sol - une variété d’automates qui font également leurs débuts ici. Au final, ce volume reprend avec succès là où les deux derniers se sont arrêtés et approfondit notre compréhension du monde du manga. Cela dit, il y a encore des inconvénients ici. Le premier provient des bulles. Les bulles de dialogue de différents personnages sont souvent jointes au milieu, sans aucune ligne de séparation entre elles. Bien que le dialogue lui-même fournisse généralement suffisamment de contexte pour déterminer qui parle quand, il y a encore une confusion inutile. Idem avec les scènes d'action. Il y a de beaux combats impliquant des personnages qui se disputent dans des espaces clos, mais le degré de lisibilité varie considérablement d'une page à l'autre. Certaines parties de ces scènes se déroulent de manière fluide et efficace, mais d’autres sont difficiles à suivre et ne semblent pas décrire clairement les points de l’intrigue.

Visuellement, ce manga continue d'être un régal. L'esthétique douce de Nihei contraste fortement avec la brutalité du sujet, et cela fonctionne. L'auteur utilise presque exclusivement du gris et du blanc, avec très peu de noir uni. L'ombrage est particulièrement bon car il utilise principalement les tons gris pour les ombres, tandis que l'espace blanc indique l'illumination et les degrés de distance physique. C'est très agréable pour les yeux tout en conservant un fantastique sens de la profondeur et de la perspective. Le livre dans son ensemble a une atmosphère aérée qui correspond bien à la fluidité des mouvements des personnages ainsi qu'à la rareté du monde. C'est aussi un changement de rythme unique que de voir l'armure et la technologie rendues d'une manière aussi douce et non brutale.

VERDICT

-

Dans l'ensemble, ce troisième volume d'Aposimz est un très grand volume. Nihei fait un excellent travail pour faire avancer l'intrigue et compléter naturellement le lore de la série sans jamais l'enliser dans la narration. Le dessin continue également d'impressionner avec une esthétique unique, une nuance et une profondeur fantastique. Il y a quelques problèmes de clarté, mais rien de suffisamment important pour perturber la lecture trop longtemps.

© 2004-2021 Jeuxpo.com - Tous droits réservés