Doggybags tome 14
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 06 Septembre 2019
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Scénario : Run, Armand Brard, MUD 
Dessin : Prozeet, Ivan Shavrin, Neyef

Inspirée des films d'action des années 1960-1970, Doggybags est une série de bandes dessinées assez originale dans sa conception. Elle rappelle en effet les magazines de comics américains, puisqu'elle comporte trois histoires sans aucun lien entre elles. Alors que l'on croyait la saga terminée, elle accueille finalement une saison 2 très attendue. Dans ce quatorzième opus, nous retrouvons tout d'abord "Da Smyert" (scénario Armand Brard, dessin Prozeet). L'Ange de La Mort nous compte une histoire prenant place à Krasnogorsk (Kazakshtan), une ancienne cité soviétique où l'URSS venait puiser de l'uranium. La jeune Gulka profite de ce terrain de jeu fantôme pour s'entraîner à la gymnastique, mais un événement qui n'aurait jamais du arriver arriva, sur fond de vengeance bien sur. Dans "Glasgow" (scénario MUD, dessin Ivan Shavrin), nous retrouvons un personnage plongé dans le coma et victime du locked-in syndrome. Enfermé dans son propre corps, il est totalement paralysé, incapable de parler ou d'accomplir la moindre réaction, mais il ressent la douleur. Pire, son état de santé commence à se dégrader, étant torturé pendant des semaines par un homme sans visage. Enfin, dans "Shadow of Death" (scénario Run, dessin Neyef), Christopher occupe la profession de bourreau, condamné à mort par injection. Le récit évolue à rebours et la victime revient sur son propre passé, dans une ville où les bourreaux pactisent avec le diable.

Réalisé par des auteurs différents, ce Doggybags s'avère une très bonne surprise, et rappelle quelque peu le concept des cinémas Grindhouse, qui proposaient plusieurs productions sans lien logique à la suite (et pour le prix d'un billet seulement). Les amateurs du genre apprécieront c'est certain. A noter que l'album comporte également une nouvelle et un poster. Point commun entre les trois récits ? Proposer un dessin très stylisé, et un univers pour le moins noir et violent. Le tout est très explicite, âmes sensibles s'abstenir !

VERDICT

-

Comme à l'accoutumée, Doggybags nous offre trois histoires pour le prix d'une. L'atmosphère générale est assez noire et glauque, et les récits distillent une sacré dose de violence. C'est donc un retour gagnant pour cette brillante franchise et le début d'une nouvelle saison intense.

© 2004-2021 Jeuxpo.com - Tous droits réservés