Maison Ikkoku Perfect Edition tome 1
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 29 Janvier 2020
Résumé | Test Complet | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Scénario et dessin : Rumiko Takahashi

Maison Ikkoku est une série en quinze tomes - puis rééditée en dix volumes - publiée au Japon aux éditions Shogakukan. Si le titre ne vous est pas du tout familier, sachez qu'il s'agit de la célèbre saga "Juliette je t'aime" dont le dessin animé fut diffusé avec succès sur les écrans français dans le Club Dorothée dans les années 1980. La Maison Ikkoku, une pension de famille, a une nouvelle gardienne : la jeune et jolie Kyoko Otonashi. L'étudiant Yusaku Godai en tombe amoureux au premier regard, mais souffre de trop nombreux complexes d'infériorité pour l'approcher. Kyoko s'intéresse aussi à lui, mais elle ne peut pas encore oublier son premier mari décédé. Les autres habitants de la maison prennent une part active à l'interaction entre les deux personnages, et souvent ils ne se contentent pas de regarder, ce qui ne favorise pas le développement de cette relation. Pour aggraver les choses, le séduisant professeur de tennis Mitaka apparaît, un concurrent sérieux pour le timide et maladroit Godai.

Si vous êtes déjà fan de "Ranma ½", "Rinne" ou "Inu Yasha", les autres séries phares de Rumiko Takahsahi, vous voudrez sûrement découvrir cette série. Contrairement aux trois autres, "Maison Ikkoku" n'est pas une série fantastique, mais une mise en scène réaliste - sauf pour les personnages bizarres et l'histoire parfois exagérée. Comme nous avons l'habitude de le voir avec la mangaka, cette série est également très turbulente puisque les habitants font littéralement la fête tous les soirs. Des protagonistes excentriques fournissent l'humour : par exemple, le voisin de chambre de Godai rampe encore et encore en direction d'un trou dans le mur pour regarder dans la chambre d'à côté. Une autre locataire aime se promener à peine vêtue. La mère potelée d'un petite casse-pieds est toujours gênante dès qu'elle a bu un verre. Et puis il y a le chien de Kyoko... Il faut aimer ce genre d'ambiance et être capable de s'y impliquer. Sinon, la série devient un peu répétitive voire agaçante au bout d'un certain temps, car les motifs sont répétés. Bien sûr - Godai ne peut pas progresser avec Kyoko, sinon la plaisanterie disparaîtrait. Quoi qu'il en soit, pour le fan invétéré, neuf autres volumes épais, pleins de plaisir et de chagrin, vous attendent. Il faut noter que le temps est pris en compte dans ce manga, puisqu'il s'écoule sept année entre le début et la fin !

VERDICT

-

Maison Ikkoku est une comédie sentimentale qui n'a pas pris une ride. Si vous n'aviez pas découvert la série, c'est le moment de s'y lancer. Les nostalgiques de "Juliette je t'aime" auront également plaisir de replonger dans un pan de leur enfance. Quant aux jeunes fans de Rumiko Takahashi, ils découvriront une production différente des travaux habituels de l'auteur, certes un peu répétitive mais toujours aussi amusante.

© 2004-2021 Jeuxpo.com - Tous droits réservés