Mojo Hand
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 21 Août 2019
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


7/10

Scénario et dessin : Arnaud Floc'h
Couleurs : Christophe Bouchard

En 1926, alors que l'ouragan Hurricane a détruit de nombreuses habitations et pris de nombreuses vies en Louisiane, Wilson Darbonne est occupé à pêcher dans le bayou quand il découvre un jeune enfant blanc effrayé et solitaire. Sa famille ayant disparu, il ne peut le laisser seul, la mort étant alors assurée, et le ramène chez lui. Son épouse Delilah est furieuse car avoir un enfant blanc dans une famille noire risque de provoquer une vendetta contre eux. Mais Wilson pense que l’enfant pourra être une aide pour leur fils Cletus, devenu aveugle très jeune. Peu à peu, les deux garçons s'apprivoisent et l'enfant trouvé prend le nom de Bellérophon, nom donné à un autre enfant de Wilson et Delilah, mort en bas âge. Lors d'un marché à la ville voisine, Wilson rencontre par hasard une troupe de musiciens de blues ayant un certain succès. Le père, Wild Blind Commeaux, qui dirige ce petit orchestre, est lui aussi aveugle et accepte de venir écouter Cletus et Bellérophon. Le talent de Cletus avec une guitare est évident alors que Bellérophon a nettement plus de difficultés. Wilson décide alors que les deux gamins formeront un duo musical, aidé par les Commeaux ...

Le point de départ, le fait que deux enfants, l'un blanc et l'autre noir, grandissent ensemble dans le bayou dans les années 1920 aux années 1940 et la seconde guerre mondiale, était très prometteur. Le graphisme est plutôt réussi, avec un trait sobre et des décors agréables à l'ambiance cajun de l’époque. Les couleurs aussi sont sympathiques, rien de trop foncé ou trop clair et une variété bien adaptée. Par contre, il est parfois difficile de différencier certains des personnages. Mais, dans l’ensemble, c’est plutôt sur le récit que sont nos réserves. Il n'y a pas de personnage phare, celui auquel on s'attache, qu'on apprécie et qui est le moteur de l'histoire. Cela aurait pu être Cletus mais il s'avère un peu fade et assez peu présent malgré ses nombreuses scènes. C'est presque comme s'il n'était pas impliqué dans le récit, qu'il était là en passant. Bellérophon, lui, est bien présent mais vu son caractère, nous n'en dirons pas plus ! Les autres protagonistes, majoritairement des hommes, les femmes n'étant que deux, ne sont pas vraiment creusés. Même la musique, qui est une part non négligeable de l'album, ne semble pas présente.

VERDICT

-

Mojo hand donne la sensation de lire un récit qui se veut musical, sociétal, historique, psychologique mais qui n'est, au final, rien de tout cela parce qu'en se dispersant, il n'approfondit rien. Probablement aurait-il fallu le double de pages ! Mais cela peut être intéressant pour découvrir ces sujets pour ceux qui les connaissent peu.

© 2004-2020 Jeuxpo.com - Tous droits réservés