Devil May Cry 3 Special Edition
Plate-forme : Nintendo Switch
Date de sortie : 20 Février 2020
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Action
Multijoueur :
Oui
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

La saga Devil May Cry revient faire parler la poudre sur Nintendo Switch dans une troisième aventure culte.

Retour en 2006.

Les évènements de Devil May Cry 3 Special Edition se déroulennt bien avant le premier volet. Ici, on retrouve un Dante jeune et son frère Virgil. Si l'un a choisi de combattre les démons, l'autre les a rejoint. Vous l'aurez compris, les deux frères vont se retrouver autour d'un affrontement qui s'annonce explosif. A peine lancé dans la partie, et ça canarde de partout. Les ennemis sont très nombreux, et vous devez très souvent les détruire tous pour continuer la progression (la zone de combat étant bloqué par des barrières rouges comme dans les précédents volets). La difficulté du jeu reste raisonnable même si certains boss pourront vous énerver quelque peu. Dante devait être vexé après avoir vu Snake dans Metal Gear Solid The Twin Snake faire des pirouettes et autres triples axel sans difficultés. C'est pourquoi Capcom (ex Production Studios 1) a fait appel au réalisateur du film Versus, Ryuhei Kitamura, pour s'occuper de DMC 3.

L'action du jeu se veut résolument dynamique et les combos s'enchaînent rapidement. Il est possible de changer d'armes en cours de jeu. Un effort certain a été fait pour diversifier les armes et les styles de combos (vous êtes plus épée ou fusil à pompe ?), et il sera toujours possible d'acheter certains éléments grâce aux orbes rouges (dont le double saut qui s'avérera fort utile). Mais pour débloquer tous les styles, il faudra sans aucun doute recommencer à plusieurs reprises le jeu. En aurez-vous le courage ? Les orbes jaunes ne sont pas, elles, un modèle d'efficacité. Si elles évitent de reprendre la mission depuis le début du niveau en cas de Game Over, il aurait été plus judicieux de proposer un système à la Resident Evil 4. C'est peut être pour cela que Capcom introduit dans DMC 3 SE les orbes dorées qui vous confèrent des continues illimités et vous remettent en scène à l'endroit exact où le combattant a succombé.

Une réalisation perfectible.

Abordons les changements introduits dans la Special Edition de DMC 3. Tout d'abord sachez qu'il est possible de jouer avec Virgil. Soyons clair, le déroulement avec ce personnage est totalement identique, à tel point que les anachronismes n'effraient pas Capcom enfin soit, Virgil dispose d'un style de combat différent, le Dark Slayer, et d'armes obscurs. Nous retrouvons également un mode supplémentaire (Bloody Palace) où il faut affronter les ennemis à la chaine, la présence de Jester en tant que boss, une option turbo pour augmenter la vitesse du jeu d'environ 20%, un mode movie pour visionner les cinématiques du jeu, et un nouveau système de gestions des orbes. Sur Nintendo Switch, il y a aussi l'inclusion d'un mode coopération local si vous décidez de vous attaquer au Bloody Palace. Les enchaînements se font avec assez de naturel, bien que les angles de caméra ne soient pas toujours bien choisis. La maniabilité, calquée sur les précédents volets, se montre très efficace. Un ajout intéressant est la possibilité de changer votre style d'attaque principal à la volée si vous décidez de jouer au jeu en mode Free Style. Cela rend ce qui est déjà un chaos flippant encore plus chaotique et divertissant. Musicalement parlant, la bande son se compose de rock gothique essentiellement, l'ambiance s'éloignant nettement du premier opus. Les doublages sont corrects mais les interventions de Dante souvent inutiles. Les bruitages s'avèrent convaincants pour leur part. La version Switch de Devil May Cry 3 souffre également d'une chose qui a tourmenté d'innombrables jeux Switch dans le passé: la compression du son. Que ce soit sur portable ou sur station d'accueil, tout sonne trop compressé.

La réalisation de Devil May Cry 3 Special Edition est très variable. Si certains niveaux se montrent à la hauteur, d'autres environnements sont plats avec des textures parfois très très limites, spéciale dédicace à l'aliasing très prononcé. Seule l'ambiance gothique relève un peu la sauce, même si le jeu manque de cohérence. Ce n'est pas différent dans cette version. Lorsque vous jouez en mode dock, Devil May Cry 3 a l'air daté, mais tient encore la route. Grâce à un framerate constant (presque), la version Switch de Devil May Cry 3 est toujours aussi rapide qu'elle le devrait. La résolution a été considérablement améliorée depuis la mouture PS2 et certains effets de post-traitement rendent le jeu un peu plus agréable qu'auparavant. En mode portable, cependant, pour une raison quelconque, les graphismes semblent bien pires sur un écran plus petit, avec des bords dentelés clairement visibles et des visuels plus granuleux. Le framerate trébuche également un peu. Peu importe la façon dont vous décidez de jouer à ce jeu, vous serez également «accueilli» par des cinématiques pré-rendues boueuses et excessivement étirées, ainsi que des menus présentés dans un rapport d'aspect 4:3. On retrouve une vingtaine de missions dans Devil May Cry 3, des missions qui se terminent assez rapidement. Le jeu n'est pas si difficile que ça, ce sont surtout les boss qui gênent la progression. Il faudra environ 15h pour finir le jeu, la moitié si vous n'accrochez pas au système de jeu et foncez à vive allure.

VERDICT

-

Devil May Cry 3 Special Edition apporte quelques nouveautés à l'original et se veut plutôt divertissant. Il est difficile de croire qu'un jeu d'action 3D aussi extrêmement agréable que celui-ci soit sorti il y a 15 ans. C'est un grand classique que les fans de genre doivent essayer.

© 2004-2020 Jeuxpo.com - Tous droits réservés