Polar Bear in Love tome 2
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 11 Septembre 2019
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Scénario et dessin : Koromo

Polar Bear in Love (Koi Suru Shirokuma) est une série toujours en cours de publication au Japon et qui a connu quatre tomes à ce jour aux éditions Media Factory. On dit que la flèche de Cupidon peut frapper à tout moment et n'importe qui. Mais cette flèche peut-elle frapper quelqu'un d'une espèce différente ... celle que vous êtes censé manger ? Eh bien, c'est certainement arrivé dans Polar Bear in Love. Un ours polaire (ainsi nommé Ours Blanc) est immédiatement séduit par la blancheur duveteuse d'un phoque. Le pauvre jeune phoque est à la fois confus et effrayé pour une multitude de raisons : ils sont les deux des mâles, les ours polaires mangent les phoques et il a l'impression que les gens qui s'aiment se mangent mutuellement. Il n'y a donc rien d’étonnant à ce que Plip passe la plus grande partie de son temps à trembler de peur. Ours Blanc, quant à lui, s'engage à protéger son bien-aimé et à travailler dur pour obtenir son amour. Cette configuration peut sembler parfaite pour un 4 koma, mais le manga commence généralement par de courtes bandes dessinées d'une page (de quatre à sept panneaux environ) avant d'avoir une histoire de plusieurs pages pour conclure le chapitre. Bien que le format soit un peu aléatoire, les chapitres et les arcs s'enchaînent étonnamment bien. Alors que Ours Blanc veut être l'amant de Plip, il doit d'abord gagner lentement la confiance du phoque. Craignant de finir par être le dîner de l'ours polaire, Plip passe la plupart de son temps à trembler de peur et à préparer sa fuite avant de réaliser lentement que les paroles de l'ours polaire sont vraies.

Polar Bear in Love est un peu étrange. Le titre, combiné au style artistique très mignon, vous permet d'anticiper quelque chose de super léger et doux; un manga de tranche de vie fantaisiste avec des personnages animaliers anthropomorphes, conçu pour les plus jeunes. Et c'est comme ça, dans une certaine mesure, mais il y a une vraie noirceur. En réalité, l'ours blanc ne mange pas le phoque (pas du tout, il est trop gentil!), mais l'histoire évolue dans un monde où il est reconnu que les animaux se mangent vraiment les uns les autres et que la survie est difficile. Le manga n'est tout simplement pas aussi inoffensif que prévu; ce n'est pas le Polar Bear Cafe. Alors que le premier volume mettait en vedette Plip, constamment terrifié à l'idée que l'ours blanc allait le manger, il commence maintenant à comprendre que ce n'est pas vraiment ce dont il s'agit, ce qui est un soulagement. Une fois la terreur primaire écartée, les deux animaux polaires ont l'occasion de se détendre et d'apprendre à connaître le quartier. Ils rencontrent d'autres sympathiques habitants du Pôle Nord, et c'est une période plutôt agréable, jusqu'à ce que tout tourne autour de la douleur d'un amour non partagé et que ce manga idiot sur les animaux parlants devienne une affaire incroyablement sérieuse. Un passage certainement sincère et émouvant, mais il faut être un peu romantique (et peut-être un lecteur généreux) pour vraiment apprécier la profondeur des émotions que les personnages sont censés ressentir ici. C'est une histoire d'amour beaucoup plus sérieuse qu'il n'y paraît à première vue, et cela pourrait éloigner certains lecteurs qui se sont engagés pour des bouffonneries d'animaux mignons.

Une autre chose qui pourrait éloigner les lecteurs est le fait que la relation entre Polar Bear et Plip serait en réalité abusive. Au départ, Plip est terrifié par Polar Bear et souhaite seulement que l'ours polaire s'en aille et le laisse tranquille, ce que Ours Blanc ne peut pas faire. Même lorsque Plip commence à s’adapter à la présence de Polar Bear, c'est davantage parce qu'il n'a pas le choix alors qu'il a déjà accepté ce prédateur géant dans sa vie. Dans une relation entre humains, ce serait assimilé à du harcèlement puis au syndrome de Stockholm. Cela montre les limites de l'interprétation de la fiction comme une expression de la dynamique du pouvoir, parce que nous ne pensons pas vraiment que le message que Koromo veut faire passer ici soit "le harcèlement est correct". Il s'agit de savoir comment le pouvoir de l'amour peut tout conquérir : Plip n'est pas la bonne espèce, Ours Blanc s'en moque. Plip est un garçon plutôt qu'une fille, Ours Blanc s'en fiche. Plip a peur que l'ours polaire cesse de l'aimer une fois qu'il aura perdu son pelage de bébé et change de couleur (devenant ainsi noir au lieu de blanc), mais le lecteur sait très bien que l'ours blanc ne cessera jamais de l'aimer pour une raison aussi stupide. Il s'agit une histoire qui défie clairement l'homophobie et le racisme, même si elle peut parfois semble mettre en vedette une dynamique de pouvoir malsaine. Sur une note moins sérieuse, le volume se termine par un cliffhanger impliquant un pingouin ... et c'est une problème. En effet, il n'y a pas de pingouins au pôle Nord, ils vivent uniquement dans l'hémisphère Sud ! Il s'agit là d'une grave inexactitude scientifique !

VERDICT

-

Malgré de nombreux moments loufoques, ce manga est une affaire étonnamment mature que les fans de romance pourraient passer sous silence parce que les personnages ne sont pas humains. Si vous appréciez les histoires d'amour tragiques, Polar Bear in Love s'avère particulièrement convaincant.

© 2004-2020 Jeuxpo.com - Tous droits réservés