Dragon Ball Super tome 8
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 03 Juillet 2019
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Scénario : Akira Toriyama     
Dessin : Toyotarô

Dragon Ball Super (Dragon Ball Chou) est une série toujours en cours de publication au Japon et qui a connu neuf tomes à ce jour aux éditions Shueisha. L'intrigue prend place après la saga d'origine, et donc la victoire de Goku contre Majin Boo. Il ne s'agit pas toutefois d'une suite directe, puisque le scénario d'Akira Toriyama tient compte des événements passés dans les films d'animation "Battle of Gods" (le combat contre Beerus) et "La Résurrection de F" (le retour de Freezer), tous deux disponibles en anime comics chez Glénat Manga. Bref, une nouvelle menace arrive sur Terre, les ennemis de l'univers 6, des Dieux provenant d'un univers parallèle à celui où évoluent les héros. Le Dieu de la destruction vient de se réveiller d'un sommeil de 39 ans avec l'intention d'affronter le Super Saïyen Divin, le guerrier légendaire dont parle une ancienne prophétie exprimée par le Poisson Oracle. Mais personne ne dispose de ce pouvoir, Goku n'ayant jamais dépassé la transformation Super Saiyan 3. Quoiqu'il en soit, les Dieux de la destruction, car il y en a en réalité un dans chaque univers, ont décidé de s'affronter dans un grand tournoi. Pour ce faire, ils entendent faire combattre les meilleurs guerriers de chaque univers. C'est ainsi que le monde 7 (celui où se déroule Dragon Ball) va devoir lutter contre le monde 6. L'occasion de découvrir de nouveaux adversaires, notamment un homme nommé Frost rassemblant beaucoup à Freezer mais affichant un caractère à son opposé, un Saiyan particulièrement énervé ou encore un Winnie L'Ourson sous stéroïdes.

Dans le huitième tome de Dragon Ball Super, le Power Tournament (ou tournoi du plus fort, selon la traduction officielle française) entre dans sa phase finale. Ce volume nous amène à une série de duels et de situations encore plus indécis que dans les précédents opus. Un livre presque exclusivement consacré aux saiyans, tant ceux de l'univers 7 que (et surtout) ceux qui composent l'univers 6. Nous étions partis avec Freezer prêt à défier Caulifla , la fougueuse Super Saiyan de l'univers 6. La jeune fille, en dépit d'un pouvoir latent bien supérieur à Son Goku quand il faisait face au tyran pour la première fois sur Namek, ne peut pas faire grand chose contre l'empereur du mal. Le même Freezer s'est quant à lui entraîné pour atteindre un pouvoir très proche de celui d'un dieu SSJ et parvient en un temps record à battre la guerrière qui succombe impuissante sous les coups du démon et devant le regard craintif de Kale. Cette dernière semble avoir une force cachée qui, malgré les encouragements de Cabbe, qu'il est cependant difficile d'extérioriser : le saiyan tente de ramener à la raison sa compatriote timide, en soulignant que Caulifla va mourir si elle n'intervient pas. C'est là qu'émerge toute la puissance du protégé de Caulifla : ses muscles commencent à gonfler, ses iris et ses pupilles disparaissent de ses yeux, son regard devient fou et furieux, son Ki augmente hors de toute proportion. Bien que personne ne semble comprendre la nature de la transformation Super Saiyan, c'est à nouveau Cabbe qui joue le rôle de deus ex machina. Nous découvrons ici que l'évolution de Kale, qui la rend assez semblable à Broly, est une sorte de mutation génétique ancienne du saiyan, qui conduit son utilisateur à s'appuyer exclusivement sur un accroissement constant de la puissance physique, sacrifiant vitesse, perspicacité, technique et raisonnement. Une force sur laquelle il est impossible de compter, comme le souligne Vegeta, mais aussi une puissance extrêmement dangereuse : lors de la transformation en Berserker, Kale attaque à la fois ennemis et alliés, et l'accumulation constante de Ki dans son corps risque de conduire à l'auto-destruction.

Il semble que le seul moyen de faire revenir Kale à la raison est de le faire fusionner avec Caulifla avec les Potara. Comme dans la série animée, les deux guerrières s'unissent dans Kafla, mais il existe de nombreuses différences. Tout d'abord, le partisan de la fusion est Cabbe, qui décide de se sacrifier pour pouvoir accrocher la boucle d'oreille à Kale tombant du ring. Il semble également que le manga Dragon Ball Super ait considérablement réduit la puissance de Kefla : dans l'anime, nous voyons que le combattant parvient à faire face à Goku, même avec les transformations de Super Saiyan God et de Super Saiyan Blue. Kafla est si imparable, grâce à la puissance du Super Saiyan "Vert" de Kale, qu'elle ne succombe dans la série télévisée que contre l'Ultra Instinct. Dans la version papier, au contraire, le duel avec Kakarotto n'a pas lieu : la Fusion de l'Univers 6 doit en effet affronter Son Gohan, qui au contraire semble avoir reçu une puissance considérable pendant la gestion de Toyotaro. Avec un nouveau look, inspiré des couleurs de Piccolo plutôt que de celles de son père, le fils de Goku semble avoir retrouvé la verve du passé, luttant sur un pied d'égalité avec Kafla et prouvant qu'il a encore en lui le potentiel libéré par le vieux Kaioshin pendant la saga du Majin Buu : Gohan, en effet, ne doit pas devenir le guerrier aux cheveux dorés, car il décide de suivre son évolution personnelle et de se dresser comme humain plutôt que saïyan. La deuxième partie du tournoi est plutôt consacrée à la confrontation finale contre Jiren. Goku donne enfin vie à l'Ultra Instinct, mais même dans ce cas, les circonstances dans lesquelles il déverrouille le fameux pouvoir que même le Hakaishin ne peut maîtriser sont totalement différentes de l'anime. Incroyablement, Tortue Ninja est la clé de voûte.

Le vieil ermite connaît son moment de gloire contre le plus puissant des soldats de la Pride Trooper, ne comptant que sur sa concentration mentale pour éviter ses coups. Le discours de Muten Roshi, sur le fait que chaque maître qui a formé Goku a toujours essayé de le conduire sur le chemin de la spiritualité plutôt que de la force brute, est un agréable hommage générationnel à Dragon Ball, ainsi qu'une contextualisation beaucoup plus cohérente pour la naissance de l'Ultra Instinct. Nous voyons également l'entrée sur la scène de Kafla et le sacrifice de C-17, ainsi que les duels répétés entre Goku et Jiren jusqu'au début de l'Ultra Instinct.  Le volume présente ensuite un chapitre spécial, publié à l'occasion du Jump Victory Carnival 2018. Dans ces pages inédites, nous découvrons ce que Goten et Trunks ont fait pendant que leurs ainés participaient au Tournoi du pouvoir et protégeaient l'île de C-17 de braconniers et d'un groupe de Cell Jr indomptables , probablement une version régénérée des mêmes monstres créés au cours du Cell Game.

VERDICT

-

Après lecture de ce volume, il ne fait aucun doute maintenant que la version papier de Dragon Ball Super se veut une alternative à la série animée. Considérant que les événements spécifiques dans l'animé doivent être considérés, selon la production, pleinement canoniques, il faut dire que le Tournoi du plus fort selon Toyotaro apporte des changements substantiels à certains détails, mais pas à l'histoire générale.  La fin de la saga actuelle sera sensiblement la même, donc ce qui change est la manière dont l'étudiant de Toriyama atteindra la conclusion fatidique du tournoi. Quoi qu'il en soit, il faut rappeler le flair artistique de l'auteur, qui réussit, comme toujours, à reproduire de manière satisfaisante le dynamisme de Toriyama.

© 2004-2021 Jeuxpo.com - Tous droits réservés