Jormungand tome 6
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 26 Mai 2020
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Scénario et dessin : Keitaro Takahashi

Jormungand est une série en onze tomes publiée au Japon aux éditions Shokakugan. Jonah est un enfant soldat, né au milieu des conflits chaotiques qui sévissent en Asie occidentale, sa famille a été emportée par une guerre alimentée par des armes fournies par les soi-disant marchands de la mort, des marchands d'armes internationaux. Malgré sa haine des armes et de la violence, Jonah emploie les deux extrêmement bien au service de la marchande d'armes de haut vol Koko Hekmatyar et de son groupe de mercenaires, qui opèrent sous la couverture de H&C Logistic Incorporated. Jonas peut-il concilier sa haine des armes avec la profession qu'il a choisie ?

Avec Valmet et Jonah loin en Afrique, les assassins Dominique, Liliane et Grégoire tentent d'éliminer Koko. Pendant ce temps, Valmet secoue la compagnie indésirable de Jonah et s'en prend à une usine appartenant à son vieil ennemi, Chan. Valmet veut régler un vieux compte avec Chan, maintenant à la tête du conglomérat hongkongais Taishinhai Consu. Se rendre à Chan ne sera pas facile et Valmet ferait bien de se souvenir du proverbe chinois "Celui qui cherche à se venger devrait creuser deux tombes". Koko fait preuve de pitié et Valmet non, car nous reprenons les histoires commencées à la fin du dernier volume. Alors que Valmet (avec l'aide de Jonah, qu'elle le veuille ou non) cherche à se venger de l'homme qui a détruit son unité, Koko tente de maintenir les troupes restantes en ligne face à une attaque surprise. Alors que les batailles font rage sur deux fronts, il est clair que le mini-empire de Koko a des problèmes à régler. Il y a quelques fissures sur les bords de ce volume de Jormungand. L'une des principales choses que l'on remarque dans ce numéro est un changement majeur dans le ton du livre. Presque dès la première page, Koko a montré qu'elle maîtrisait parfaitement sa situation, même lorsqu'elle était frappée par l'inattendu. Peu importe ce qu'on lui lance, Koko finit par être la meilleure. Elle ne perd jamais son sang-froid (sauf de manière ludique et comique) et est capable d'amener ses troupes à faire tout ce qu'on leur demande. Cependant, au fur et à mesure que nous avançons dans ce volume, Takahashi commence à nous montrer que l'emprise de Koko sur son monde est extrêmement fragile. Elle savait que Valmet pourrait partir, c'est sûr, mais elle est en fait surprise que cela se soit produit sans qu'elle le sache. Avec une personne hors de la réserve, même pour une courte période, qu'est-ce qui empêche les autres de travailler en free-lance ? C'est un énorme point d'interrogation qui plane sur toute l'histoire, et nous avons hâte de voir comment Takahashi va aborder cette question au fur et à mesure.

Le manque général de contrôle dont il est question ici se manifeste par de petites choses. Koko choisit d'être extra-violente, perdant son contrôle normal dans le feu de l'action. Elle est incapable de faire des tirs meurtriers, comme elle l'aurait fait dans des scénarios précédents, et les décisions qu'elle prend à la fin du livre ne semblent pas intelligentes. Koko peut penser qu'elle a contrôlé le numéro de Valmet une fois pour toutes, mais le lecteur peut voir que ce n'est pas vrai. Il en va de même pour sa dernière gestion d'un complot d'assassinat contre elle. D'autres graines sont plantées à la fin de ce volume, attendant d'être cousues plus tard. Ou, si vous préférez, Koko a laissé quelques dominos en place, et elle n'aura peut-être pas son mot à dire sur la façon dont ils tomberont. Jusqu'à présent, il a été démontré que Koko est le moindre des maux multiples et complexes. Nous l'avons encouragée, elle et son équipe, et c'est ce qui a motivé une grande partie de l'action des cinq premiers volumes. Elle est maintenant le personnage central, de l'histoire générale à la couverture. A partir de maintenant, nous allons la voir glisser lentement et inévitablement vers la défaite, ou du moins vers une tragédie majeure. Aussi noble soit-il, un méchant doit toujours tomber à la fin pour que l'histoire se sente terminée. Avec ce volume, Takahashi nous fait avancer dans cette direction. Le film d'action le plus heureux et le plus irréfléchi, avec une violence presque digne d'une équipe A, est terminé. La réalité s'installe, et ce changement est à la fois approprié pour les personnages et bon pour le lecteur. Il est intéressant de noter qu'à mesure que la violence devient plus réelle et moins glorifiée, elle commence aussi à être mise à l'écart. Nous ne voyons pas la plupart des combats de Valmet, et plusieurs des points culminants des combats de Koko se produisent également en dehors de la page. Ce n'est pas comme si quelqu'un qui lisait Jormungand avait un problème avec la violence graphique - mais Takahashi essaie de faire le truc de "l'horreur hors champ". Nous devons voir les horreurs qui se passent. Couper, c'est distraire l'histoire, pas l'améliorer.

VERDICT

-

Jormungand a commencé comme un jeu d'action léger avec une certaine profondeur de côté qui a donné envie de s'y tenir. Maintenant, c'est devenu un récit beaucoup plus complexe, car Takahashi a créé un ensemble de personnages qui évoluent de commerce en commerce. C'est rare dans une histoire d'action de cette nature et c'est extrêmement bienvenu. Les gens ont tendance à se détourner de Jormungand à cause de son thème. C'est une erreur. C'est vraiment une histoire de grande qualité, racontée avec les accessoires d'un film d'action des années 1980. Si vous n'avez pas vu Jormungand avant, essayez de le reprendre, peut-être à partir du volume 5. Vous pourriez rester avec ce manga plus longtemps que prévu.

© 2004-2021 Jeuxpo.com - Tous droits réservés