Issak tome 7
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 07 Novembre 2019
Résumé | Test Complet | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Scénario : Shinji Makari
Dessin : Double-S

Issak est une série toujours en cours de parution au Japon et qui a connu sept tomes à ce jour aux éditions Kodansha. Au XVIIème siècle, le Saint Empire Romain a été ravagé par la guerre de Trente Ans, opposant les catholiques aux protestants. Au milieu de ce chaos est apparu un mercenaire japonais nommé Issak, qui a décidé de rejoindre l'armée protestante afin de venger son maître dont l'assassin, le capitaine Lorenzo de l'armée espagnole, se serait mis aux services des catholiques. Issak n'aura de cesse de le traquer sur tous les champs de bataille et sa première tentative remonte à 1620 dans la forteresse de Fuchsburg en Allemagne. Alors que les autres mercenaires ont déjà quitté les lieux, Fuchsburg étant proche de la destruction, le samouraï ne peut demeurer stoïque face au péril qui se joue devant ses yeux et décide d'intervenir dans une guerre qui n'est pas la sienne. Le scénario de Shiji Makari, dont il s'agit du premier ouvrage à voir le jour en France, peut sembler étonnant, mais il faut noter que beaucoup de samouraïs ont quitté le Japon en 1615, suite au siège d'Osaka, pour aller vendre leurs services à l'étranger. Ne pouvant pas retourner dans son pays, Issak se retrouve plongé en pleine guerre de religions.

Dans ce tome sept, Issak et ses compagnons de route sont attaqués par des cavaliers slaves sur la route de Mergentheim. Pire, Zetta est accusée de sorcellerie, les villageois ont repéré la croix de Müntzer qu'elle porte et ils pensent qu'elle est responsable de leurs malheurs. Issak parvient à ramener tout le monde à la raison avant qu'il ne soit trop tard et le groupe reprend sa route. Une fois à destination, d'autres cavaliers slaves entrent en scène, ils appartiennent à l'armée d'un général opposé au prince Heinrich Von Wittlesbach et à son frère. Issak doit donc traverser les rangs ennemis afin d'éviter une déconvenue, mais rien n'est moins sur tant il s'avère surpuissant et précis une arme à la main. La bataille finalement terminée, Henrich s'apprête à revoir son frère et l'ambiance s'avère pour le moins glaciale entre eux. Une fois n'est pas coutume, si Issak et Heinrich ne prennent pas les choses en main, l'armée ne fera pas de vieux os. Le conflit repart de plus bel et il conviendra d'être stratégique pour éviter de s'enliser trop longtemps, d'autant que Issak lui même se retrouve dans une situation très délicate et seul (et un cliffhanger s'ensuit forcément). Très discret dans le précédent volume, Lorenzo revient en scène et souhaite toujours en découdre avec Issak, même si les deux hommes sont encore loin l'un de l'autre. Le dessin est quant à lui signé Double-S, connu pour "Jusqu'à ce que la mort nous sépare" (Ki-oon). Les personnages se révèlent très réussis, notamment Issak, et les décors apparaissent relativement soutenus (voire un peu surchargés par moment).

VERDICT

-

Issak n'est pas vraiment un manga historique, il propose surtout une aventure épique évoluant au sein du XVIIème siècle où nous suivrons un samouraï avide de vengeance bataillant dans un cadre restitué avec talent. Dans ce septième tome, Issak et Heinrich continuent leur progression à travers le royaume et arrivent enfin chez le frère du prince. Le conflit repart fortement et la conclusion présente un cliffhanger éprouvant. Il va être difficile d'attendre la sortie du tome huit.

© 2004-2021 Jeuxpo.com - Tous droits réservés