Les Années Rouge & Noir tome 3 : Bacchelli
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 29 Août 2018
Résumé | Test Complet | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Scénario : Pierre Boisserie et Didier Convard
Dessin : Stéphane Douay

Résumé : Un tome centré sur Bacchelli, le manipulateur qui fait trembler le monde politique. La Seconde Guerre mondiale est loin maintenant, mais elle a meurtri ses acteurs. Bacchelli, héritier d'une droite rancie, continue de tirer les ficelles et d'orchestrer la lutte contre les communistes. Il détient toujours les fiches de renseignements contenant les secrets d'une partie de la population française. Avec ces informations, il va faire chanter d'anciens collabos et manipuler ses ennemis pour les anéantir.

« Un barbu, c’est un barbu ! Trois barbus, c’est des barbouzes ! » Michel Audiard (Les Barbouzes). A l’époque des Hipsters cette phrase perturberait n’importe quel J.-E. Hoover en puissance (celui qui vous aide à ne rien oublier en vous écoutant, pas l’aspirateur), dans l’immédiate après-guerre elle avait un sens. Figuré le sens. Pierre Boisserie et Didier Convard s’appuient sur le roman éponyme de Gérard Delteil pour redonner vie à une période où les frontières morales se réinventaient au gré des compromissions politiques, presque au vu et au su de tout le monde. Le SAC avait une existence semi-légale, justifiée par une carte de membre qu’avec le temps, la voyoucratie française s’empressera d’acquérir, prolongeant en cela les coutumes de l’Occupation durant laquelle le mitan se divisait entre résistants et collaborateurs. Bien évidemment les soldats de cette armée DE l’ombre et non DES ombres — pour ne pas insulter deux fois en une phrase Jean-Pierre Melville et son chef d’œuvre de 1969 — ne se laissaient pas pousser la barbe, bien que tout ce petit monde se tenait par la barbichette (ah les vrais-faux dossiers !). Le mélange de réalité et de fiction, dans lequel se côtoient le général De Gaulle, Charles Pasqua, Georges Pompidou, Marie-France Garaud et Pierre Juillet, amuse et terrifie à la fois. Ces derniers, conseillers de l’ombre, ont déclaré après que Jacques Chirac a été élu en 1995 et les a remerciés pour leur rôle essentiel : « C’est bien la première fois qu’un cheval remercie son jockey !». Barbouzes certes, mais lettrés. Tout le monde aime la saucisse, mais personne ne veut savoir comment elle est réellement fabriquée. La politique telle qu’elle est décrite ici (avec une grande part de réalité) répond aux mêmes critères gustativo-répulsifs. En revanche hélas, le dessin de Stéphane Douay a davantage de mal à reproduire les personnages historiques. Dommage.

VERDICT

-

L'ambiance assez malsaine du milieu politique français de l'époque est bien rendue, l'intrigue tient en haleine, en revanche le dessin est un peu plus en délicatesse quand il s'agit de reproduire les personnages existants.

© 2004-2021 Jeuxpo.com - Tous droits réservés