Eileen Gray - Une maison sous le soleil
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 13 Mars 2020
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Scénario : Charlotte Malterre-Barthes
Dessin : Zosia Dzierzawska

"C'est pour les filles, les femmes et les grands-mères, et les hommes qui les soutiennent" - cette dédicace au début du roman graphique Eileen Gray : Une maison sous le soleil illustre également immédiatement les intentions des deux auteures: L'importance de la Villa E.1027 est étroitement liée à la biographie de son architecte et aux difficultés à se faire reconnaître comme une femme. L'illustratrice Zosia Dzierzawska trace une biographie graphique d'Eileen Gray (1878-1976) sur les textes de Charlotte Malterre-Barthes. En tant que femme, Gray a travaillé avec les hommes les plus célèbres de l'architecture et du design modernes. Gray était un designer de meubles de formation et une architecte autodidacte. Après que son travail et son nom aient été oubliés pendant plusieurs décennies, l'intérêt pour ses créations a été ravivé à la fin du XXe siècle. Le centre de l'histoire de Malterre-Barthes est la Villa E.1027 de Gray, construite entre 1926 et 1929 à Roquebrune-Cap-Martin sur la Côte d'Azur. Gray l'a construite avec l'architecte et rédacteur en chef de l'influent magazine d'architecture "L'Architecture Vivante" Jean Badovici. Badovici était alors son amant, 15 ans plus jeune. L'intrigue du roman graphique commence en 1965 avec la mort de Le Corbusier et se déroule en de nombreux flashbacks. Le Corbusier est mort alors qu'il nageait juste en dessous de l'E.1027. C'était un ami proche de Badovici et il était enthousiaste envers la villa. Entre 1938 et 1939, le maître a peint sept murs de la villa, que Zosia Dzierzawska n'a pas peints en couleur, mais en gris foncé et en noir. Car Gray a perçu les peintures de Le Corbusier comme un manque de respect pour son travail. Elle ne devait plus jamais entrer dans sa maison. Après la séparation d'avec Badovici, il a repris la maison. Avec cet épisode, le roman graphique se termine.

Dans les chapitres qui se succèdent chronologiquement, Malterre-Barthes et Dzierzawska retracent l'enfance de Gray en Irlande dans les années 1880 ; son séjour en Angleterre au début des années 1900 ; son travail avec le designer japonais Seizo Sugawara, auprès duquel elle a appris la tradition extrême-orientale des techniques de laque ; jusqu'à ses années les plus inspirées artistiquement à Paris dans les années 1920, où elle a ouvert une boutique de décoration intérieure sous le pseudonyme masculin de Jean Désert. Chaque étape de la vie de Gray est illustrée par Dzierzawska avec des dessins dans différentes nuances de couleur, qui sont utilisés tout au long de façon subtile pour souligner le doux coup de pinceau de Dzierzawska. L'auteure et l'illustratrice placent au centre de la nouvelle la "profanation" formelle du E.1027 de Le Corbusier et sa mort tragique sur la plage. Les superbes designs de meubles et intérieurs de Gray ne sont malheureusement pas à la hauteur. Ses créations sont présentées sous forme d'échantillons sur les pages de couverture intérieures et n'apparaissent qu'occasionnellement, comme le fauteuil Bibendum EG 462. Cette faible mention du travail réel de Gray est surprenante, car c'est précisément le raffinement et l'élégance de ses formes et le choix des matériaux qui en disent plus sur la créatrice que les dialogues inventés avec le personnel caricatural. Malterre-Barthes et Dzierzawska donnent à l'épilogue un espace remarquable. Elles y soulignent une fois de plus que l'œuvre de Gray n'a été reconnue par le grand public que peu de temps après sa mort, et elles décrivent sa relation difficile avec Le Corbusier. Elle a complètement rompu le contact avec lui après qu'il lui ait enlevé la fonction pure et voulue des murs de E.1027 avec sa peinture. Le Corbusier n'a jamais non plus réfuté le préjugé selon lequel il était en fait l'architecte de la villa, il a laissé le public à tort dans cette fausse croyance et a fini par priver Eileen Gray de toute reconnaissance.

VERDICT

-

Le roman graphique associe l'importance de la Villa E.1027, également connue sous le nom de "Maison en Bord de Mer" à la biographie de son architecte. Le livre commence avec la mort de Le Corbusier sur la plage en dessous de E.1027, une maison qui est le résultat créatif de l'histoire d'amour entre deux architectes. L'ouvrage invite également le lecteur à approfondir ses connaissances sur Eileen Gray ce qui est un objectif approprié pour un livre qui cherche à rétablir l'équilibre et à donner à cette figure importante la reconnaissance qu'elle a rarement eue de son vivant.

© 2004-2021 Jeuxpo.com - Tous droits réservés