Sisco tome 11 : Belgian Rhapsody
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 12 Juin 2020
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Scénario : Benec
Dessin : Thomas Legrain
Couleurs : Elvire de Cock

Il y a des choses qu'il vaut mieux ne pas savoir. Au nom des intérêts de l'État, les éléments les plus vilains sont soigneusement scellés. Mais toute compensation politique, manigance financière ou diplomatie de haut niveau délicate, a son exécutant au juste prix. Dans le service de sécurité du président français, Vincent Sisco est l'un de ces hommes de la zone crépusculaire. En espionnant, en trahissant et en tuant, il sauve la patrie à sa manière. Sisco est un salaud impitoyable, mais il apprécie ses rares amis. Lors d'une opération d'aide humanitaire, Manon a été kidnappée par les rebelles soudanais. Malgré la colère de Sisco, la France ne veut pas payer de rançon pour des raisons politiques. Mais en échange d'un "travail de nettoyage" (voir le diptyque précédent), il est autorisé à équiper une équipe d'intervention anonyme pour la libérer. Le commandement français trouve la cachette des otages, mais Manon n'y est pas. Elle est emmenée à Bruxelles par les rebelles. Dans son estomac se trouvent plusieurs préservatifs remplis de diamants.

Sisco est un cas étrange. Même après dix albums, vous ne ressentez que peu ou pas d'empathie pour le personnage principal. Il y a des protagonistes comme ça. La plupart des protagonistes secondaires sont banals, unidimensionnels et parfaitement interchangeables.  Les dessins de Thomas Legrain sont toujours aussi élaborés, et l'action est porté par découpage très fluide, garantissant une lecture à vive allure. Le style peut être décrit comme réaliste, mais il est parfaitement exécuté avec suffisamment de chaleur pour sortir des nombreux albums travaillés sous Photoshop. La série, qui a été interrompue brièvement pour permettre à Legrain de se rafraîchir sur The Regiment, est et reste une excellente lecture. Le Tueur au service de la République française - tiens, le Tueur de Luc Jacamon et Matz ne va-t-il pas dans cette direction aussi ? - ne connaît pas d'histoires ordinaires, après tout. L'intrigue du scénariste Benoît Chaumont, alias Benec, est une nouvelle fois un conflit d'intérêts profond entre les espions russes, américains, chinois et français. De plus, le voyage à Bruxelles donne à l'album un atout supplémentaire. Génial !

VERDICT

-

Il serait hypocrite de dire que Sisco nous a beaucoup manqué, mais d'un autre côté, nous sommes heureux qu'il soit de retour. C'est un comeback en force.

© 2004-2021 Jeuxpo.com - Tous droits réservés