Red Hood & the Outlaws tome 1 : Sombre trinité
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 23 Août 2019
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Scénario : Scott Lobdell
Dessin : Dexter Soy

Dark Trinity implique Jason Todd, prétendant travailler pour Black Mask, protégeant une arme qui est attaquée (par erreur) par l'Amazone Artémis, et cette arme s'avère être Bizarro (le clone raté de Superman). Ce n'est pas moins artificiel qu'une équipe préétablie de la Ligue des Justiciers ou un Green Lantern se joignant à une équipe parce qu'ils se trouvent "dans la région", mais Dark Trinity semble toujours avoir l'impression que tout se déroule plutôt de façon prévisible. Il y a un numéro pour présenter Jason, un numéro pour présenter Artemis, deux numéros pour Bizarro, et deux numéros pour la conclusion. Dans le prochain volume, Lobdell aura moins de mise en scène à établir, les développements de ce titre pourraient commencer à être plus organiques. Malgré tout, Lobdell écrit avec force l'odyssée de Jason Todd, comme toujours. Dans ce volume, il tire particulièrement bien parti de l'ensemble des publications de Jason, des histoires de l'âge de bronze à la rétrospective de la résurrection de Jason établie rétroactivement, en passant par certaines des minuties de la série précédente de Red Hood and the Outlaws, presque ignorées dans l'incarnation Red Hood / Arsenal. Mettre en parallèle la résurrection actuelle de Bizarro avec celle de Jason était très intelligent; on peut supposer que l'idée d'inclure Bizarro dans ce titre a été antérieure à des considérations sur ce que Jason et lui ont en commun. Artemis est un personnage agréable qui se débrouille certainement mieux ici que ne l'avait fait Starfire dans les précédents Red Hood and the Outlaws, bien que sa présence, qui repose entièrement sur son propre malentendu, semble à nouveau artificielle. De son côté, Lobdell décrit Black Mask comme étant bien plus un cerveau traditionnel supervillain que d’autres incarnations, bien que ce ne soit pas une mauvaise chose. Ce qui semble être un appel délibéré à la fin du livre à l'une des scènes les plus abominables du masque noir de la série Catwoman d'Ed Brubaker nous rappelle ce que nous aurions pu voir avec Roman Sionis présenté dans son rôle habituel de gangster. L'idée de réutiliser l'ennemi de l'enfance de Jason, Ma Gunn, comme gardien de Black Mask est une réussite.

Il n'y a rien de particulièrement problématique dans Red Hood & the Outlaws de Scott Lobdell, et c'est peut-être un accomplissement en soi étant donné les controverses qui ont suivi les débuts de ce titre, New 52. C'est un peu doux, avec l'histoire - comme un épisode pilote de série - qui met les personnages-titres là où ils doivent être pour se rencontrer, et c'est à peu près tout. En même temps, Lobdell fait preuve d'une brillante compréhension de ces personnages, ou en particulier de Jason Todd, alias Red Hood ; tout comme Lobdell a trouvé des points communs inattendus entre Jason et la fille de Joker dans le dernier volume Red Hood/Arsenal, ici il donne un sens à la collaboration Red Hood/Bizarro. Il nous a semblé que les scénaristes modifiaient parfois la définition de la "moralité" de Batman pour l'adapter à l'objectif d'une histoire - par exemple, une récente série de Batwoman suggérait que Batman n'était jamais trop violent avec ses ennemis ni ne ferait équipe avec un méchant pour un cause commune, deux idées qui sont manifestement fausses dans les propres titres de Batman. Lobdell a fait en sorte que Batman accepte le statut de " hors-la-loi " de Jason et reconnaît même que Batman lui-même s'introduit "sans mandat dans des propriétés privées " et brutalise les gens "presque chaque nuit". Bien qu'il semble que dans un avenir pas trop lointain, nous aurons à nouveau un Red Hood voyou, c'est rafraîchissant d'entendre Batman dire qu'il ne s'attend pas à ce que Jason suive son exemple à la lettre.

Le style artistique de Dexter Soy, sérieux et réaliste, correspond à l'ambiance «hors la loi» de la série. La manière dont le dessinateur joue avec la lumière et les ombres confère également au titre une qualité cinématographique, ce qui donne l’impression d'être dans un film d’action à gros budget. Cependant, les illustrations de Soy ne sont pas les seules choses qui rendent ce livre beau. Les couleurs de Veronica Gandini portent le livre à un tout autre niveau. Ce sont ses tons plus sombres qui font vraiment ressortir l’essence de Gotham City et de chaque personnage. Cela donne une personnalité au livre, puis la transmet en quelque chose qui complète l'histoire. De plus, l'utilisation fréquente des flashbacks offre une autre occasion de faire briller les couleurs de Gandini. Chaque retour en arrière est principalement effectué en noir et blanc, ce qui est typique des scènes du passé. Cependant, chacun a également au moins une trace de rouge. Le rouge est une couleur thématiquement importante pour les Outlaws, car il crée un lien visuel entre chaque membre: le masque de Jason, les cheveux d’Artemis et la crête de Bizarro. C'est un indice subtil du lien que ces personnages vont partager et un indicateur plus précoce du traumatisme qu'ils ont subi dans le passé. Globalement, c’est une autre façon pour laquelle l’utilisation intelligente des couleurs par Gandini fait de ce livre ce qu’il est.

VERDICT

-

Avec cette saga, Scott Lobdell est en train d'écrire "l'arc de rédemption" d'un héros majeur de DC. L'auteur a vraiment défini Jason Todd de façon assez définitive, comme l'avait fait auparavant Chuck Dixon avec Nightwing. Sombre trinité est un très bon début pour cette nouvelle arc.

© 2004-2021 Jeuxpo.com - Tous droits réservés