Un peu de tarte aux épinards tome 2 : Les épinards sont éternels
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 19 Février 2020
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Scénario : Philippe Pelaez
Dessin : Javier Sanchez Casado
Couleurs : Florent Daniel

Résumé : Après avoir mis hors d’état de nuire une bande de trafiquants de drogue, Marie-Madeleine Madac-Miremont se voit recrutée par les services de renseignement français pour une opération délicate à Londres. Sans savoir parler un mot d’anglais, la fougueuse Française doit s’infiltrer dans un restaurant géorgien afin de surveiller un gang particulièrement dangereux. Elle sera aidée dans sa mission par un chauffeur de taxi belge azimuté et fan de Death Metal, et rejointe par sa fille Sarah qui devient l’objet d’un odieux chantage… Sur fond de coupe du monde de rugby, ce deuxième tome de la série persiste dans la veine de la comédie contemporaine, menée au rythme de situations cocasses et de jeux de mots désopilants…

Dans une atmosphère complètement foutraque, bien que parfaitement construite dans son crescendo d'événements, Philippe Pelaez apporte une petite bouffée délirante à l’espionnage international. Avec son titre à la James Bond , il s’agit bien de faire un récit « à la ». La parodie tourne autour de l'héroïne mère de famille nombreuse truculente et rustique, découverte dans le précédent épisode, présentée comme une espèce de San Antonio rurale. Ses aphorismes, ses à-peu-près font écho (en plus policés) à ceux de l’excellent Alexandre Benoît Bérurier, l’idole des linguistes. Philippe Pelaez profite également du "crunch", ce match de rugby épique opposant régulièrement (à grands coups de poings et de pieds virils et fraternels) la France à l’Angleterre, afin de célébrer le culte du petit gaulois teigneux dopé à la potion magique. Cette séquence sonne évidemment comme un furieux clin d’œil à celle d’Astérix Chez Les Bretons. Au dessin, Javier Sánchez Casado s’en donne à cœur joie, apportant à la plupart des scènes un aspect "Bip Bip Et le Coyote" des plus agréables. Ces séquences contrastent d’ailleurs avec le drame justifiant le scénario, qui dans un contexte sérieux ferait frémir. A présent, il serait souhaitable de redonner une réelle direction à l'héroïne et à son interaction familiale, pour que les histoires aient un sens global. Un épisode délirant, pourquoi pas, mais il arrive un peu tôt dans la série. Le lecteur novice n'a pas encore eu le temps de s'attacher complètement au cadre proposé. Les couleurs pastel de Florent Daniel sont sympathiques, mais manquent de tonus. Trop uniformes elles "aplatissent" un peu le relief général d'une action fort bien troussée.

VERDICT

-

Un album détente, sans prise de tête. Cet épisode s'avère finalement très différent du premier, ce qui pourrait surprendre le lecteur. Mais il s'avère drôle et entraînant.

© 2004-2021 Jeuxpo.com - Tous droits réservés