Walking Dead tome 32 : La fin du voyage
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 16 Octobre 2019
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Scénario : Robert Kirkman         
Dessin : Charlie Adlard  
Couleurs : Cliff Rathburn

The Walking Dead est une série de comic books américains en noir et blanc, publiée par Image Comics depuis 2003. Déclinée en série télévisée (actuellement diffusée en France sur les chaînes Orange et sur TMC), The Walking Dead se déroule dans un monde envahi par les morts-vivants. L'origine du phénomène demeure inconnue. Rick Grimes, le héros, tente tant bien que mal de faire survivre son groupe de rescapés dans ce monde hostile et effrayant, cherchant le refuge idéal, l'endroit qu'ils pourront appeler foyer. Au fur et à mesure que la série avance, les personnages vont évoluer, progresser ; certaines affinités vont alors se créer ainsi que certaines tensions. Depuis plusieurs volumes, le cadre ne se focalise plus uniquement sur la survie face aux zombies mais s'élargit pour faire place à des considérations plus politiques, psychologiques et organisationnelles. Eugène est contraint d'avouer l'existence d'une communauté lointaine avec qui il est en discussions depuis quelques temps. Accompagné de Michonne et de Siddiq, il partira en éclaireur sur les terres de l'Ohio.

Ce tome 32 de la série compile les comics 187 à 192, parus entre janvier et juin 2019 aux États-Unis. Il faut noter qu'aux États-Unis le volume était plus massif qu'à la normale (224 pages) puisque le numéro 193 est également intégré ce qui n'est pas le cas en France. Un tome 33 baptisé "Epilogue" sortira en janvier 2020. Bref, Alexandria et la Communauté ont uni leurs forces - mais à quel prix ? Rick a sauvé la vie de la gouverneure mais a tué l'un de ses propres hommes. Tandis que lui et les autres membres de son groupe luttent toujours contre les conséquences, une révolution se prépare dans la communauté. Et à l'insu de tous, le troupeau approche. En 2003, lors de la sortie du premier volume de "The Walking Dead", le scénariste Robert Kirkman déplorait la brièveté des histoires de zombies. L'insatisfaction de Kirkman à l'égard des médias zombies découlait de son désir de voir ce qui se passait après le générique. Son but, dans ce premier volume, était d'écrire un film de zombies qui n'a jamais fini. Après 16 ans, l'histoire sans fin de Kirkman est enfin terminée. Après la mort choquante qui a clôturé "Pourri jusqu'à l'os" (The Rotten Core), Kirkman a délibérément taquiné un conflit dans la veine de "All Out War" qui caractérisait la série depuis neuf ans, depuis "Fear the Hunters" en 2010. Kirkman n'a jamais eu l'intention de tenir ses promesses dans ce conflit, cependant. Au lieu de cela, Kirkman a opté pour un autre type de climax, amenant la relation compliquée de la série avec la nature humaine à un crescendo émotionnel. Comme son nom l'indique, "Rest in Peace" est un livre plus lent et plus mélancolique que la série n'en a eu depuis des années. Bien qu'il y ait certainement beaucoup d'action pour clore la série, ce volume est plus réfléchi et contemplatif que les livres précédents, ce qui est approprié pour le type de fin que Kirkman vise. Cependant, malgré ce rythme plus lent, il y a encore beaucoup de surprises vers l'épilogue.

Mettre fin à une série comme «The Walking Dead» n'aurait jamais été facile. Bien que ce ne soit pas parfait, “Rest in Peace” se situe admirablement entre la conclusion satisfaisante d’une longue série et le respect de l’identité qui donne son essence à The Walking Dead : des rebondissements surprenants et une mort subite déchirante. Les créateurs étaient tellement déterminés à rendre la conclusion aussi surprenante que possible qu'ils ont pris la peine de créer de fausses couvertures et publicités pour des numéros futurs qu'ils n'avaient jamais eu l'intention de faire, de sorte que même la conclusion de la saga resterait une surprise aussi longtemps que possible. Bien qu'on puisse se demander si c'était un bon choix pour les lecteurs, cela témoigne de la sensibilité de Kirkman en tant qu'écrivain et du niveau de confiance qu'il a gagné auprès des autres créateurs qui ont travaillé avec lui. Bien que les artistes ne reçoivent pas toute l'attention qu'ils méritent dans l'industrie du comics, il est intéressant de noter l'impact que Charlie Adlard a eu sur "The Walking Dead". Adlard a pris la relève en tant qu'artiste à partir du deuxième volume et n'a cessé de le dessiner depuis lors. Adlard a fait un excellent travail en donnant à "The Walking Dead" une touche visuelle qui semble encore assez solide pour vendre les moments dramatiques de la série, ce que beaucoup trop de comics indépendants ne parviennent pas à faire. Plusieurs des moments les plus emblématiques de la série ne fonctionneraient tout simplement pas sans le dessin d'Adlard, surtout réaliste, mais vaguement caricaturale. Adlard donne vie au décor et aux personnages de Kirkman d'une manière qui semble réelle, même si, et peut-être parce que, de temps à autre, elle semble un peu loufoque de temps en temps.

VERDICT

-

Personne ne s'était attendu à cette fin. Personne ne s’attendait même à ce que cette série se termine. Les responsables avaient également voulu la même chose et ils ont réussi. Cela convient à "The Walking Dead" que la fin arrive soudainement, de manière surprenante et inattendue. "La fin du voyage" combine habilement mélancolie et harmonie. Il conclut une grande série avec espoir.

© 2004-2021 Jeuxpo.com - Tous droits réservés