Transperceneige Extinctions tome 1
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 15 Mai 2019
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Scénario : Matz
Dessin : Jean-Marc Rochette

Résumé : Aux origines de la série mythique. Sur la terre exsangue, surpeuplée, un groupe d’écolo-terroristes radicalisés décide d’accélérer le processus d’extinction et de déclencher une apocalypse climatique. Un milliardaire visionnaire chinois (inspiré de la figure d’Elon Musk) décide de les contrer. Obsédé par le survivalisme, depuis des années, il s’est préparé au pire scénario catastrophe : il a inventé un moteur autonome qu’il a intégré à une arche de Noé 2.0, Le Transperceneige. Quand la folie des Apocalypsters triomphe, le train est prêt. Au cœur de l’hiver atomique, le compte à rebours de l’ère glaciaire débute et la mission de sauvetage ultime est lancée.

L’évolution graphique de Jean-Marc Rochette est tout simplement fascinante. Alors qu’avec le temps et l’expérience la plupart de ses confrères — ceux qui possèdent un vrai talent, autre de mesurer le nombre d'heures passées sur une planche — cherchent à simplifier leur trait en recherchant l’épure et la simplicité du mouvement, lui agit à l’inverse. Il semble travailler son dessin jusqu’à le rendre parfois complexe à interpréter voire à le « noircir », au sens propre comme au figuré. Comme s’il cherchait à s’éloigner (avec brio) de la BD pour atteindre un autre monde, quasiment éthéré. L’ensemble relève bien évidemment toujours de la bonne bande dessinée, mais par moment il tend vers l’illustration ou bien l’abstraction. Le propos reste aussi lisible qu’accessible, emportant le lecteur qui n’en demandait pas tant, dans un ailleurs aussi angoissant que déprimant par sa clairvoyance et sa lucidité. Son trait tourmenté résonne avec le propos (très) pessimiste de la saga, à laquelle Matz apporte une origine dans l'air du temps. A l’heure du réchauffement climatique, parler de glaciation relève en effet de la provocation ou de prophétie. L’histoire climatologique montre en effet que sur le long terme (centaines de milliers d’années), un réchauffement suivi d’une période de glaciation pourrait effectivement se produire. Le lecteur pinailleur ne peut que souligner un léger souci de cohérence technico-chronologique dans la narration. Quand un récit parle ouvertement de numérique (Internet dans les foyers) lorsque l’histoire originelle de Jacques Lob évoquait (en 1982) la guerre froide, les craintes d’une guerre et d’un hiver nucléaire (comme conséquence réelle et métaphorique) dans un monde qui ne connaissait pas encore les merveilles de l’informatique, le hiatus se fait ressentir. Non, il n’y avait pas de WiFi dans les wagons de la version de 1982 ! Même en première classe. Au-delà de ce détail, le Transperceneige constitue une lecture essentielle pour tout amateur de BD et/ou de science-fiction.

VERDICT

-

Un prequel tout à fait convaincant du Transperceneige. Le pire étant que tout l'intrigue sombre demeure très crédible.

© 2004-2021 Jeuxpo.com - Tous droits réservés