The Promised Neverland tome 11
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 27 Novembre 2019
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8.5/10

Scénario : Kaiu Shirai     
Dessin : Posuka Demizu

The Promised Neverland (Yakusoku no Neverland) est une série toujours en cours de parution au Japon et qui a connu quinze tomes à ce jour aux éditions Shueisha. À Grace Field House, la vie ne pourrait pas être meilleure pour les orphelins ! Bien qu'ils n'aient pas de parents, avec les autres enfants et une gentille "Maman" qui s'occupe d'eux, ils forment une grande famille heureuse. Aucun enfant n'est jamais négligé, d'autant plus qu'ils ont tous été adoptés à l'âge de 12 ans. Leur quotidien est soumis à des tests rigoureux, mais ils sont ensuite autorisés à jouer à l'extérieur. Ils doivent obéir à une seule règle : ne pas quitter l'orphelinat. Mais un jour, Emma et Norman, deux des orphelins les mieux notés, s'aventurent derrière la porte et découvrent la réalité horrible qui les anime : ils sont tous du bétail et leur orphelinat est une ferme où est cultivé la nourriture pour une mystérieuse race de démons. Alors qu'il ne leur reste que quelques mois pour mettre en place un plan d'évacuation, les enfants doivent en quelque sorte changer leur destin. The Promised Neverland est une série plutôt unique dans un magazine comme le Weekly Shonen Jump. Bien sûr, il y a de jeunes protagonistes, de nombreuses scènes d'action et des éléments surnaturels qui abondent, mais il y a aussi un élément de thriller intense. Tout autant qu'un conflit a lieu mentalement comme physiquement.

Il s'agit d'un volume très chargé en action, et le combat est très bien écrit. Leuvis et les protagonistes tentent de profiter des occasions qui se présentent et de tenir le coup assez longtemps pour que les marées se retournent. Les différentes étapes de la bataille se déroulent à l'intérieur ou à l'extérieur, ce qui permet à l'environnement des personnages de jouer également un rôle central. Le rythme est très bien fait et aucun des deux côtés de ce volume n'apparaît plus faible. Leuvis est toujours une catastrophe naturelle ambulante, mais les stratégies des héros ont du sens et il n'y a aucun risque qu'un Deus ex machina ou un rebondissement farfelu entre en jeu. La quantité de personnalité sur la page rend l'action encore plus agréable, il y a une grande idée de qui est chaque personnage et de ce qui le fait avancer. Bien entendu, la violence doit également beaucoup de son charme aux images de Demizu. Ce volume regorge de pages et de panneaux parmi les plus mémorables de l'histoire de la série. Prenez, par exemple, deux pages d'activités à l'intérieur, avec Leuvis d'un côté d'un couloir et les enfants de l'autre. Leuvis avance simplement pendant que nos héros déchargent une pléthore d'armes à feu, envoyant des dizaines de balles au milieu de la page. Ce moment pris dans le temps, avec des munitions qui se dirigent vers sa cible mais qui n’a pas encore été touchée, traduit parfaitement le gouffre énergétique entre les deux camps. Même lorsqu'il y a suffisamment d'artillerie pour tuer pratiquement tout dans la vie réelle, vous ne savez toujours pas qui sera le vainqueur.

Cela dit, le travail sur les personnages est également fantastique. Les relations les plus remarquables sont celles que Yugo entretient avec Lucas et Emma. Yugo et Emma ont atteint un tournant majeur dans ce volume et les changements dans la manière dont ils interagissent se perçoit d'emblée. Nous n'allons pas gâcher en détails les retrouvailles entre Yugo et Lucas, mais c'est sincère et ça vaut la peine d'attendre. Les autres enfants de Goldy Pond vivent également des moments brefs mais poignants. Oliver en particulier a une belle scène avec Lucas. Leuvis continue également d'être incroyablement charmant alors même qu'il s'efforce d'assassiner les protagonistes. Son dévouement à la chasse et son indulgence générale pour les désirs hédonistes le distinguaient vraiment des autres, des démons moins mémorables dans le manga à ce jour. Il est également intéressant de noter que le facteur cool dans les éléments visuels de ce volume provient de la façon dont Demizu le décrit avec des sourires sadiques, des sauts bestiaux et sa longue cape flottant dans le vent. Son animal de compagnie, Palvus, reste toujours aussi adorable, et une photo de lui portant le chapeau de son propriétaire est peut-être le moment le plus mignon du livre. Ce volume constitue également un excellent travail pour anticiper les échéances futures et les événements à venir. Une page présente des clichés d'une douzaine de souvenirs différents du passé de Leuvis et elle a des implications majeures. Vers la fin du volume, nous apercevons également rapidement Norman, Sonju, Mujika, Phil et l'actuel chef du clan Ratri. En ramenant au premier plan tous les fils de l'intrigue non résolus de la série, Demizu et Shirai génèrent effectivement de l'enthousiasme pour le prochain volume.

VERDICT

-

Dans l'ensemble, The Promised Neverland Vol. 11 est fantastique. L'arc Goldy Pond est l’un des meilleurs de l’histoire de la série et se termine sur une note très positive. Le dessin, l'action, le suspense et le développement des personnages sont excellents. Je n'ai aucun grief que ce soit.

 

© 2004-2021 Jeuxpo.com - Tous droits réservés