Dragon Ball Super tome 10
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 05 Février 2020
Résumé | Test Complet | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Scénario : Akira Toriyama       
Dessin : Toyotarô

Dragon Ball Super (Dragon Ball Chou) est une série toujours en cours de publication au Japon et qui a connu dix tomes à ce jour aux éditions Shueisha. L'intrigue prend place après la saga d'origine, et donc la victoire de Goku contre Majin Boo. Il ne s'agit pas toutefois d'une suite directe, puisque le scénario d'Akira Toriyama tient compte des événements passés dans les films d'animation "Battle of Gods" (le combat contre Beerus) et "La Résurrection de F" (le retour de Freezer), tous deux disponibles en anime comics chez Glénat Manga. Désormais loin (et très loin) des événements de la série animée et du vingtième long métrage de la saga, le travail sur papier semble avoir pris une direction qui lui est propre, indépendante, et surtout plus liée à un simple phénomène "sommaire" par rapport à son homologue animé. Après le tournoi du pouvoir et la bataille contre Broly, Goku et Vegeta se sont retrouvés à collaborer avec la patrouille galactique pour arrêter Moro, une créature millénaire capable d'absorber l'énergie vitale des planètes, qui s'est échappée de la prison de la patrouille après une condamnation à vie qui a duré dix millions d'années. Après nous avoir permis de connaître le nouveau méchant, en posant les bases de l'arc narratif du Prisonnier de la Patrouille Galactique, le manga entre enfin dans les mérites de cette saga, dans un petit volume plein de surprises et de batailles spectaculaires, entre grands retours et clins d'œil au premier ouvrage du sensei Toriyama.

Les enquêtes de Goku et Vegeta, qui ont temporairement rejoint les rangs de la patrouille, ont conduit les deux Saiyans vers un lieu qui évoque des souvenirs : la nouvelle planète Namek, sur laquelle le peuple Namek mène son existence en paix après la destruction de sa patrie par Freezer. Moro, allié à un ancien soldat de Freezer nommé Cranberry, s'est en effet dirigé vers le globe qui abrite les boules de dragon originales dans le but d'évoquer Polunga et de faire un voeu mystérieux. Déjà dans cette prémisse, les fans de Dragon Ball Super peuvent reconnaître de nombreuses références aux premières aventures de Kakarotto et de ses accolyte : La figure de Moro, un vieux sorcier qui manipule les plus faibles pour atteindre ses objectifs, rappelle par certains aspects le Démon Piccolo, tandis que la course aux sphères sur Namek rend clairement hommage à l'aventure de Gohan, Krilin et Bulma lors de la bataille contre Freezer, alors que l'antagoniste se déplace de village en village pour exterminer Namek et collecter des globes magiques - tout comme l'empereur galactique et Vegeta lui-même le faisaient en leur temps. Mais cette fois, nos héros se retrouvent immédiatement face à l'ennemi et c'est le Prince de Saiyans, transformé en Dieu Super Saiyan, qui défie Moro. C'est ici que le volume dix de Dragon Ball Super commence : Vegeta attaque Moro sans relâche, mais ce dernier peut utiliser la sorcellerie pour faire apparaître des murs de flammes mortels, faire léviter des objets dans le décor et absorber l'énergie de tout être vivant. Même le SS Blue n'est pas capable de déjouer l'habileté du magicien, qui ne tarde pas à mettre même le rival de Son Goku au pied du mur. Lentement, la vérité sur les pouvoirs et les desseins du méchant émerge : Moro est capable de puiser sa force dans l'énergie vitale des autres, dépouillant radicalement quiconque est absorbé par l'étendue de ses capacités.

Cependant, les dix millions d'années d'emprisonnement ont sévèrement limité ses capacités, c'est pourquoi il souhaite demander au Dieu Dragon de restaurer complètement son ancien pouvoir magique. Et ici, en peu de temps, Goku et Vegeta perdent la capacité de transformer et même d'utiliser les coups d'aura et les techniques : Son-kun est incapable d'utiliser la téléportation et, par conséquent, les deux guerriers Z ne peuvent que continuer à se battre contre leur ennemi, ce qui les assomme en quelques minutes. En absorbant ce qui reste de leur Ki, Moro devient plus fort, retrouvant une apparence de jeunesse beaucoup plus semblable à celle qu'il avait lorsqu'il a été vaincu par le Grand Kaioshin. Nos héros se réveillent trois jours plus tard, soignés par le petit Esca et le sage aîné. À contrecœur, les deux Saiyans découvrent qu'ils ont dormi pendant soixante-douze heures, alors que Moro a continué à exterminer des villages entiers de Namek en ramassant les Dragon Ball. Il apparaît que le méchant, grâce à son pouvoir, est capable de percevoir la magie émanant des Sphères et, après en avoir pris six, il se dirige vers la cachette de Goku et Vegeta, où se trouve la dernière. En attendant, la Patrouille Galactique semble prête à entrer en action : après avoir reçu des nouvelles de Bulma, qui a contacté la station inquiète du fait que Goku et Vegeta ont disparu depuis sept jours, Jaco apprend que Buu s'est enfin réveillé de son hibernation. Merus et les autres policiers se dirigent ensuite à tour de rôle vers Namek, où les deux Saiyans se préparent pour le deuxième round. Cette fois, le combat se passe mieux, car les deux sont soutenus par le Majin Buu : grâce à une technique d'hypnose, Jaco et ses camarades ont réussi à réveiller les souvenirs du grand Kaioshin (qui a été absorbé par le Majin Buu lui-même). Le pouvoir dormant de la divinité, combiné aux capacités régénératrices du corps de Buu, a cette fois mis Moro en difficulté, qui se prépare néanmoins à un plan d'urgence : Cranberry a réussi à invoquer Polunga et le méchant sorcier se prépare à accomplir - en plus de la volonté de retrouver son plein pouvoir - un autre désir mystérieux...

Comme d'habitude, quelques considérations supplémentaires en marge du nouvel arc de Dragon Ball Super : dans cet arc narratif, Toyotaro déverse lentement tout son amour pour l'œuvre originale signée par son maître. Outre les nombreuses références à Dragon Ball, il faut en effet apprécier l'intention de l'auteur de ramener les combats entre Saiyans et extraterrestres à la verve du passé, avec des affrontements et des niveaux de puissance beaucoup plus réduits par rapport aux batailles titanesques entre divinités et des transformations de plus en plus puissantes. Il faut aussi noter que Cranberry, le sous-fifre de Moro avait déjà avoué être un ancien sbire de Freezer, mais Toyotaro nous a montré son lien avec l'empereur galactique. Dans ce volume dix, il y a un chapitre supplémentaire dans lequel il est révélé que Cranberry a participé à la première invasion de Namek, mais que sa cupidité l'a conduit à être tué par Zarbon sur ordre direct de Freezer. Lorsque Popo demanda ensuite à Shenron de ramener à la vie toutes les victimes de l'Empereur, lors de l'affrontement entre Goku et Freezer, Cranberry a également refait surface de la tombe. Depuis lors, le tristement célèbre soldat a passé son existence à voler d'une planète à l'autre, jusqu'à ce qu'il soit arrêté par la patrouille galactique. La magie de Moro est peut-être le meilleur expédient narratif que Toyotaro et Toriyama aient pu concevoir pour nous faire savourer une atmosphère plus proche du premier Dragon Ball, et en ce sens, les surprises ne sont pas terminées : En effet, la bataille impliquera très bientôt les autres Guerriers Z. De Gohan à Piccolo, de Krilin à Tenshinhan : des personnages qui, pour des raisons évidentes, sont restés très en retrait des améliorations de Goku et Vegeta et qui, même pendant le Tournoi du plus fort, n'ont pas réussi à exprimer tout leur nouveau potentiel. Grâce aussi à l'excellent style visuel de Toyotaro, capable de reproduire le design et le dynamisme du sensei Toriyama, le manga Dragon Ball revient pour nous donner la satisfaction du passé.

VERDICT

-

Avec ce tome dix commence la véritable saga Dragon Ball Super dans laquelle nous voyons Moro, de nouvelles techniques magiques superbes et excitantes et de nouveaux ennemis qui ne sont pas du tout triviaux. Un tome qui se lit très rapidement, rempli de combats et de quelques dialogues mais pour les fans de Shonen Jump c'est une habitude. Le manga est définitivement est bien meilleur que l'anime.

© 2004-2020 Jeuxpo.com - Tous droits réservés