Barakamon tome 18
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 19 Septembre 2019
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Scénario et dessin : Satsuki Yoshino

Barakamon est une série en dix-huit tomes publiée au Japon aux éditions Square Enix. “Barakamon” est une expression du sud du pays qui signifie “avoir la pêche”. La série met en scène Seishu Handa, étoile montante de la calligraphie japonaise, qui collectionne les prix d’excellence pour son travail. Beau et jeune, mais surtout d’une arrogance sans bornes, il met sa carrière en péril le jour où, excédé, il assomme un éminent conservateur de musée qui juge son travail “formaté et sans saveur”… Sanction immédiate pour ce coup de sang : Seishu est puni et contraint d’aller expier son crime sur une petite île, au fin fond de la campagne nippone ! Le jeune citadin, qui espérait au moins pouvoir pratiquer son art dans le calme, ne tarde pas à déchanter : entre les voisins qui débarquent à l’improviste et la bande de gamins qui a choisi son atelier comme terrain de jeu, la partie s’annonce compliquée …

Cela fait un an que Handa est arrivé sur l'île et beaucoup de choses ont changé pour les habitants du village de Nanatsutake. Hiroshi est à Tokyo, Miwa et ses amis ont l'obtention d'un diplôme en tête, et Naru et ses camarades de classe entament leur deuxième année d’école primaire. Alors que tout le monde regarde vers l'avenir, le temps de dire au revoir approche dans le dernier volume de Barakamon. Ce tome indique comment les personnages ont progressé au cours de cette période. Certaines progressions sont banales, les enfants avancent d’une autre année à l’école, mais ils sont exactement les mêmes. L'exception notable est Tama, qui franchit une étape importante lorsque son travail est publié avec une mention honorable dans un concours de manga. Le sujet de ce travail, cependant, est un énorme détour par rapport à son genre habituel et se transforme en une sorte de plaisanterie. Contrairement à Tama, qui a travaillé assidûment pour réaliser son rêve de devenir mangaka, Miwa a plutôt été en délicatesse avant de se reprendre par la suite et décider de devenir brasseur. C'est assez soudain, presque aussi soudain que son père a fermé son magasin pour travailler sur le bateau de Yuuichirou. Globalement, le timing semble étrange car il n’y avait aucun présage pour l’un ou l’autre développement, et parce que la série se termine, nous ne voyons pas vraiment Miwa s’engager sur le chemin de devenir brasseuse ou comment elle s'adapte à la vie sans son père à la maison.

Cependant, la relation entre Naru et son père aboutit à une sorte de résolution. Ce n’est certainement pas la dynamique parent-enfant typique, mais cela commence à changer avec l’aide de Miwa et Handa. Malheureusement, ce n'est pas tout à fait satisfaisant car nous ne recevons aucune information sur la mère de Naru, et Naru ne montre aucun intérêt à en apprendre à la connaître. Quant à Handa, ce dernier épisode le fait grandir dans son rôle de professeur de calligraphie bien qu'il reste aussi immature que ses élèves. C'est ce qu'atteste le dernier chapitre dans lequel les enfants de deuxième année désignent Handa comme leur remplaçante en première année lors de la fête de bienvenue de la première année de l'école. Bien que les villageois se soient habitués à Handa et qu'il ait trouvé un moyen de subvenir à ses besoins, il n'a pas beaucoup changé.

VERDICT

-

La série Barakamon se termine dans ce volume dix-huit. Certaines choses restent en suspens, comme la relation de Naru avec son père, mais Yoshino-sensei choisit étrangement d'introduire quelques nouveaux éléments alors que l'histoire sur le point de se terminer. Quant à notre personnage principal, Handa, il ne fait que montrer son comportement immature habituel pour les derniers chapitres.

© 2004-2021 Jeuxpo.com - Tous droits réservés