La voie du tablier tome 1
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 05 Juillet 2019
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Oui
Jouable via Internet :
Oui
Test par

Nic007


8/10

Scénario et dessin : Kousuke Dono

La voie du tablier (Gokushufudo) est une série toujours en cours de parution au Japon et qui a connu trois tomes à ce jour aux éditions Shinchosha. Tatsu est un ancien yakuza qui a renoncé à la violence pour devenir un honnête homme. Également connu comme le légendaire "Tatsu l'immortel", il a déjà vaincu un clan adverse à lui tout seul et à mains nues, mais il est à présent devenu un mari au foyer idéal, qui prépare très souvent les repas avec un tantô, et porte parfois un drôle d'attaché-case lorsqu'il sort. Sa femme Miku s'avère très carriériste et exerce un travail de designer. Elle a rencontré Tatsu dans des circonstances imprévues et l'a rapidement épousé. C'est une grande fan de l'anime "Crime Catch PoliCure" et elle peut être un peu enfantine durant son temps libre. Mais malgré son tablier, il ne faut pas trop chercher Tatsu qui se fera un grand plaisir de venir en aide à ses anciens collègues !

La voie du tablier est un manga seinen de comédie signé Kousuke Oono, sur la vie quotidienne d'un ex-yakuza qui a totalement été transformé par l'amour de sa vie. Enfin, pas totalement heureusement ! Nous suivons Tatsu durant ses journées de ménager (de moins de cinquante ans) : de la cuisine au ménage, en passant par la recherche de bonnes affaires dans le bac à soldes, les clichés ont la vie dure ! Dans ce volume, il y a des petites allusions sur son passé, mais cela se fait avec parcimonie pour piquer votre curiosité sans pour autant en dévoiler trop à la fois. La majorité des chapitres de ce volume sont consacrés à des gags et à des sketches qui aident à montrer à quoi ressemble la vie domestique d'un ex-yakuza (bien que ce soit assez exagéré pour aider la comédie). Il n'y a pas d'intrigue sous-jacente pour ce volume, mais plutôt un focus sur le personnage de Tatsu et les personnes qu'il rencontre et connaît. Chaque chapitre est une vitrine de «que ferait un ex-yakuza dans cette situation?», Par exemple, garder un enfant du voisinage en le divertissant avec des jeux que seuls les hommes âgés et le yakuza apprécieraient, cette situation se terminant par donner une leçon à un enfant “Réparer vos erreurs en les enterrant six pieds sous terre” (dans ce cas, enterrer un personnage d'animé cassé). Il est un peu absurde de voir comment Tatsu a repris ses habitudes yakuza, comme essayer de couper son petit doigt dès qu'il a découvert que le DVD qu'il avait offert à Miku pour son anniversaire était quelque chose qu'elle possédait déjà. Malgré cela, c'est amusant de voir quel point c'est absurde et exagéré. Ce volume n’aborde pas trop la relation entre Miku et Tatsu, bien que le dernier chapitre en ait été une bonne démonstration. C'est comme si leur idylle n'était pas trop amoureuse, c'est plutôt une compréhension et un respect mutuels qu'ils ont l'un envers l'autre. Miku semble ancrer Tatsu quand il retombe dans ses anciennes habitudes, tandis que Tatsu semble la calmer de son impulsion pour obtenir des choses dont elle n'a pas besoin (il se comporte un peu comme son père parfois). Bien que, dans le dernier chapitre, les choses semblent évoluer, il serait intéressant de voir plus de leur dynamique dans les épisodes à venir, ainsi que l'histoire de la façon dont ils se sont rencontrés et pourquoi ils se sont mariés.

Parmi les autres protagonistes abordés, nous retrouvons Masa, un membre appartenant au même clan/famille que Tatsu autrefois. Il est jeune, un peu arrogant et ressemble plus à un voyou de la rue, mais il semble admirer Tatsu. Il sait comment s'attirer des ennuis, mais il ne fait preuve d'aucune capacité à aller jusqu'au bout lorsqu'il déclenche une bagarre, d'une certaine façon, on pourrait dire qu'il est un peu lâche. Gin est quant à lui le chat de Tatsu et Miku. On ne sait pas grand chose sur le matou, si ce n'est dans les histoires bonus du manga. Il sait comment ouvrir la porte du balcon pour sortir de l'appartement et explorer un peu le quartier. Du côté des dessins, ce n'est pas nécessairement un style épuré mais ce n'est pas trop compliqué non plus. La diversité des formes et de l'apparence des visages de chaque personnage a tendance à être unique, ce qui rend même quelques personnages secondaires moins fades et leur confèrent une certaine forme de caractère.En parlant de visages, les expressions dessinées sur les personnages sont bien définies et aident vraiment à la comédie. Parfois, une page sans dialogue et avec juste une expression peut être la meilleure chute. Une bonne partie de la comédie de ce manga repose sur le silence pendant les scènes, laissant les visuels s'exprimer pleinement. Un regard vaut parfois mieux qu'un long discours.

VERDICT

-

La voie du tablier est une très belle surprise, qui vous laissera un sourire idiot tout au long de la lecture. Les histoires sont courtes, mais drôles et bien dessinées. Kousuke Oono a fait du bon travail avec cela, d'autant plus qu'il n'avait pas encore fait de manga sérialisé auparavant et qu'il était assistant pendant neuf ans. On apprécie vraiment la façon dont Oono restitue les expressions faciales et que la partie comique. Il ne manque jamais de divertir, qu'il s'agisse de la vie conjugale, de la parentalité, du passé de Tetsu, de simples courses d'épicerie ou de l’aide d'un vieil ami.

© 2004-2021 Jeuxpo.com - Tous droits réservés