Detroit : Become Human
Plate-forme : PC
Date de sortie : 20 Mars 2020
Résumé | Test Complet | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Aventure
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8.5/10

Entrez dans une version futuriste de Détroit où la pression est palpable entre les humains et les androïdes qui tentent de coexister tant bien que mal.

Bienvenue dans la métropole de Detroit en 2038.

Ce nouveau jeu signé Quantic Dream (Heavy Rain, Beyond Two Souls) vous permet de suivre l'histoire de trois androïdes développés par la compagnie Cyberlife. Chacun d'eux a été conçu pour faciliter les humains dans leurs tâches quotidiennes. L'androïde Connor (incarné par Bryan Dechart de True Blood ; The Remaining) est le prototype androïde le plus avancé. Il enquête sur des crimes dans la métropole animée de Detroit, en étroite collaboration avec Hank Anderson, un détective alcoolique, et sa mission est d'arrêter les déviants en liberté, c'est à dire les androïdes affligés d’émotions humaines provoquées par un virus dans leur système et qui cessent de servir leurs maîtres. L'androïde Markus (interprété par Jesse Williams de Grey's Anatomy et The Cabin in the Woods) est un androïde déviant qui est parvenu à se débarrasser des contraintes de son logiciel. Sa mission était de s'occuper de son propriétaire malade, Carl, qui ne peut plus se déplacer par lui-même et qui le considère presque comme son propre fils. Avec le personnage de Markus, vous pouvez diriger les androïdes rebelles et organiser un soulèvement. Enfin, Kara (interprété par Valory Curry de The Twilight Saga : Breaking Dawn - Part 2 et Blair Witch) vit chez Todd, un homme qui a sombré dans la drogue et qui traite mal sa petite fille. Identifiée comme déviant, Kara s'enfuit avec la petite fille et elle devra apprendre soit apprendre à accepter la cruauté d'un monde injuste ou essayer de changer sa situation désespérée pour qu'elle puisse continuer à protéger l'enfant.

L'une des principales thématiques abordées dans cette production française est le développement de l'intelligence artificielle et son impact (positif ou négatif) sur le futur de l'humanité. Bien sûr, le jeu vous place face à de nombreux dilemmes moraux et selon vos choix, l'aventure évoluera différemment. Detroit: Become Human pose de vraies questions et s’aventure dans un avenir, pas forcément si éloigné, de manière intelligente et posée. Le jeu offre une histoire complexe avec un certain nombre de rebondissements qui fait office d'allégorie pour de nombreux problèmes dans le monde d'aujourd'hui. L'esclavage et l'oppression des personnes de couleur sont les plus évidents, mais la maltraitance des enfants, l'immigration, la drogue, la liberté de parole, le nettoyage ethnique et l'homophobie en font partie. Notons que la route des trois protagonistes se croisera à certains moments, mais pendant la majeure partie du jeu, les protagonistes restent séparés, vous donnant trois points de vue très différents sur le drame qui se déroule. Vos actions dictent également la réaction des autres personnages. Faites quelque chose qu'ils approuvent et ils deviennent plus amicaux et peuvent débloquer des chemins d'histoire différents pour vous, mais l'inverse est tout aussi vrai. Il y a un certain nombre de rebondissements à découvrir, mais là encore, cela dépend de vos actions et il est possible que vous ne les découvriez pas tous lors de votre première partie.

Un jeu cinématographique.

Tous les joueurs familiers avec les jeux Quantic Dream le savent, le titre évoque parfois un film interactif puisque la jouabilité demandera essentiellement de presser sur un bouton au bon moment, selon le système de l'action interactive. Si cela pouvait sembler monotone, il n'en est rien, puisque les développeurs ont pensé à varier les situations. Les androïdes peuvent tous geler le temps et rechercher des actions potentielles, une astuce utilisée le plus souvent par Connor pour enquêter sur une scène et créer des reconstitutions virtuelles. Vous ferez tourbillonner les sticks analogiques (ou mimer le geste avec un mouvement de la série) et exécuterez des combinaisons de boutons pour saisir des objets ou ouvrir des portes, mais heureusement, les séquences plus traditionnelles sont mieux gérés qu'auparavant. Les angles de caméra sont rarement mentionnés dans les jeux vidéo, mais ils sont exceptionnellement efficaces dans Detroit Become Human. Ils effectuent un zoom et un balayage pour donner une idée de l'échelle ou se rapprochent du visage d'un personnage pour des moments plus intimes. La mise en scène a été réalisée comme un film ou une émission de télévision. Vous passez de temps en temps à une vue à la première personne, ce qui peut avoir un impact considérable, par exemple lorsque Kara attend dans un magasin pour être collectée, incapable de bouger ou de parler, il suffit de regarder autour de vous alors que les humains décident s'ils veulent vous acheter.

L'animation faciale est de loin la meilleure des jeux vidéo, car chaque mouvement, sourire et cligner des yeux a été parfaitement capturé pour vous montrer les émotions d'un personnage. Certains des gros plans des visages, en particulier un personnage appelé Amanda, sont parfaits et ressemblent à une vidéo plutôt qu’à ce qu’une console PlayStation pourrait afficher. Cela se poursuit en dehors du jeu, car vous pouvez déverrouiller une vidéo vraiment étonnante de chant de Luther, riche en émotion et en détails minutieux comme ses lèvres tremblantes alors qu'il frappe ses notes. Le jeu des acteurs est superbe et même les personnages mineurs tels que Luther et Kamski sont tout à fait crédibles. Kara offre la performance la plus remarquable, peut-être parce qu'elle est la plus humaine, mais Connor n'est pas loin avec une performance délibérément moins émotive. La star hollywoodienne Clancy Brown est également excellente en tant que flic grisonnant Hank. Heureusement, les moments maladroits présents dans les précédents titres de Quantic Dream sont quasiment absents, bien qu’il y ait encore des séquences difficilest, comme quand un journaliste souligne que les camps pour androïdes ressemblent beaucoup à ceux utilisés par les nazis au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Une fresque intrigante.

Les emplacements sont également extrêmement bien détaillés, ce qui est étonnant lorsque beaucoup d’entre eux sont utilisés une seule fois dans le jeu. Il est évident qu’un vaste monde de réflexions a été pensé pour créer un monde proche, des véhicules automatisés aux drones de police, en passant par l’utilisation de tablettes et la façon dont les supermarchés sont désormais des fenêtres où vous vous connectez et passez une commande. Il y a des séquences étonnants, comme des humains qui jettent des ordures sur le sol, sachant qu'ils seront ramassés par un instant androïde plus tard, et un évident pastiche de Fox News à la télévision. Le jeu a l'air si bon que la poignée de défauts peut sembler mineurs. Certains objets ne sont tout à fait correctement modélisés, tels qu'un effet de lumière parasite de qualité médiocre lorsque vous conduisez dans la neige et que les cheveux de Hank ont l'air bruts comparés à ceux d'autres personnages. Ce sont des choix médiocres, mais ils vous rappellent qu'il s'agit d'un jeu vidéo et non d'un thriller de science-fiction sur Netflix. La version PC profite pourtant d'un nouveau moteur capable de proposer une résolution 4K et d'atteindre les 60fps si votre machine le permet. Des performances en hausse par rapport à la mouture PS4 et l'interface a également été repensée pour s'adapter au couple clavier/souris.

Trois compositeurs ont travaillé sur le jeu en donnant à Kara, Markus et Connor leurs propres bandes sonores, et ils sont tous excellents. Les musiques de Kara sont les plus émotionnelles, Connor's a des bips électroniques soulignant sa nature androïde, et Markus a la part du lion dans les séquences d'action et requiert donc un thème plus spectaculaire. Bien qu'il y ait des raisons de revenir et de rejouer le jeu, de sauter à n'importe quel chapitre ou de sauvegarder un point et de progresser à partir de là, l'histoire que vous créez lors de votre première partie vous est personnelle. Bien que vous puissiez voir l'organigramme de chaque scène et cocher chaque fin, aller à l'encontre de votre jugement initial réduit l'impact. Quel que soit votre choix, l’histoire avance toujours vers la même finale, mais la façon dont vous y arrivez et la conclusion que vous obtenez peuvent être très différentes. Les trois protagonistes peuvent même mourir si vous ne faites pas attention. C'est une histoire qui résonnera différemment selon les personnes, car elle aborde un grand nombre de sujets importants. A noter que l'édition physique proposée par Quantic Dream comporte un artbook du jeu et des stickers. Le jeu n'est pas proposé sur un DVD mais un coupon pour télécharger le titre sur Epic Games Store est présent.

VERDICT

-

Detroit: Become Human apparaissait comme un chef-d'œuvre technique sur PS4 avec un son, des éclairages et un travail de caméra de qualité cinématographique, soutenu par une action de grande qualité et une bande son merveilleusement évocatrice. Sur PC, la réalisation technique a encore été améliorée et garantit un spectacle son et lumière fascinant. L'histoire s'avère saisissante, la dynamique humain-robot apparaît très bien exploitée, seules les actions contextuelles apparaissent un peu trop nombreuses et cassent parfois le rythme. De plus certains joueurs pourraient avoir des difficultés à s’intéresser à Kara, Markus et Connor. C'est à prévoir, après tout, nous ne sommes que des humains.

© 2004-2020 Jeuxpo.com - Tous droits réservés