Intégrale Capricorne tome 4
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 17 Janvier 2020
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Scénario et dessin: Andreas

Capricorne arrive à New York et rencontre de manière inattendue Astor, son assistant. La surprise de l'homme qui rentre à la maison après un long voyage est indéniable, lorsqu'il s'avère qu'une grande partie de sa ville natale a disparu et que le reste flotte encore. La faute du Capricorne, du Passager ou des Pierres de l'Apocalypse ? Dans l'autre moitié de la ville, le Passager est attaqué par des tueurs professionnels. La vie de Ash est également suspendue - au sens propre et au sens figuré - à un fil (de soie). Le Capricorne et/ou le Passager trouveront-ils une solution et restaureront-ils la ville dans son état antérieur ? Ce ne sera pas du tout une tâche facile ! De l'auteur Andreas, nous avons l'habitude de faire jaillir de son cerveau les fantasmes les plus absurdes. L'imagination de l'homme semble infinie. Son style de dessin est très reconnaissable, tout comme ses histoires. Mais il n'est absolument pas question d'unité. Ses histoires sont très diverses, mais tout aussi souvent assez farfelues. Le dessinateur aime jouer avec les perspectives et les couleurs. Par exemple, la différence entre les deux parties de la ville qui ont été déphasées est immédiatement évidente car une partie de l'histoire est complètement colorée en rouge-orange. Cela apporte de la clarté, mais crée aussi une atmosphère sensiblement différente qui s'accorde bien avec le caractère du Passager. Dans cet album, il utilise une sorte de conversation au fil rouge qui se déroule en bas des pages et qui semble séparée des événements qui se déroulent là-haut. En fait, il ne s'agit que d'une introduction à la partie suivante et le sens complet ne pénètre que dans la partie 16. D'ailleurs, dans cette partie 16, l'auteur adopte une approche complètement différente. En de nombreux gros plans, il raconte l'histoire de plusieurs des personnages principaux. L'auteur zoome littéralement sur ses personnages, mais aussi figurativement les personnages sont pris en gros plan. Certains événements reçoivent également plus d'explications, comme la naissance des Mentors. Cette partie est principalement comme un album de transition vers les tomes suivants. Il ne se passe pas grand-chose, mais les choses qui se produisent semblent importantes. Après tout, de nombreuses questions ont été soulevées, dont nous obtiendrons (espérons-le) une explication concrète.

La partie 17 de Capricorne commence dans une atmosphère quelque peu orpheline. On ne sait pas où est passé le héros du titre. Nous n'avons guère confiance en son successeur, l'ancien agent et homme de main Ron Dominic. Ash est avec quelques sujets bruts à la recherche de secrets terrifiants. Et Astor donne une impression résignée et triste. L'affreux trio Ash, Astor et Cap, qui a bravé toutes sortes de pouvoirs surnaturels pendant si longtemps sans crainte, semble avoir perdu un peu de son emprise, comme si après l'album précédent avait à nouveau complètement mélangé notre puzzle soigneusement construit. La série Capricorne est une énigme sophistiquée, mais - contrairement à la série Arq d'Andreas, qui existe depuis longtemps - accessible, comme Christopher Nolan aime la filmer pour vous. La référence à Nolan n'est pas accidentelle : la structure quelque peu mathématique et les nombreuses références internes avec lesquelles Andreas raconte l'histoire de différents points de vue rappellent involontairement Memento et The Prestige. Andreas pimente l'histoire - très atypique, car en fait il ne l'a fait que de façon si frappante dans Raffington Event - généreusement avec quelques notes comiques (les assistants de Zarkan). L'amitié apparemment chaleureuse entre Astor et Cap nous donne aussi une sorte d'implication avec les protagonistes. Tous ces ingrédients réunis font que non seulement la première lecture, mais aussi les relectures suivantes forment un voyage de découverte à travers un univers fascinant.

Andreas n'a jamais fui l'expérience: des cycles, des histoires extra longues, de courts intermèdes en noir et blanc, un album de texte et sans titre, un album plein de gros plans ou un autre avec une disposition d'album récurrente. Avec ces deux parties finales, Andreas réussit à nous donner au moins l'impression que tous ces films qu'il a faits à Capricorne faisaient partie d'un plan qui a été soigneusement planifié à l'avance. Tout comme dans le dernier Rork, dans la partie 19, Andreas rassemble tous les éléments qui ne sont pas en ordre (et même ceux qui ne peuvent être suspectés d'être en ordre) et les rattache comme un magicien du bout des doigts. Vous ne comprenez pas tout, comme ce serait le cas d'un véritable illusionniste, mais vous êtes inévitablement impressionné. La comparaison avec David Lynch, souvent suggérée par Rork, est donc tout à fait valable. Ainsi, jusqu'à l'avant-dernière page, Terminus aurait été un spectacle final satisfaisant de la plus longue tournée d'Andreas. Mais le Grand A ne ferait pas tout honneur à son nom s'il ne mettait pas toutes les conventions sens dessus dessous avec la dernière page avec un rebondissement surprenant qui déchire impitoyablement toutes les extrémités. Comme s'il voulait préciser une fois de plus que vous ne le comprendrez que lorsqu'il voudra que vous le compreniez. Avec la partie 20, Andreas fait alors à nouveau son tour, tout aussi rapidement et tout aussi acceptable mais pourtant différent. Un journal intime étonnamment impressionnant ! L'effort pour se plonger dans son enchevêtrement de pensées est considérable et une bande dessinée de lui vous donne invariablement le sentiment désagréable que - bien que vous pensiez pouvoir tout saisir - vous avez oublié quelque chose. Mais il est indéniable qu'il y a aussi une forme de satisfaction pour chaque porte que vous fermez et une surprise reconnaissante pour chaque découverte inattendue derrière la porte d'à côté. L'absence de prise crée une sensation inhabituelle mais fascinante.

VERDICT

-

Dans un monde où nous pouvons trouver une explication à chaque formule, qu'il ne reste pratiquement plus de régions cachées ou inconnues, nous devrions être reconnaissants envers Andreas : il nous rapproche un peu plus de ce que, disons, Vasco De Gama ou Stanley ont dû ressentir. Cependant, assurez-vous d'avoir lu les tomes précédentes pour profiter pleinement de ces albums. Pour ceux qui n'ont pas encore commencé la série, le tome 15 «New York», le premier de cette intégrale, peut être un bon avant-goût.

© 2004-2021 Jeuxpo.com - Tous droits réservés